Tueurs souriants : Mohamed Aboutrika et le maréchal Sissi

(Dessin de Carlos Latuff)
(Dessin de Carlos Latuff)

Les chiffres souffrent d’un peu d’imprécision mais, pour s’en tenir à ceux que fournit Human Right Watch, plus de 40 000 personnes ont été incarcérées en Egypte entre juillet 2013 et décembre 2014 pour des raisons politiques. En plus des 1 400 manifestants qui ont déjà trouvé la mort, des centaines de condamnation à la peine capitale attendent d’être exécutées (c’est le cas de le dire). En bonne place dans la file d’attente, Mohamed Morsi, président élu renversé par un militaire putschiste il y a bientôt un an et demi.

On n’en est pas encore là pour la dernière victime célèbre en date, mais cela pourrait venir. Mohamed Aboutrika, celui qui était encore récemment le capitaine de l’équipe nationale de foot, a vu ses avoirs au sein d’une société de tourisme gelés dans le cadre d’une enquête pour complicité de terrorisme. L’homme qui a marqué 33 buts pour la sélection de son pays auquel il a apporté, ainsi qu’à son club, le Ahly, d’innombrables victoires, celui qui a été consacré, à quatre reprises, « meilleur footballeur d’Afrique », a en vain contesté cette décision. D’un strict point de vue légal, le crime qui lui est reproché pourrait le conduire jusqu’à l’échafaud, même s’il est probable que l’affaire n’ira pas jusque là. Malgré toute son arrogante stupidité, encore récemment démontrée lorsque le ministre de la Justice a expliqué (avant d’être contraint à la démission) qu’il fallait être de bonne famille pour être magistrat et que cette fonction ne pouvait donc pas échoir à « un fils d’éboueur », la « justice » égyptienne n’osera sans doute pas affronter la colère de l’immense foule des supporters pour qui « le magicien » (un de ses surnoms dans les stades) est une icône nationale.

(Sur le maillot : "Nous sommes avec toi, ô Envoyé de Dieu")
(Sur le maillot : “Nous sommes avec toi, ô Envoyé de Dieu”)

En effet, à peine connue, la nouvelle a fait réagir en masse les réseaux sociaux sur lesquels se sont créés toutes sortes de groupes de soutien, avec des mots-dièses tels que #Aboutrika_n’est_pas_un_criminel ou encore #Aboutrika_ligne_rouge (#أبوتريكة_خط_أحمر). Dans un pays où il n’est pas sans risque de s’opposer publiquement au régime militaire, même les milieux sportifs se sont mobilisés. On a ainsi vu des joueurs, et jusqu’à des commentateurs sportifs, prendre ouvertement parti pour l’ancien capitaine qui a pourtant officiellement « déchaussé ses crampons » depuis bientôt un an et demi. En plus d’être un footballeur légendaire, Mohamed Aboutrika est en effet un homme d’exception dont les engagements tranchent dans un milieu où la tête sert plus à marquer des buts qu’à formuler des idées. A plus d’une reprise, il a ainsi profité de la présence des caméras sur le terrain pour manifester, tantôt son désaccord avec les caricatures insultantes contre le prophète de l’islam, tantôt sa solidarité avec les victimes des bombardements israéliens sur Gaza (en 2008).

S’il affirme n’avoir jamais milité pour eux, Aboutrika n’a jamais fait mystère non plus de ses sympathies pour les Frères musulmans – lesquels ont tout de même été portés au pouvoir en juin 2012 par une majorité de votants s’exprimant dans un vote jugé plus démocratique qu’il n’est de coutume dans ce pays, faut-il le rappeler. Lorsque le Conseil suprême des forces armées était encore au pouvoir, avant l’élection de Morsi, il avait ainsi refusé de serrer la main du maréchal Tantawi, alors président par intérim, puis celle du ministre des Sports, en signe de protestation contre le massacre de quelque 72 supporters de son club dans un stade de Port-Saïd. De l’avis de beaucoup, une véritable embuscade tramée par la police pour se venger des « ultras », ces groupes de supporters, extrêmement organisés, qui ont joué un rôle important lors des affrontements révolutionnaires.

Comme à l’accoutumée, le régime égyptien a « lâché les chiens » pour tenter de salir la réputation d’un homme dont la générosité et la rigueur morale étaient jusque-là montrées en exemple (récemment encore, il aurait financé le pèlerinage de familles de victimes de la révolution, parmi lesquelles se trouvaient des policiers et des militaires). Dans les médias, on se dépense par conséquent beaucoup pour expliquer que personne ne saurait se soustraire à la loi, pas même l’idole des foules égyptiennes, le « tueur souriant » – القاتل المبتسم : autre surnom de cet attaquant hors pair à l’élégance inégalable. Il n’empêche que, dans l’entourage du caudillo égyptien, on se demande si ce dernier n’a pas fait une erreur de calcul : comme le dit en substance James Dorsey, observateur attentif du « monde turbulent du football au Moyen-Orient », en s’attaquant à une figure aussi populaire auprès de ses concitoyens, tous partis confondus, le maréchal Sissi, cet autre « tueur souriant », au sens propre de l’expression cette fois, a peut-être pris le risque de déclencher un mouvement d’opinion aux conséquences imprévisibles.

FIFA et fitna (2/2) : Viva Palestine!

A Palestinian protester holding a Palestinian flag heads a soccer ball next to Israeli border police during a demonstration outside Israel's Ofer military prison
Israeli border, during a demonstration in solidarity with hunger-striking Palestinian prisoners held by Israel, near Ramallah, June 11, 2014.

(Suite de la chicha et le châcha.)

Il n’aura pas échappé aux vrais fans du monde arabe qu’au classement officiel de la FIFA – cogéré par Coca-Cola ! – l’Arabie saoudite et le Qatar sont en baisse (respectivement de 15 et 5 points), alors que la Palestine, grâce à sa qualification historique pour la finale de la Coupe d’Asie, fait un bon en avant de 71 points. Quand les nouvelles du terrain sont aussi mauvaises pour eux dans la région, les nationalistes arabes se réjouissent forcément de cette victoire acquise sur les terrains de foot !

Absente de la compétition sportive qui occupe aujourd’hui tous les esprits, la Palestine n’en est pas moins très présente durant ce Mondial brésilien. Alors qu’elle avait été annoncée il y a longtemps déjà, la participation de Mohamed Assaf aux cérémonies d’ouverture aura finalement été annulée au dernier moment. « Des Etats et des acteurs inconnus » se sont en effet ligués pour empêcher la présence, lors de cet événement suivi dans le monde entier, de la star de Gaza, dernier vainqueur en date de l’émission Arab Idol. Malgré le soutien de la Colombienne Shakira (née d’un père libanais), il a donc été exclu de la grande fête.

Le patron de la FIFA, Sepp Blatter (seize ans de pouvoir, une longévité de caudillo arabe, et il sera peut-être encore en place pour le Mondial qatari en 2022), lui a tout de même accordé un strapontin sur le podium en l’invitant à ouvrir le congrès des instances mondiales du foot, qui s’est tenu au Brésil juste avant le Mondial. L’occasion pour la vedette arabe de marquer des points en lançant, à l’issue de sa prestation musicale, un vibrant Viva Palestine que les médias comme il faut ont largement ignoré ! (C’est sur cette vidéo, tout à la fin, 6′.)

Autre victoire palestinienne lors de ce congrès, le (pourtant très modéré) Jibril Rajoub, a obtenu qu’on adresse un sévère avertissement contre la fédération israélienne. Pas le carton rouge, synonyme d’exclusion dont rêvait le patron du foot palestinien car il y a eu des désistements de la part de représentants arabes et musulmans (on n’a pas les noms malheureusement). Mais les Israéliens restent tout de même sous la menace d’un rapport qui doit être examiné lors de la prochaine réunion de la FIFA au Maroc, en décembre prochain.

Il faut dire que cela fait des années que les Israéliens tacklent sévèrement le foot palestinien (document très complet sur la question, mais en arabe). Tout est bon pour gêner les prestations de leurs adversaires : train-train habituels des brimades en tout genre pour empêcher l’amélioration de stades, la venue d’équipements et même d’entraîneurs de l’étranger, sanctions contre des clubs au prétexte de quelques emblèmes nationaux brandis dans les tribunes par des supporters palestiniens et surtout, beaucoup plus grave, entraves aux déplacements des joueurs, y compris lorsqu’ils doivent se rendre à l’étranger pour des compétitions officielles. Preuve que les Israéliens sont loin de jouer fair-play, il leur arrive même de tirer à balles réelles dans les jambes de footballeurs (en arabe)…

Présente au Mondial, la Palestine l’est également grâce au beau parcours de l’Algérie. D’abord, parce que les Palestiniens s’identifient naturellement à la seule équipe arabe : ils se font d’ailleurs taper dessus à Jérusalem lorsqu’ils ont le malheur de sortir le drapeau algérien : supporters arabes en France, vous êtes prévenus;-). Mais aussi parce que les joueurs algériens ont manifesté de toutes sortes de manière leur nationalisme et leur soutien sans faille à la cause palestinienne. Après le match nul contre la Russie, sésame pour le tour suivant, leur vedette, Soufiane Feghouli, s’est ainsi fendu d’un tweet pour dédier la victoire aux Algériens et aux Arabes, et tout spécialement aux Palestiniens.

Un message qui s’inscrit dans une grande vague de réconciliation arabe et qui rompt totalement avec ce que l’on observe depuis des mois dans la région. Alors qu’on se déchire joyeusement entre « frères arabes » depuis des mois et même des années, la fête du foot est l’occasion de quitter les drames à répétition de la fitna. Côté tribunes officielles, Bouteflika applaudit une équipe qui n’a pas déçu les espoirs arabe, musulmans et africains, tandis que ses coéquipiers dans l’équipe des dirigeants régionaux lui ont fait part de leurs félicitations officielles. Côté tribunes populaires, les supporters ne manquent pas une occasion d’exprimer leur attachement à la grande nation arabe. Brandissant drapeaux palestiniens et agitant des keffiehs, ils font résonner les stades brésiliens de leur chanson fétiche Shouhada Filastine (Martyrs de Palestine, paroles en arbizi ici). Même le très saoudien Elaph entre dans la partie en saluant la cohésion charnelle (talâhum) du peuple des supporters arabes !

gazagraffiti
Graffiti à Gaza à la gloire de l’équipe algérienne.

Oubliées les vieilles querelles fratricides ! Les Egyptiens se sont mis à soutenir ceux qui les ont pourtant éliminés des qualifications au Mondial, une vraie crise pas totalement diplomatique à l’époque ! Quant à ceux qui cherchent à semer la zizanie, en soulignant par exemple que c’est un Marocain (d’origine) qui a fait perdre l’Algérie (2-1 pour les Belges), le public n’est plus avec eux. Lorsque des excités ont voulu se venger en brûlant le drapeau marocain, Soufiane Feghouli a remis la balle au centre : ce milieu de terrain, un ancien international français qui a opté pour l’équipe nationale de son pays d’origine, a montré l’excellence de sa vision du jeu politique en remerciant les supporters du pays voisin par une photo, prise devant son hôtel, où on le voit avec le drapeau marocain.

Comme personne ne l’ignore ou presque, le prochain match contre les Allemands est l’occasion, pour les Algériens, de réparer l’injustice flagrante d’un match « arrangé » avec l’Autriche qui les avait éliminé en 1982 malgré leur victoire contre les « machines germaniques » (c’est souvent ainsi qu’ils sont présentés dans la presse arabophone, et il y a même une page Facebook !) Si les « Fennecs » devaient l’emporter, on n’a pas fini d’entendre parler de la Palestine au Brésil !

Viva Filastin !

On a commencé avec le classement FIFA-Cola, on terminera sur la même note ! En prime, cette hallucinante vidéo de promotion à la gloire des footballeuses palestiniennes et (fort bien) réalisée par (la branche palestinienne de) la société Coca-Cola ! Ne cherchez pas une allusion directe à l’occupation israélienne, il n’y en a pas ! Mais Coca-Cola/FIFA sauvera le monde (arabe)…

Chicha et châcha (1/2) : comment regarder le Mondial quand on est arabe ?

palestinbein

Alors que tout va mal, le Mondial offre aux Arabes qui aiment le foot – et ils sont nombreux – une parenthèse bienvenue, entre chicha et chacha, comprendre entre narguilé et écran. Pourtant, plus que jamais, le foot, surtout depuis qu’il a fait l’objet d’une énorme OPA qatarienne, est une affaire où fric rime avec politique. Avec, par exemple, ces commentaires dans Al-Akhbar à propos de l’inflation, ridicule à plus d’un égard, d’invocations divines de la part des journalistes commentant les matchs ! Exaspéré par toute cette bondieuserie totalement déplacée à propos des prénoms des joueurs et des interventions divines dans le cours de la partie, Ahmad Mohsin demande si on s’interroge sur TF1 pour savoir si Yohan Cabaye va ou non à la messe le dimanche !

En principe – mais il y a des exceptions comme on le verra, pas moyen d’échapper à la main-mise qatarie sur le football mondial si on est arabe. Hormis les richards du Golfe, et l’Algérie (seul pays arabe qualifié) qui a dû sortir 30 millions de dollars pour offrir à son peuple 24 matchs, les téléspectateurs qui veulent suivre la compétition doivent faire leur bay’a (acte d’allégeance) à l’émir du Qatar, propriétaire de beIN (ex-Jazeera sport), détenteur exclusif mondial des droits du Mondial. Pour cela, il faut acheter une petite boîte magique, un décodeur violet, pour une somme qui varie entre 230 et 280 dollars selon les pays (voir ici). Et le Qatar a mis le paquet pour décourager les plus habiles des pirates qui se sont apparemment cassés les dents sur le code qu’ils ont mis en place pour protéger leur business.

Du coup, les téléspectateurs arabes pour lesquels un tel investissement n’est même pas envisageable, et ils sont nombreux, ont recours au système D (quand ils ont de l’électricité naturellement, et pas des bombes sur leur toit ou devant leur porte). Les bons vieux « rateaux » à l’ancienne, avec des bricolages pour pousser leur portée, ont repris du service dans certaines zones de Jordanie, de Syrie ou du Liban, et de Cisjordanie naturellement, pour « pomper » les retransmissions de la chaîne israélienne.

Pour les puristes, un bon match se passe de commentaires paraît-il mais pour ceux qui souhaitent les entendre en arabe – et c’est vrai que cela peut faire beaucoup pour l’ambiance – les Palestiniens ont trouvé une solution assez amusante : désormais, à côté de la télé, il y a un poste radio, branché sur une station locale – laquelle diffuse la bande son « officielle » sur beIN ou, mieux encore, son propre commentataire en bon arabe palestinien !

Il y a d’autres solutions, à l’échelle de toute la région cette fois. Dans certains cas, on pirate les retransmissions des pays riches, en « récupérant » les signaux satellitaires moins difficiles à décrypter, sur Hotbird par exemple. Plus simplement encore, on peut se rendre – cela fait partie du plaisir – dans un des lieux publics, cafés ou restaurants, qui ont acheté une licence. En principe, les Qataris, qui ne font pas de cadeaux, font payer ce type d’abonnement plus cher mais, dans les circonstances actuelles, il y a pas mal d’endroits où il y a assez peu de chance que les inspecteurs viennent mettre les pieds !

En Syrie par exemple, il y a assez peu de risque qu’on les voit, et les cafés branchés de Damas ont retrouvé, pour la première fois depuis trois ans, un peu d’animation nocturne (ça n’est pas le cas à Alep, vous l’aurez deviné). Avec même un rite un peu particulier, qui consiste à manifester ses sentiments politiques, en affichant ou non les drapeaux nationaux des équipes en compétition. Impensable bien entendu d’arborer un drapeau d’une nation « ennemie » (la France au hasard!) : en pareil cas, c’est l’emblème national syrien qui s’impose ! Un moment tenté de pirater le Qatar, qui n’est plus vraiment un pays frère, les Syriens avaient envisagé de passer la compétition sur une chaîne nationale ou “semi-privée” (c’est-à-dire privée, mais à quelqu’un bien vu du régime, selon la définition régionale la plus commune du secteur privé). Il a dû craindre les foudres du Qatar (et il n’a pas tort sans doute), et peut-être aussi celle de la FIFA qui n’hésitera pas à sortir le carton rouge pour les pays qui ne respectent pas les règles du jeu mondial des droits audiovisuels. Du coup, c’est une chaîne créée de toutes pièces, juste pour la durée de la compétition, qui retransmet les matchs.

Malgré tout, la solution libanaise pour regarder le Mondial malgré l’embargo qatari est encore plus surprenante. Comme la colère publique commençait à monter chez les spectateurs qui, malgré les combines diverses et variées, n’arrivaient pas à s’offrir leur dose de foot, ce pays sans président, a trouvé une combine politique presque aussi subtile que le fameux « pacte national » de l’été 43. Résumé par un titre de L’Orient-Le Jour, la solution libanaise a consisté à imaginer un accord qui réussit à légitimer le secteur très juteux du piratage télévisuel. En d’autres termes, l’Etat, en ponctionnant les sociétés locales de téléphonie, a choisi de payer la société privée Sama, détentrice exclusive de la revente des droits de diffusion du Mondial dans le pays. Mais attention, on est au Liban, et ce ne profitera pas à Télé-Liban. Non, dans son étonnante créativité politique, l’exécutif libanais a choisi de laisser cette diffusion se faire par l’intermédiaire des distributeurs dont les câbles (totalement illégaux et courant dans tous les sens) fournissent à ceux qui paient un abonnement (totalement illégal lui aussi) d’une vingtaine de dollars par mois.

Tant pis si Télé-Liban, la chaîne nationale, est captée par tout citoyen du pays (pourvu qu’il ait de l’électricité ou qu’il ait payé la facture au fournisseur privé du générateur local). Et cela y compris dans les zones rurales et/ou pauvres où il n’y a pas de trafiquants d’images télévisées. Tant mieux pour les distributeurs illégaux. Et bravo à la société Sama dont les sponsors locaux, qui ont failli ne pas faire une bonne affaire car on ne se précipitait pas au Liban pour payer ces abonnements jugés trop chers : avec ce tour de passe-passe, ils voient leurs investissements récompensés ! Pas tout-à-fait « légitimement » mais quand même ! Le Liban, champion du monde de la combinazione politico-financière !

(La semaine prochaine, on s’intéressa davantage à la compétition.)

Boycott sportif : Al-Jazeera en piste ?

Dans une dizaine d’années, la question de Palestine aura peut-être trouvé une solution ! En tout cas, c’est ce que doivent souhaiter les autorités du Qatar qui accueillent, comme on s’en souvient, la Coupe du monde de football 2022. En effet, si rien ne change, la compétition ne va pas être facile à organiser, surtout depuis que les ministres des sports de la Ligue arabe ont récemment décidé le boycott de la société Adidas, coupable d’avoir “sponsorisé” la dernière édition du marathon de Jérusalem. Dans l’immédiat, on a pu mesurer ce que valaient ces bonnes résolutions puisque l’équipe d’Egypte, actuellement en tournée pour une série de matchs même pas officiels (il ne s’agit que de rencontres amicales), a piteusement dû revêtir les maillots fournis par son équipementier favori, au prétexte qu’elle n’en avait pas d’autres !

La réalité est plus sordide : selon un article (en arabe) dans Elaph, le contrat signé par l’équipe nationale d’Egypte prévoit surtout de très lourdes pénalités financières au cas où les “Pharaons” porteraient une autre tenue que celle fournie par Adidas. De quoi ajouter encore aux désillusions de la star nationale, Abu Trika, connu pour son engagement politique : l’homme qui avait il y a quelque temps déjà manifesté sur le terrain son soutien aux habitants de Gaza (voir ce précédent billet) n’a pas hésité au moment de la chute de Moubarak à se mêler à la foule des manifestants (article en arabe) de la place Tahrir. Comme pas mal d’Egyptiens − et ils ne sont pas les seuls ! −, il doit aussi se demander comment se terminera l’incroyable feuilleton des élections avec ses multiples épisodes qui font disparaître, au gré des décisions “juridiques”, tel ou tel candidat, y compris parmi les mieux placés.

Néanmoins, la question du boycott va tout de même se poser très rapidement aux Qataris puisque les patrons de la Formule 1 ont décidé de maintenir le Grand prix du Bahreïn prévu pour le dimanche 22 avril. D’ici là, Abdulhadi Khawaja, qui poursuit une grève de la faim depuis plus de 60 jours, se sera peut-être laissé mourir, ce qui serait très dommageable pour la grande fête du sport pétrolier… Ni le soutien des manifestants au Bahreïn, ni celui qu’il reçoit de la part d’organisations telles qu’Amnesty International qui dénoncent le traitement réservé à de simples prisonniers d’opinion, ne semblent émouvoir beaucoup les autorités locales.

Des chaînes japonaise, allemande ou finlandaise semblent hésiter à couvrir l’événement, surtout pour des raisons de sécurité vis-à-vis de leur personnel, il faut bien le reconnaître. On attend avec intérêt de voir quelle sera la position d’Al-Jazeera : la chaîne qui a fait du sport son cheval de bataille (commercial) sera-t-elle sur la piste pour ce rendez-vous sportif ou bien préfèrera-t-elle rester fidèle au slogan imaginé pour son quinzième anniversaire − “l’information, l’opinion, la conscience” − et à sa couverture des révoltes arabes, même quand elles se déroulent dans un émirat voisin ?

Malheureusement, on connaît déjà la réponse…

Petite chronique d’une révolution égyptienne (et arabe ?) presque annoncée

En bas, lire "Follow Us on Tahrir" c'est de l'arabzi*

Plus parlantes que bien de longues analyses, ces “brèves”, piochées dans la presse arabe de ce jour (mercredi 10). Elles en disent long sur l’état d’esprit qui règne au Caire, et même dans toute la région. La fin du système est proche : une partie des médias se rebelle, quelques-uns des plus fidèles soutiens se dérobent, et la population s’exprime. Pour commencer, la traduction intégrale d’un article d’Al-Quds al-‘arabi.

L’actrice égyptienne Ghada Abdel-Razeq (غادة عبد الرازق) annonce qu’elle a rompu toutes ses relations avec le réalisateur Khaled Youssef (خالد يوسف) après une conversation durant laquelle elle lui a demandé de soutenir les efforts pour apaiser la « rue égyptienne ». Une chose que Khaled Youssef a apparemment refusé. La discussion a tourné à la dispute et le réalisateur a coupé court à la communication téléphonique.

Les protestataires [de la place Tahrir] ont empêché Lamiss Hadidi, la présentatrice de l’émission « Du cœur du Caire » sur la chaîne publique de pénétrer place Tahrir. Ils l’ont obligée à rebrousser chemin en accusant la télévision gouvernementale de trompert le peuple égyptien et d’augmenter le nombre des victimes en diffusant de fausses informations à propos de ceux qui organisent et qui participent aux manifestations.

Des journalistes égyptiens ont empêché Makram Muhammad Ahmad, le responsable du Syndicat des journalistes, d’entrer dans le bâtiment de l’Union des journalistes, pour participer aux funérailles symboliques d’un journaliste d’Al-Ahram tombé sous les balles des forces de sécurité. Ils l’ont forcé à s’en aller en criant : « Le peuple veut faire tomber les médias du régime ! » Une nouveauté parmi les nombreux slogans des manifestations d’hier [9 février] : en plus d’exiger le départ du Président, certains posent désormais des questions sur sa fortune et celle de sa famille sur le mode : « Dis-donc Moubarak, d’où qu’ils viennent tes 70 milliards ? »

Pour la première fois en 30 ans, la version internationale d’Al-Ahram sort avec [seulement] une petite photo du président Moubarak en page intérieure et aucune de sa femme ou de son fils Gamal. Le quotidien n’annonce les deux rencontres du Président avec des responsables de l’Etat que par un petit article à gauche sur la Une, laquelle est consacrée aux manifestations de la place Tahrir, avec notamment la présence parmi les manifestants d’Ousama El-Baz, l’ancien conseiller politique du Président.

Anas El-Fekki, le ministre de l’Information qui a interdit d’antenne Al-Jazzeera et qui a persécuté [ses journalistes], regarde la chaîne en cachette pour suivre les derniers développements. Un de ses proches a raconté qu’il s’enferme dans son bureau et qu’il éteint la télévision chaque fois qu’un employé ou un visiteur entre.

Venu place Tahrir avec un de ses amis, l’acteur Ahmad Hilmi (أحمد حلمي), le comédien Ahmad el-Saqa (أحمد السقا) s’est retrouvé dans une situation embarrassante lorsqu’il a été reconnu par des manifestants qui l’ont chassé en lui reprochant son soutien à Moubarak. Al-Saqa est connu pour être un ami personnel de gamal et Alaa Moubarak.

Quand à (Ahmad) Hilmi, serrant de près son épouse Mona Zaki, il a choisi de se joindre aux manifestants de la place Tahrir, sachant qu’il s’était montré assez critique du régime dans son dernier film. Alors qu’on lui avait volé son téléphone portable, celui-ci lui a été restitué par un des protestataires qui avait aperçu le voleur !

Très mauvais signe pour le régime, les stars du foot se mettent de la partie! Et quand on sait leur importance aux yeux d’une bonne partie de la population (voir ce billet)…

Il y a quelques mois encore, Alaa Sadek était encore chroniqueur sportif sur NileSat. Mais un jour il a accusé Habib al-Adly, le ministre de l’Intérieur récemment destitué, d’être responsable des avanies subies par des joueurs égyptiens lors d’un match contre une équipe tunisienne (les acteurs de la révolution arabe étaient déjà réunis !) Il vient de prendre publiquement position pour que Moubarak quitte le pouvoir sans attendre, tout comme Nader Al-Sayyed. En prime, ce dernier, un ancien gardien de but de l’équipe nationale qui travaille pour Al-Jazeera Sports, traite le patron de la Ligue de foot et l’entraîneur national de corrompus !

Rien n’est plus comme avant par conséquent dans le monde arabe… Un autre signe, dans un autre pays, mais qui dit de manière assez éloquente les accommodements qu’on s’efforce de trouver avec une réalité qui frappe à la porte, Facebook et YouTube sont désormais disponibles en Syrie (ils avaient disparu depuis 2007) : la preuve, selon le journal Al-Watan cité dans cet article, que l’Etat syrien ne craint aucune menace…

Et confirmation, s’il en était encore besoin, que les rats quittent le navire, Gaber Asfour, dont on parlait dans le précédent billet, démissionne de ses (toutes nouvelles) fonctions de ministre de la Culture “pour des raisons de santé” (source Al-Jazeera, mercredi, minuit) : faut-il seulement commenter ?!!!

Guerre des étoiles et “machines à rêves”

Titre de la série de films réalisés par George Lucas, la “guerre des étoiles” (Star Wars), c’est également le nom d’un projet de réseau de satellites anti-missiles lancé par le président Reagan en 1983. Dans le monde arabe, aujourd’hui, c’est le nom que l’on pourrait donner à l’opération de sabotage menée par des mains encore anonymes contre la chaîne Al-Jazeera Sports à l’occasion de la Coupe du monde de football qui vient de débuter en Afrique du Sud.

Vendredi dernier, alors que se déroulait le premier match de la compétition entre l’équipe du pays organisateur et le Mexique, les téléspectateurs arabes ont en effet été privés de football, pendant la majeure partie du match. En dépit de la débauche de moyens investis dans l’opération (350 envoyés sur place pour des images en haute définition et même en 3D, 22 commentateurs en arabe, anglais et même en f’rançais cette année : détails de l’opération dans cet article en arabe), la chaîne qatarie a connu un jour noir en se montrant incapable “d’offrir” au monde arabe les jeux planétaires tellement attendus.

“Offrir” doit nécessairement s’écrire entre guillemets tellement “la fête du foot” est lourde d’enjeux financiers (mais pas seulement, comme on le verra). Ayant récemment racheté – fort cher d’ailleurs – les chaînes sportives du groupe Orbit, Al-Jazeera se trouve désormais en situation de quasi-monopole de diffusion sur la région arabe. D’autant plus, que la vente de droits par la FIFA (Fédération internationale de football association) se fait sur le mode de l’exclusivité. Au moment des enchères, personne, dans la région, n’a pu rivaliser avec l’offre d’Al-Jazeera qui a donc obtenu l’exclusivité des droits pour la retransmission dans l’ensemble de la région (Moyen-Orient et Afrique-du-Nord).

Si la chaîne d’information est gratuite et libre d’accès, les chaînes spécialisées, à commencer par Al-Jazeera Sports, sont payantes. Pour en profiter, il faut donc s’abonner (compter une centaine de dollars). Et comme il n’est pas sans risque de priver tout un peuple de fans de leur sport favori (voir ce précédent billet : Le jour où l’Egypte a frôlé la catastrophe), les solutions de secours se sont multipliées à l’approche du grand événement.

En Syrie par exemple (je ne sais pas comment l’affaire s’est terminée : commentaires bienvenus !), on racontait qu’une puissance financière “privée”, en l’occurrence celle de l’homme d’affaire Rami Makhlouf, le neveu du président, pourrait bien “offrir” à ses concitoyens les droits de retransmission des matchs (article publié dans Al-Quds al-‘arabi à la fin du mois de mai). En Algérie – seul pays arabe qualifié –, les anciens abonnés à la chaîne Orbit ont découvert qu’Al-Jazeera, en dépit des premières promesses, avait modifié les règles du jeu et qu’il leur fallait à nouveau payer pour pouvoir bénéficier des retransmissions. (voir ce billet sur ce blog). De crainte d’affronter un soulèvement populaire, les autorités locales ont donc acheté à Al-Jazeera (14 millions de dollars tout de même : pour le foot, il y a toujours de l’argent !) les droits de retransmission, sur réseau terrestre, pour découvrir que les qataris étaient des négociateurs qui pouvaient manquer de fair-play (article sur le blog d’un journaliste algérien).

Bien qu’ils soient au plus mal avec les Qataris, et singulièrement avec une chaîne qui leur mène la vie dure, les Egyptiens n’ont pas fait exception à la règle. Sous la menace de la frustration populaire, la télévision nationale égyptienne a également racheté, fort cher (22 millions de dollars selon cet article),  les droits de retransmissions – par chaîne terrestre – de 22 matchs. Sauf que les Qataris, cette fois encore, n’ont pas totalement respecté les règles en annonçant, après les accords, qu’ils se donnaient le droit de diffuser en clair et donc gratuitement, certains matchs de leur choix…

Et alors, pourrait-on se demander, où est le problème ? Le problème, il est économique. En effet, qui dit “foot”, dit “public” et dit surtout “publicité” (une hausse de 120%, 60 millions de dollars pour les seuls pays du Golfe selon cet article dans Arabian Business). Et comme l’image est meilleure par satellite, la “gratuité” des matchs sur Al-Jazeera a pour conséquence que les téléspectateurs égyptiens risquent de se brancher sur la chaîne qatarie, et qu’ils seront suivis par une bonne partie des annonceurs, lesquels, selon la théorie des vases communicants, déserteront la télévision égyptienne qui en sera pour ses frais… C’est beau le sport !

C’est donc dans ce climat de saine compétition sportive qu’ont débuté les retransmissions des matchs par Al-Jazeera, marquée par cette très longue et très inexplicable panne qui a privé de leur plaisir des téléspectateurs arabes ayant payé souvent fort cher leur abonnement à Al-Jazeera Sports (ou même seulement le droit d’entrée dans un café ou un hôtel un peu chic accueillant les fans pour l’occasion).

Mais dans la mesure où la panne a eu lieu sur les canaux que loue Al-Jazeera sur le satellite Nilesat (et non pas sur les autres satellites qui peuvent être reçus dans la région : Arabsat, Hotbird ou Noorsat), il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les responsables de la chaîne qatarie accusent à demi-mots les Egyptiens d’être à l’origine de ce qui semble bien avoir été non pas une panne technique mais un acte de sabotage. Comme s’est écrié, en direct, un des présentateurs sportifs, l’Algérien Lakhdar Berriche (oui, forcément, alors que l’Algérie est le grand rival de l’Egypte sur le terrain footballistique !!!) “[A Al-Jazeera,] on a voulu faire du mondial une fête sportive mais il y a quelqu’un qui est en train d’y mettre de la politique !”

Depuis, la FIFA a naturellement donné son soutien de principe à un de ses meilleurs clients, le groupe qatari, qui a lui-même commandité une enquête technique. L’affaire est donc loin d’être close, d’autant plus que les responsables d’Al-Jazeera semblent revenir un peu sur leurs accusations à l’encontre de l’Egypte, tout en confirmant qu’ils ont bien été victimes d’un acte de malveillance qui n’a pas pu être le fait de quelques individus mais qui semble relever au contraire d’une piraterie des ondes assez sophistiquée. Qui a voulu attiser les braises de la discorde arabe ?

En attendant, ceux qui se plaignent le moins des problèmes techniques rencontrés par Al-Jazeera, ce sont les milliers d’adeptes d’un autre sport national arabe, la “débrouille”. Face à la hausse des prix rendue possible par le monopole d’Al-Jazeera sur les retransmissions, les “décodeurs”, en vente (bien qu’ils soient en principe souvent interdits) partout dans le monde arabe, restent encore accessibles, pour une petite centaine de dollars. En Egypte (voir cet article en arabe sur le site Middleeast-Online), on leur donne un nom tragiquement significatif :  ce sont des ajhizat al-ahlâm (أجهزة الأحلام), des “machines à rêves”. En deux mots, tout est dit !

Mélange des genres en Arabie saoudite : quand la photo est bonne !

Cette photo (AFP), pas vraiment sublime, n’en est pas moins exceptionnelle. Abondamment diffusée dans la presse, ce portrait du roi Abdallah d’Arabie saoudite – et du prince héritier Sultan Ben Abdel Aziz pour atténuer l’impression qu’aurait pu donner la seule présence du souverain peut-être ? – est une petite révolution. Prise à l’occasion d’un séminaire sur la santé, elle montre les deux responsables saoudiens avec une joyeuse assemblée de leurs concitoyennes sujettes. Manière, pour les autorités saoudiennes, de signifier, sans avoir à le dire explicitement avec des mots qui blessent, que leur point de vue évolue sur la question de la mixité entre les sexes.

Car les mots pour dire ces choses ne sont pas faciles, sachant que la question de la séparation entre les sexes – assez disputée en casuistique musulmane – constitue la pierre de touche du système social érigé en norme par le courant religieux wahhabite vers la fin du XVIIIe siècle et utilisé ensuite par la famille des Al Saoud pour asseoir leur domination politique sur la majeure partie de la Péninsule arabique. Dans le langage courant, on parle souvent en Arabie saoudite de “mélange” (ikhtilât أختلاط, sous entendu, des sexes), un mot qui, comme le souligne cheikh Qardhâwî en personne, n’appartient pas à la tradition religieuse (article en arabe dans Elaph). Le mot “sonne” assez péjorativement en arabe et il faudrait mieux selon le global mufti parler d’association ou de rencontre entre les sexes (liqâ’ – muqâbala – mushâraka). La presse présente les choses souvent de manière plus neutre avec l’expression de “séparation des sexes” (fasl al-jinsayn), laquelle est prônée par les Wahhabites pour éviter l’abomination de la khalwa (خلوة), cet “isolement” (si l’on prend le mot au pied de la lettre) qui signifie en fait, sans que les choses ne soient vraiment dites, le “tête à tête” de deux êtres de sexe différents…

On le sait, les genres ne peuvent se mélanger qu’en vertu (?) de règles très strictes dans le royaume saoudien, et il y a même une police de mœurs dont un des rôles consiste à faire respecter cette loi. (Avec parfois des conséquences assez paradoxales, les teen-agers saoudiens devant ainsi supplier leurs sœurs ou leur mère de les accompagner faire du shopping dans les malls depuis la mise en place d’une règlementation limitant l’accès des jeunes mâles isolés, suite à trop d’incidents car les centres commerciaux étaient devenus de hauts lieux de drague !)

Dans la réalité, voilà des années que tout le monde (ou presque) a compris que les choses ne peuvent plus durer ainsi, sauf qu’il est fort difficile de revenir sur une règle qui, dans la pratique locale de l’islam saoudien, est pratiquement érigée en dogme. Depuis des années, les coups de boutoir contre cette (assez récente) tradition de la séparation des sexes se multiplient, dans des contextes différents, et selon des stratégies multiples où le choc des images sert à ébranler les certitudes, comme on le voit bien dans cette photo du célèbre prince saoudien, et richissime homme d’affaires qu’on ne présente plus, Al-Walid Ibn Talal, se faisant tirer le portrait, il y a tout juste un an, en compagnie de l’équipe féminine de foot de Jeddah (voir ce billet). (Le terrain de foot – on l’a d’ailleurs vu aussi en France – étant apparu comme une nouvelle conquête de la femme saoudienne venue, pas vraiment en masse mais tout de même, encourager son équipe nationale dans un stade rempli de mâles déchaînés : voir cet article en arabe dans Elaph).

Il n’est donc pas étonnant que l’épilogue des temps forts qui ont agité l’Arabie saoudite durant les six derniers mois ait été en définitive annoncé par la photo de la personnalité la plus libérale de la famille royale avec ses footballeuses préférées, et soit aujourd’hui donné grâce à celle qui ouvre ce billet, avec un roi fort bien entouré. Pour mémoire, rappel des principaux épisodes de ces éclats publics :
– Septembre 2009, le jour de la fête nationale, inauguration en grande pompe (tous les dignitaires du Royaume et quelques prix Nobel pour la photo là encore) de la King Abdallah University of Science and Technology (KAUST). On apprend à cette occasion que les femmes, y compris saoudiennes, n’auront plus l’obligation de porter leurs abayas ni de se voiler et qu’elles seront même autorisées à conduire à l’intérieur de ce campus de 36 km².
– Octobre 2009, cheikh Saad al-Shethry (سعد الشثري), membre du Conseil des grands oulémas est, fait rarissime, démis de ses fonctions par décret royal. Lors d’un entretien donné à la chaîne religieuse Al-Majd, ce membre éminent du Comité permanent des recherches et des fatwas avait critiqué cette introduction de la mixité dans la toute nouvelle université. Plus fondamentalement, le religieux luttait sans doute, avec certains de ses semblables, pour garder la main sur les programmes, via le maintien de comités de contrôle …
– Décembre 2009, Ahmed ben Qassem Al-Ghamidi (أحمد بن قاسم الغامدي), responsable, dans la très sainte ville de La Mekke, de la police des mœurs, suscite une véritable commotion dans la société saoudienne en affirmant que la mixité est un fait naturel et que ceux qui s’insurgent contre elle, alors que la sharia est muette sur la question, l’autorisent en fait au sein de leurs propres maisons, remplies d’employées qui y travaillent en présence de nombreux hommes étrangers ! (article en arabe sur Islam-Online avec traduction du passage le plus “saignant” dans Courrier international. Pareille déclaration, bien dans l’air du temps quoi qu’on en dise, n’est pas sans poser problème : que faire de tous ceux qui ont été emprisonnés, jugés, condamnés, pour un délit qui n’en serait plus un ?!!! Il y a eu sans doute un peu d’improvisation de la part d’un fonctionnaire zélé, pressé d’aller là où souffle le vent et on ne sait pas bien aujourd’hui s’il a été révoqué, maintenu en poste (aux dernières nouvelles, il valait mieux ne rien dire, selon cet article du Middle-East Online).
– Février 2010 enfin (mais la saga connaîtra certainement d’autres rebondissements), les milieux conservateurs contre-attaquent à travers la personne d’un religieux bien connu pour ses positions extrémistes. Cheikh Abdul-Rahman al-Barrak (عبدالرحمن البراك) utilise le registre classique de la fatwa (simple avis qui n’a pas valeur contraignante, rappelons-le) pour expliquer que la mixité au travail ou dans le cadre scolaire “prônée par les modernistes” est strictement proscrite car elle permet “de voir ce qui est interdit et autorise les hommes et les femmes à se parler, ce qui est interdit”. “Quiconque permet cette mixité (…) autorise des choses interdites est un infidèle, ce qui constitue une apostasie (…) Soit il se rétracte, soit il doit mourir (…) car il désavoue et n’observe pas la charia”. (Traduction récupérée ici ; texte arabe sur le site d’Al-Arabiya, avec un résumé en anglais).
Tollé dans la presse (toujours fort proche des milieux au pouvoir) ; coup d’éclat de la sympathique candidate saoudienne arrivée en demi-finale de la célébrissime émission Le poète du million, qui “se fait” les vieux cheikhs et se taille un beau succès dans les médias arabes et internationaux en dénonçant dans une belle improvisation lyrique et devant des dizaines de millions de téléspectateurs le chaos des fatwas ; fermeture début mars pour la forme du site du cheikh excessif (il fonctionne pourtant – le site ! – vous pouvez le vérifier !)

Malgré tout cela, “la messe est dite” oserait-on affirmer et la photo du roi en aimable compagnie est là pour nous dire que ce n’est qu’un épisode de plus dans une série de péripéties qui mènent inexorablement à la modernisation de l’Arabie saoudite, et à l’abandon, plus ou moins explicite/hypocrite, des contraintes, longtemps acceptées par les alliés occidentaux du Royaume et désormais de moins en moins supportées, à commencer par les couches les plus jeunes et les plus éduquées de la population.

Et s’il fallait s’en convaincre, et se souvenir qu’une bonne photo en dit parfois bien plus que de longs discours, on s’est beaucoup amusé en Arabie saoudite et dans le monde arabe de ce photogramme (lien sur le site de la chaîne Al-Arabiya) tiré d’une vidéo tournée il y a quelques jours à l’occasion de la célébration, au Koweït, du “jour de la femme” (comme quoi !) : malgré le cadrage serré, on y voit – regardez bien sur les côtés ! – le très sérieux cheikh Muhammad al-Nujaymi (محمد النجيمي), un des partisans notoires de cheikh Barrak (article en anglais) et de sa fatwa incendiaire contre la mixité. Le pauvre homme est en plein “mélange des genres”, et avec des femmes “en cheveux” s’il vous plaît !!!

Avis aux fidèles ! Dans la série de ce que j’appelle les “billets intermédiaires”, je voudrais bien me livrer, mardi ou mercredi, à une petite expérience. Pensez à ouvrir… (Vous pouvez aussi vous inscrire à un des flux de syndication, à droite de l’adresse ou tout en bas tout en bas de l’écran.

Le jour où l’Egypte a frôlé la catastrophe : foot, télévision et conflits asymétriques

logojazeera

Lors de leur dernière rencontre, les ministres de l’Information de la région ont rejeté une résolution du Congrès étasunien appelant à des sanctions contre al-Manar (Liban), Al-Aqsa (Gaza) et Al-Zawra (Irak), trois chaînes satellitaires accusées de promouvoir le terrorisme tout en incitant à l’anti-américanisme. Comme l’écrit Marc Lynch, dans le pourtant respectable Foreign Policy, il est presque pathétique de constater que la Ligue arabe, avec sa cohorte d’Etats autoritaires, se montre en l’occurrence plus favorable à la liberté des médias que le Parlement des USA !

Il ne faudrait pas croire pour autant que les régimes locaux se sont brutalement convertis à la liberté d’opinion. Au contraire, l’ordre du jour reste celui d’une Charte capable d’« organiser » le domaine audiovisuel arabe, projet déjà discuté il y a deux ans et à l’époque déjà vigoureusement rejeté par le seul Qatar ou presque (voir ce billet). Cette fois-ci, toujours à l’initiative de l’Egypte et de l’Arabie saoudite, c’est un Haut-Commissariat (مفوضية) qui est envisagé pour mettre un peu d’ordre parmi les quelque 700 chaînes du paysage télévisuel arabe.

De fait, on peut l’avouer maintenant, il y a quelques jours le monde arabe a tout simplement frôlé la catastrophe…

Tout a commencé à la fin du mois de novembre 2009, lorsque la chaîne Al-Jazeera, financée par le Qatar, a acheté au bouquet Orbit l’ensemble de ses chaînes sportives. Pour cette transaction, sans nul doute record même si son montant exact n’a pas été divulgué, le chiffre incroyable de 5,5 milliards de riyals, soit 1,5 milliard de dollars, est avancé dans cet article dans Elaph. Quoi qu’il en soit, c’est toute une époque qui se referme, celle des premiers temps de la télévision privée commerciale dans la région, inaugurée, au début des années 1990, par le cheikh séoudien Saleh Abdullah Kamel (voir ce billet) propriétaire du groupe ART.

Cependant, comme la cession portait également sur les droits de diffusion que possédaient les chaînes du groupe Orbit, Al-Jazeera Sport s’est retrouvée en position d’exclusivité pour les retransmissions des compétitions de football : celles des différents championnats européens, celles de la prochaine coupe du monde en Afrique du Sud et aussi celles de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations), que vient tout juste de remporter l’Egypte en battant péniblement le Ghana après sa large victoire sur l’Algérie.

Un tel monopole sur le sport de très loin le plus populaire dans la région a bien entendu la plus haute importance stratégique.

On a commencé à s’en rendre compte en janvier. Quand les phases finales de la CAN ont commencé, les supporters des équipes arabes engagées dans la compétition (Tunisie, Algérie, Egypte) n’ont pas eu d’autre choix que de se tourner vers Al-Jazeera, dont le canal sportif, à la différence de la chaîne d’information, fonctionne sur abonnement, comme c’était d’ailleurs déjà le cas avec Orbit, malgré tout nettement plus chère. Au fur et à mesure des éliminatoires et de la progression des équipes arabes, la situation est devenue de plus en plus difficile à gérer, à commencer en Egypte où les télés locales en étaient réduites à diffuser de vieilles images d’archives. De leur côté, les responsables de la chaîne qatarie avaient fait savoir qu’une offre de retransmission des matchs des “Pharaons” , pourtant raisonnable en termes financiers selon eux, avait été refusée par l’Egypte.

Rien d’étonnant en vérité car, comme on l’a vu dans un précédent billet sur les déclarations, à propos de Gaza, du global imam, l’Egyptien Qardhâwi aujourd’hui installé au Qatar, les relations sont au plus mal entre la plus populaire des chaînes arabes d’information et les autorités du Caire résolues à poursuivre leur politique pro-américaine à l’encontre du Hamas. Dans un contexte qui rendait un accord commercial impossible, la tension ne pouvait que monter dangereusement. Même si de fort opportunes campagnes se sont développées sur Facebook pour dénoncer le monopole d’Al-Jazeera qui privait l’Egypte de ses champions, on n’ose imaginer ce qui aurait pu se passer si, dans une Egypte déjà prise de fièvre nationaliste, les supporters avaient été privés des images de leurs champions remportant la Coupe africaine des Nations tout aussi sévèrement que les habitants de Gaza le sont de liberté et d’autres nécessités plus matérielles encore ; au regard des quasi émeutes au Caire en novembre dernier (voir ce billet) à la suite d’un match perdu contre l’Algérie, tout ou presque pouvait arriver…

Mais l’explosion n’a pas eu lieu car, le 12 janvier dernier, Al-Jazeera a soudainement annoncé, deux heures seulement avant un des matchs de l’équipe d’Egypte, qu’elle diffuserait en clair les compétitions de la CAN. Une assez bonne affaire commerciale pour la chaîne qatarie car, aux abonnements de ceux qui ne pouvaient se passer des images de la compétition, sont venus s’ajouter les revenus des publicités diffusées à l’intention des 80 millions de consommateurs égyptiens.

Mais surtout un très bon coup politique. On peut imaginer en effet qu’il y a eu un prix à cette « aumône » en apparence généreusement offerte à l’Egypte. Le Qatar aurait-il échangé la menace d’une éruption populaire en Egypte contre certaines garanties, pour sa chaîne, dans la nouvelle police médiatique régionale ?

La création de la chaîne Al-Jazeera avait déjà été pour Doha, au milieu des années 1990, une manière de se protéger des éventuelles ambitions de son voisin saoudien ; la création d’un monopole sur les émissions sportives avec le rachat des chaînes du groupe Orbit, et la menace d’un « blocus » sur les images des matchs de la CAN, sont peut-être une nouvelle démonstration de l’habileté des Qataris à gérer les situations de conflit asymétriques.

No (Coranic) Logo !

Y a-t-il un lien avec l’annonce d’un accord imminent avec la très américaine News Corp du très conservateur Rupert Murdoch (voir précédents billets sur cette question) ? Toujours est-il que les chaînes du groupe Rotana ont suscité bien des commentaires en diffusant, entre deux clips de chanteuses aguichantes, des spots publicitaires financés par les fondations humanitaires de Al-Waleed Ibn Talal (مؤسسات الوليد بن طلال الخيرية والإنسانية), par ailleurs richissime propriétaire de Rotana. L’un montre des jeunes se roulant un joint avec leurs photos de famille (curieuse idée !) et l’autre, en s’appuyant sur un hadîth (un « dit du Prophète »), martelle ce que peu de musulmans ignorent, à savoir que l’alcool est harâm !

Comme le rappelle Muhammad Khayr dans cet article (en arabe), ce n’est pas la première fois que ce type de messages est diffusé par des télévisions arabes. Il y avait déjà eu, lors du ramadan 2008, la campagne Rahma (Miséricorde : voir ce billet) qui avait fait pas mal de bruit et, depuis, la chaîne MBC avait également diffusé plusieurs spots sur le thème des valeurs morales de la jeunesse (البركة بالشباب Al-baraka bil-shabâb, à la fois « la jeunesse est une bénédiction et les jeunes font des œuvres pieuses »). On pouvait y voir par exemple un groupe de jeunes aux arrivées d’un aéroport. Quand l’un d’entre eux (casquette à l’envers, comme quoi Mme Morano sait de quoi elle parle !) part bille en tête dans une critique d’un jeune passager au look gentiment destroy que ses études à l’étranger, source de toutes les perversions, ont sans nul doute perverti, il se fait rabrouer par un de ses copains qui lui rappelle un autre hadîth célèbre : Recherche la science, jusqu’en Chine ! (sil le faut)

Comme la plupart des films publicitaires, ces vidéos disent bien des choses sur les sociétés arabes contemporaines. Mais elles posent aussi un problème intéressant, celui de l’utilisation de la « parole divine » dans un contexte profane. Si le message est incontestablement vertueux, son contexte immédiat, à savoir celui des émissions sur les chaînes qui le diffusent, ne l’est pas autant, qu’il s’agisse des clips de la chaîne Rotana ou des émissions de variété de la MBC. Pleinement morale en apparence, l’utilisation « publicitaire » des références au texte religieux finit donc par poser problème dès lors que la multiplication des références religieuses, dans des contextes trop prosaïques, entraîne un risque certain de « désacralisation ».

Certains religieux ne s’y trompent pas d’ailleurs. A la suite de bagarres entre supporters, une décision officielle est ainsi venue interdire en Arabie saoudite le port de maillots ornés de formules religieuses, sauf, précisément, pour les matchs de bienfaisance ! (article en arabe sur Islam-online). Plus récemment, c’est la très vénérable Al-Azhar, au Caire, qui, selon le Daily News, a dénoncé l’usage publicitaire, de la part de partis politiques ou de commerçants, des versets coraniques. Selon les propres termes d’un ancien mufti de la République, le texte sacré doit rester « un guide pour la vie et non pas un logo » !

No (Coranic) Logo, en somme, pour reprendre le titre célèbre de Naomi Klein! Sauf qu’au regard du nombre de versets qui ornent ne serait-ce que les taxis du monde arabe (tout en portant chance à leurs propriétaires), les recommandations des religieux risquent fort de rester lettre morte. Et ce n’est pas demain que les joueurs de foot cesseront de remercier Dieu en se prosternant sur la pelouse, action louable, à coup sûr, mais discutable sur le plan religieux! (voir ce billet.)

Sans doute, la parole divine s’est-elle aujourd’hui prodigieusement démultipliée dans l’espace arabe contemporain au point de sembler l’envahir, mais il n’est pas certain qu’elle ait conservé toute sa puissance d’évocation.

Lettre de Tunisie : graffiti et culture alternative

Ce document m’est arrivé par internet, avec toutes sortes de recommandations pour que son éventuelle publication ne puisse pas porter préjudice à son/ses auteur(s). Je le publie avec quelques coupes, quelques liens , et une petite intervention du côté de l’illustration (original disponible en suivant ce lien). Merci à/aux auteur(e)(s) !

Ci-dessous, avertissement destiné aux utilisateurs d’un café-internet en Tunisie (source Reporters sans frontières)

En réalité, je n’ai pas envie de vous parler de la Tunisie, parce que d’une part, ça vous déprimerait, d’autre part, me déprimerait aussi. Non je rigole.

Tout d’abord, pour qu’il y ait une scène alternative, il faudrait qu’il y ait d’abord une scène. Or tout l’espace public est contrôlé, verrouillé, aseptisé, plastifié : salles de spectacles en nombre limité, toutes avec des chaises fixes; bars en nombre limité aussi, non à cause d’un conservatisme religieux puisqu’il suffit d’aller en Egypte, en Algérie ou au Maroc, pays beaucoup plus conservateurs pour se rendre compte que cet argument n’est pas valable tant il y a de bars, c’est bien pour pouvoir contrôler tout dérapage ; médias strictement contrôlés, strictement, les journaux ne font que copier les dépêches officielles.

Bena1Même internet est contrôlé : Dailymotion et Youtube sont censurés, aucun accès à partir des serveurs qui appartiennent d’une manière ou de l’autre à l’Etat. Toutes les pages non désirées par le pouvoir se voient remplacées par un 404 unfound.

Donc aujourd’hui, à l’heure actuelle, il n’y a pas de scène, et encore moins alternative. Circulez, il n’y a rien à voir.

Et puis si on parle strictement d’alternatif, c’est par rapport à quoi ?

Parce qu’il existe une défiance qu’on peut qualifier de résistance face au modernisme et face à l’occidentalisation des mœurs, peut-elle, cette défiance, avoir un statut alternatif, doit-on la qualifier de révolution réactionnaire, de quête identitaire qui se définit par exemple dans le retour aux musiques traditionnelles ?

Parce que d’une autre manière, il peut aussi exister une frange hip hop hardcore dont les paroles intègrent une dimension islamiste.

Il n’est donc pas évident de parler de culture underground avec les concepts qui ont cours en Occident.

Car ici se juxtaposent plusieurs problématiques : celle de la politisation ou non, celle des différents positionnements face aux pouvoirs, où s’entremêlent les rapports à une société conservatrice, à la religion, voire à l’islam politique, et dans un même mouvement, des rapports complexes face à l’Occident, à la « modernité » politique et/ou sociale et/ou économique. Ces derniers sont de l’ordre de la répulsion/attraction, d’un « je t’aime moi non plus » qui finira on ne sait comment.

Bena2Si on analyse les problématiques inhérentes à la jeunesse, ça donne un amoncellement de photographies individuelles en rapport à un contrôle sociopolitique ténu et difficile, et ce dans un environnement économique en crise.

25 à 30 % de la population a moins de 25 ans.

Un taux de chômage élevé pour cette classe d’âge qui se retrouve, quel que soit son diplôme, à travailler dans des centres d’appels téléphoniques à traiter les desiderata des Français, des Suisses ou encore des Belges.

Elle est aussi confrontée aux problèmes liés aux rapports entre sexes dans des sociétés conservatrices.

La jeunesse s’ennuie, ou bien passe son temps dans les cafés, en couple, en mode fleur bleue, rêvant de mariage, de téléphones portables et de voitures.

Elle s’en fout du politique dans la mesure où, de président, elle n’en a connu qu’un seul qui règne depuis 22 ans. Et puis, il n’y en a eu que deux depuis l’indépendance en  1956. Elle s’en fout dans un fatalisme toujours teinté d’humour. Et de toutes les façons, les mascarades d’élections, de pluralisme des partis politiques, de droits de l’homme, de libre-expression et de presses libres ne cherchent à convaincre personne sauf les opinions occidentales, et ce dans des mises en scène tellement ridicules qu’il ne reste que l’humour pour supporter ce vacarme malsain.

Bena3

Si on caricature : les hommes cherchent à esquiver les rafles militaires, les filles cherchent un mari idéal.

Les rêves de changement sont dans un ailleurs improbable : phantasmes d’Europe, de Canada, des Etats-Unis. Pour certains, confrontés à une impasse d’imaginer le futur, ça tourne à l’obsession, quitte à brûler identité, partir et devenir, peut-être…

Et que faisons nous, nous qui ne voulons pas partir ?

Bena4Les seuls moments où la culture est en effervescence, c’est lors de festivals. En dehors de ces moments, rien. Les cinémas ne sont plus le catalyseur des formes artistiques les plus élaborées, ne sont plus les lieux du spectacle social par excellence. La crise que rencontre cet art en Europe est ici accentuée d’une manière critique, puisque les consommations culturelles sociales s’individualisent. Les cinémas en eux-mêmes ne servent plus que de lieux de passe (véridique), puisque les hôtels réclament que les couples soient mariés pour pouvoir prendre une chambre. […]

Les années 1990 ont été une des périodes les plus dures en termes de répression. L’étouffement des corps et des esprits était tel qu’une scène alternative de métal a explosé dans une déflagration soutenue par une jeunesse unanime. Car cette musique exprimait au mieux tout le désespoir, l’ennui et la frustration. Le premier concert de métal fut donné par un groupe nommé TSA en 1993, et tout le monde a été surpris par l’affluence. Les chaises fixes ne résistèrent pas longtemps face à la découverte extatique du pogo. Le concert a dégénéré, la police est intervenue pour arrêter le concert, mais le phénomène était lancé.

Pendant une dizaine d’années, des concerts se sont organisés là où c’était possible. Nirvana, Sepultura, Slayer, Metallica, Megadeath ont été les sources d’inspiration de nombreuses formations à géométries et à durées variables. Pourtant, bien que la rage exprimée ait été profonde, ce n’était pas non plus du punk contestataire, la plupart des groupes faisaient soit des reprises, soit des compositions chantées à majorité en anglais sur des thèmes poétiques de malaise qu’on pourrait qualifier d’adolescent.

Bena6A la même époque, une scène beaucoup plus engagée s’est développée, celle du hip hop, dans les bidonvilles et les quartiers défavorisés de la ville : Kabbariyya, Jbel Jloud… Cette différence de géographies et de classes a fait que ce mouvement, bien que très productif, fut méconnu et restreint à un cercle d’initiés. Beaucoup plus contestataire, maniant le dialecte tunisois le plus cru, ce mouvement est resté discret parce que surveillé puisque certains opus anonymes se sont attaqués aux violences policières, et aux réalités sociales et politiques.

A la fin des années 1990, une lame de fond à touché tous les pays maghrébins, la fusion entre reggae, musiques gnawa, chaâbi et rock prônée par Gnawa Diffusion et son chanteur emblématique Amazigh Kateb a littéralement révolutionné le paysage musical, puisqu’une sorte de synthèse entre les musiques des deux rives de la Méditerranée était possible.

Ce reggae fusionnant a été l’étendard de plusieurs groupes tunisiens assumant des identités différentes, des langages multiples et des styles divers.

Dans les années 1990, le reggae était d’ailleurs une des musiques à la fois les plus appréciées et craintes, puisqu’elle était associée au hash, ce pays a une des législations les plus dures au monde en terme de répression : pour un spliff, on prend une année de prison, et on en risque cinq. Il suffisait de montrer à l’époque qu’on écoutait du Bob pour avoir un dossier qui s’ouvrait quelque part et qui n’attendait qu’à se remplir. Et vu le nombre de paires de yeux et d’oreilles spécialement dédiées à la surveillance, ça pouvait arriver très vite ! Bien que la législation n’ait pas changé, la répression s’est beaucoup calmée à partir des années 2000, puisque c’est aussi une soupape de sécurité qui permet de relâcher la pression sociale confrontée aux difficultés économiques. C’est peut-être aussi une des raisons qui a permis la multiplication des groupes de reggae et de hip hop à partir de cette époque. Peut-être…

Quant aux musiques électroniques, elles apparurent dès le début des années 2000 dans des projets radicalement opposés au clubbing des boîtes de nuit dans les zones touristiques où s’amusent les touristes et la jeunesse dorée. Imprégnée dans tous les sens par toutes les musiques électroniques occidentales, on y trouve de tout : dub, dubstep, jungle, techno, breakcore… Internet permettant une meilleure diffusion, ce mouvement tend à s’étendre plus facilement, mais reste confronté à un manque d’espace d’expression : la quasi impossibilité de trouver des lieux adéquats pour jouer plombe totalement ceux qui désirent se produire dans des conditions live.

Bena5Reste la chanson, quelle que soit la musique derrière. Une prise de parole est toujours l’acte le plus subversif dans un système qui tend à faire taire toutes les voix. Le statut du poète a toujours été sacré dans le monde arabe. C’est une sorte de rock star. C’est pour ça que lui peut s’élever contre les injustices. Il existe ainsi une forte tradition de chanteurs-poètes contestataires, le plus illustre d’entre eux restant l’aveugle Cheik Imam qui, avec son parolier Fouad Negm, a chanté les révoltes dans les années 1960 et 1970, dénoncé les despotismes, appelé à la révolution, pourfendu l’impérialisme et le sionisme. […]

Aujourd’hui, [une scène] contestataire tunisienne existe, mais à l’étranger. Tous ceux qui veulent s’exprimer n’ont d’autres choix que l’exil. France, Angleterre, Canada, tous ceux qui sont partis nous nourrissent grâce à internet de ce qui nous manque ici, aujourd’hui, à savoir une parole libre et critique.

Ce qu’on comprend à travers tout ça, c’est qu’il ne peut y avoir d’espace public tant que celui-ci est totalement et rigidement contrôlé.

Bena7Une exception notable dans cette analyse de l’espace d’expression sociale : le football. Ça n’a l’air de rien comme ça, et pourtant ce phénomène est quasi une religion, certes, ça arrange le pouvoir, mais d’un autre point de vue, que peut faire le pouvoir policier face à un stade rempli de 40 000 ou 70 000 personnes ? Il ne peut que tenter de canaliser, ce qu’il ne réussit pas toujours à faire. Dans un stade, à travers les rivalités entre clubs, s’expriment toutes les contradictions sociales et économiques : contradictions entre quartiers, entre classes, qui des fois se transcendent et s’unissent dans des explosions de violence contre le système. C’est ainsi que des matchs de foot ont dégénéré dans des phénomènes de révoltes urbaines, avec un défoulement des individus envers les symboles de leurs frustrations économiques et c’est pourquoi tous les matchs sont sous haute surveillance.

Quel gâchis tout de même ! Tant d’individus, de groupes, tant d’expressions originales n’ont pu se réaliser faute d’accéder à une scène ! C’est peut-être ça notre scène alternative : une histoire non écrite puisque l’histoire est écrite par les vainqueurs, une histoire faite de cris étouffés, de soupirs, de tentatives avortées et de désirs mort-nés.

Prenons en conclusion l’exemple du graffiti et mettons le dans notre contexte : le fait d’écrire sur un mur, surtout dans la médina, même une déclaration d’amour, a toujours été, quelle que soit l’époque, une remise en question du pouvoir.

Bena8Un jour, en 1996 je crois, la ville de Tunis s’est réveillée sous le choc : tous les murs de la médina avaient été recouverts d’inscriptions faites au charbon ou au fusain. C’étaient des textes de Mahmoud Darwich, d’Abou Nuwas (LE poète du vin de l’époque abbasside) et d’autres auteurs subversifs de la longue histoire littéraire arabe, recouvrant l’espace le plus anciennement sacré politiquement dans une frénésie et une jouissance totale. Le lendemain, tout était repeint.

De tels graffitis, qui ne délivraient pas en eux-mêmes un message politique évident à décoder, se situaient dans une dimension tellement inconnue ici, que les autorités ne savaient pas comment réagir face à pareils trublions faisant leurs gammes sur les murs des espaces isolés dans les banlieues éloignées.

Il n’y a pas de contre-culture graffiti. Et pourtant, il y a des gens qui écrivent, même s’ils sont rares, mêmes s’ils sont inconnus, même si ce n’est qu’une fois.Bena9