Eid (pas) Moubarak !

Ce dessin de presse publié dans Al-Quds al-‘arabi il y a une semaine fait bien sûr allusion aux suites du match entre l’Algérie et l’Egypte (voir le précédent billet). Jouant sur les différents sens du mot marma (le but mais aussi Marma al-Jamarat, un des rites du pèlerinage où les fidèles « lapident » le diable), les deux supporters échangent les mêmes pensées : Enfin, grâce à Dieu, un but qui nous unit et qui efface nos fautes !

Toujours selon Al-Quds, les vœux de fête ont été quelque peu bousculés cette année. Une des formules les plus traditionnelles, Eid moubarak (Que cette fête te soit bénie !) est définitivement écartée en Algérie puisqu’elle se confond avec le nom du président égyptien, au profit de Eid Saadane, variante imaginée à partir de la formule Eid saïd (Bonne fête) en hommage à Rabah Saâdane, l’entraîneur de l’équipe nationale locale !

En ces temps de fête, la piété et la croyance d’un islam volontiers fanatique si l’on en croit les experts n’empêchent donc pas l’humour !

« Politisation du ballon » et « ballification de la politique »

Trop « arabes » en France au goût de certains, les Algériens sont paradoxalement souvent perçus chez leurs voisins arabes comme « trop français » ! Depuis l’invasion de leur pays, suite à la réaction d’orgueil national d’une France outragée par le coup d’éventail donné par le bey d’Alger à son représentant en 1830, les Algériens sont, certes, respectés pour l’ampleur de leurs souffrances (certains évoquent la disparition d’un tiers de la population lors de la colonisation, et 1,5 million de morts ont péri selon les historiens locaux durant la guerre de décolonisation). Mais ils sont également toujours suspects de vivre une arabité un peu dérangeante par rapport aux idées reçues, à l’image de la langue qu’ils utilisent au quotidien, à la fois profondément arabe et métissée, comme l’exprime ce slogan, martelé dans une superbe lingua franca par les supporters algériens après la victoire finale de leur équipe : One, two, three ! Viva l’Algérie !!!.

Difficile de l’ignorer en effet, l’Algérie s’est qualifiée pour la phase finale du prochain Mondial, et représentera donc le monde arabe aux dépens de l’Egypte, vingt ans tout rond après que cette dernière l’ait elle-même éliminée à l’issue d’un match particulièrement houleux : en 1989, l’arbitre – un Tunisien ! – avait été accusé d’avoir volé un but aux frères algériens (ceux-ci n’avaient pu retenir leur colère et, entre autres violences, un joueur avait été condamné pour avoir blessé un supporter égyptien dans un hôtel : article dans le Guardian).

Sportive en principe, la confrontation entre les deux pays s’est transformée en sévère crise diplomatique, source d’inquiétudes dans le monde arabe à propos de cette nouvelle fitna qui interroge la réalité des liens de fraternité entre les populations de la région et donc, par conséquent, l’efficience des récits fondateurs développant les thématiques identitaires de l’arabisme ou de l’islam. Même s’il y a fort à parier que tout cela sera très rapidement oublié si l’équipe algérienne réussit quelques beaux matchs lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud, il reste que la violence entre les deux entités nationales a atteint des sommets.

De quoi d’ailleurs nourrir les interrogations de bien des commentateurs qui constatent que, dans cette région où les médias n’échappent pas à la censure, ou tout au moins aux conseils avisés du pouvoir, ce dernier, tant en Algérie qu’en Egypte, s’est bien gardé d’intervenir. Au contraire, emporté – ou se laissant porter – par la vague de chauvinisme, il a dans les deux cas sa part de responsabilité dans la crise.

Laquelle était parfaitement prévisible, et même annoncée au regard des affrontements par médias nationaux interposés et sur internet depuis bien des jours. Mais tandis que les Algériens l’emportaient sur internet où leurs détournements de films célèbres (Brave Heart par exemple) se révélaient bien plus percutants que ceux des internautes égyptiens (article en arabe dans Elaph), la presse algérienne n’a pas pesé bien lourd face à la « puissance de feu » des commentateurs sportifs sur les chaînes égyptiennes (Dream, Hayat, Modern…).

La palme de la bêtise raciste revenant sans conteste à un célèbre commentateur sportif, un certain Amr Adib qui, entre autres gracieusetés distribuées avant le match décisif, s’est interrogé via le bouquet panarabe Orbit sur les raisons qui faisaient que (tous) les Algériens haïssaient de la sorte (tous) les Egyptiens ! (vidéo sur YouTube pour les arabophones). Après la défaite égyptienne à Khartourm, le même inconscient a cru bon, en réponse aux rumeurs (totalement infondées) évoquant de très nombreux blessés parmi les supporters égyptiens présents au Soudan, d’appeler ses concitoyens à se venger sur les Algériens résidant en Egypte !…

De tels propos ne sont qu’un faible échantillon des insultes en tous genres échangées surtout après le caillassage du bus des joueurs algériens lors de leur arrivée au Caire (dans un pays qui vit tout de même depuis 1981 sous le régime de l’état d’urgence !). La presse algérienne n’a pas été en reste et a bien souvent colporté, avec la même totale absence de professionnalisme, n’importe quelle rumeur susceptible d’alimenter les passions chauvines.

Mais la presse n’est pas la seule en cause. Outre les sociétés, multinationales ou non, « communiquant » avec ou plutôt sur la fièvre nationale, les politiques des deux pays sont montés au front. Certes, les deux chefs d’Etat n’ont pas fait le déplacement jusqu’au stade de la banlieue de Khartoum, mais ils ont envoyé leurs représentants les plus proches, Abdelaziz Belkhadem pour l’Algérie et les deux fils du rayyis pour l’Egypte : Gamal, le successeur putatif (déjà évoqué ici), et le bien plus discret ‘Ala, qui s’est brutalement rendu follement sympathique auprès des masses populaires en traitant les Algériens – c’est tout de même le fils du président – de « hérétiques terroristes mercenaires » (ارهابيين مرتزقة), précisant un peu plus tard sur une autre chaîne qu’il « y avait en eux quelque chose de bizarre » (شيء غريب في تركيبهم).

La récupération politique n’a cependant pas totalement fonctionné et certains studios ont coupé les émissions où l’on entendait trop certains Egyptiens, dont des stars du foot, hurler leur colère parce que le gratin politique était tranquillement rentré dans l’avion privé d’un homme d’affaires par ailleurs député du parti au pouvoir, tandis que les supporters égyptiens se faisaient (prétendument) égorger par les hordes algériennes : إيه مصر ؟ مع فيهاش غير جمال مبارك؟ حرام عليكم تهينو الناس بالشكل دا!!! C’est quoi l’Egypte ? Il n’y a que Gamal Moubarak au monde ? C’est pas une honte d’humilier les gens ainsi ?!!!

Impossible de résumer cette affaire dans tous ses détails mais il faut savoir que les dégâts pour les sociétés égyptiennes installées à Alger sont estimés à quelque 5 millions de dollars, que des centaines d’émigrés égyptiens ont quitté l’Algérie en catastrophe, que le Conseil de sécurité nationale égyptien a été réuni en urgence, que l’Egypte a officiellement menacé le Soudan d’intervenir si ses ressortissants n’étaient pas protégés, ou encore qu’une trentaine de policiers ont été blessés pour empêcher que l’ambassade algérienne au Caire ne soit prise d’assaut (pour ne rien dire des 14 morts et des 250 blessés associés aux 175 accidents de la route qui ont marqué, en Algérie, la célébration de la qualification).

Impossible également de relater le déluge de déclarations de chauvinisme flamboyant submergeant de trop rares tentatives pour « calmer le jeu » : artistes déclarant boycotter à tout jamais le pays frère, abandon des feuilletons cairotes en Algérie contre mise en quarantaine des artistes algériens, listes noires de personnalités désormais indésirables, etc.

Quelques remarques en guise de conclusion pour ce billet trop long déjà ! Comme le mentionnent certains commentateurs (voir par exemple cet article en arabe dans Al-Akhbar), l’efficacité des ponts aériens mis en place par les deux pays pour transporter des milliers de supporters au Soudan tranche avec l’absence de réactions pour Gaza ou même pour le Darfour, sans parler des ambassadeurs précipitamment rappelés dans leurs pays respectifs quand le représentant de l’Etat israélien au Caire n’a pas eu si souvent à se plaindre d’un tel traitement, quelle que soit la politique de son pays…

On notera également le rôle aussi dangereux que peu « démocratique » joué par les médias, plutôt ceux du secteur privé, livrés à une concurrence effrénée, que ceux du secteur public d’ailleurs. Comme quoi la multiplicité des canaux ne résout pas tout …

Et s’il est vrai que cette « guerre » fratricide oblige à s’interroger sur la puissance du référent panarabe au regard des identifications étatiques, et plus encore sur l’état de décomposition du projet national arabe, force est de constater aussi que le lien religieux est bien incapable de lui servir d’alternative en pareilles occasions, même si les imams des mosquées, la main sur le cœur, ont dénoncé dans leurs sermons, a posteriori, cette bouffée de haine.

Détournés, parodiés, manipulés par un discours chauvin et raciste, que valent encore les symboles de l’histoire aux yeux des générations nées deux ou trois décennies après les événements qui ont tant fait pour associer les deux pays, notamment au temps de la guerre d’indépendance algérienne soutenue par Nasser ? A l’évidence, la « politisation du ballon » ou encore la « ballification de la politique » (تسييس الكرة / تكوير السياسة) n’a pas fini d’être utile pour canaliser les passions populaires et pour faire oublier les malheurs d’une jeunesse sans espoir, sans avenir, sans représentation politique digne de ce nom, et dont la frustration sexuelle n’est pas la moindre des souffrances.

Scène de violence à Zamalek (image tirée du site The Arabist. Celle de Coca est reprise de The Lede, un blog du New York Times

Femmes arabes dans le Golfe (2/2) : deux ou trois choses qu’on (ne) sait (pas) d’elles

Si l’horizon politique immédiat du monde arabe semble plus fermé que jamais, une autre actualité, celle des questions de société, permet d’être un peu plus optimiste – ou au moins un peu moins pessimiste ! Cela se note en particulier dans ces pays du Golfe sommés, plus que tous les autres, d’évoluer alors qu’ils sont, en apparence au moins, les moins bien armés pour le faire en raison de leur histoire, de leurs traditions et des idéologies dont se réclament leurs systèmes politiques… Et comme ailleurs dans le monde arabe, mais de manière plus évidente encore, la question féminine est au cœur des tensions.

A première vue pourtant, les raisons de se réjouir ne sont pas évidentes. Récemment par exemple, le quotidien Al-Quds al-‘arabi (édition du 11 mai) signalait trois faits divers, rapportés presque simultanément par trois agences de presse différentes. On apprenait ainsi que la justice avait donné raison à un homme ayant giflé sa femme pour lui reprocher des dépenses inconsidérées, tandis qu’un autre avait divorcé de son épouse parce qu’elle avait été arrêté au volant d’une voiture ; ailleurs, une militante féministe avait été violemment battue par sa famille à son retour d’une session de formation à l’étranger…

Moins médiatisée que d’autres, le problème de la violence à l’encontre des femmes semble se développer dans ces sociétés en pleine mutation (article en arabe dans Al-Hayat à propos d’une étude réalisée à la demande des autorités du Qatar). Sans en faire une excuse, ni même une justification, on peut tout de même, à la suite de la chercheuse saoudienne Madawi El-Rasheed (article en arabe malheureusement), y voir l’écho des violences subies par l’ensemble de la société, à commencer par les hommes “traumatisés” par la rapidité des transformations et cette irrésistible montée en puissance de l’affirmation féministe.

En témoigne, de manière éclatante, l’évolution au fil des ans du poète du million, joute poétique qui rassemble des dizaines de millions de téléspectateurs (voir ce précédent billet). A l’origine de cette success story des médias arabes, une femme, Nasha Al Rwaini (photo à droite et portrait ici), également animatrice d’un célèbre talk-show sur Abu Dhabi TV, qui s’étonnait elle-même d’un phénomène qu’elle n’avait pas anticipé, à savoir le rôle joué par cette émission dans la promotion de la femme. Renouant le fil avec d’antiques traditions culturelles, des femmes, de plus en plus nombreuses, se sont en effet emparées de cette tribune offerte par la compétition télévisée pour affirmer, au vu et au su de tous, leur présence dans la société et leur capacité à rivaliser avec les hommes, y compris sur le terrain « sacré » de la création poétique.

Selon la productrice, elles n’étaient que 5% lors de la première saison, et représentent désormais le quart des poètes à la recherche de la consécration télévisuelle à la troisième, laquelle a été marquée par la forte personnalité de Aydah Al Jahani (عيدة الجهني : c’est elle [!] sur la photo en ouverture de ce billet…), une enseignante et mère de famille de Médine, qui s’est présentée (avec succès) à l’émission en dépit de l’opposition résolue des hommes de son « clan », lesquels se sont ralliés rapidement à « leur » candidate en se rendant compte qu’elle était la meilleure interprète des vertus de leur tribu grâce à son succès sur le petit écran !

Symboliquement, c’est autour du droit à la conduite – d’une voiture – que se livrent les batailles entre les partisans de l’émancipation féminine et ceux de la tradition (rigoureusement islamique bien entendu, en tout cas dans sa lecture wahhabite). Inexorablement, il semble bien qu’on s’approche d’une solution comme en témoigne la récente déclaration, très remarquée, d’une importante autorité religieuse locale délivrant, à l’encontre de bien d’autres avis religieux précédents, une fatwa qui ne voit rien contre le fait que les femmes conduisent et qui rendra peut-être la vie plus facile à une bonne partie de la population saoudienne.

Dans le même avis, ce cheikh libéral donnait son opinion sur la question des salles de gymnastique, un autre sujet de discorde sur lequel il donnait un point de vue tout aussi inspiré. A ses yeux, pas de problème (article en arabe) ; bien au contraire, l’exercice physique pour les femmes du Royaume est même une obligation religieuse (ضرورة شرعية)  dès lors qu’il leur permet de préserver leur organisme. Un argument bien vite repris par les féministes locales qui ont imaginé de se moquer de ceux qui prétendent les maintenir à la maison en lançant sur Internet une campagne sur le thème Let her get fat ! (Un slogan qui fait allusion à une autre campagne féministe, toujours sur le même média, qui s’adresse aux maris, aux pères et aux frères des Saoudiennes et qui a pour thème Khalluha ta’addi خلوها تعدي: laissez-la aller de l’avant !)

Sorties de leur contexte, les modalités de cette affirmation peuvent surprendre, et même être facilement interprétées à contresens. Car si l’on devine assez vite les raisons qui poussent les femmes saoudiennes à réclament le droit de parler lingerie avec des vendeuses plutôt qu’avec leurs collègues masculins, un regard étranger n’est pas nécessairement préparé à considérer que l’ouverture d’hôtels ou de cafés (où l’on fume le narguilé !) exclusivement féminins marque une avancée dans la libération de la femme. Non plus que l’ouverture de cafés ou de piscines unisexes…

On aurait tort pourtant de négliger cette autre « révolution tranquille » : plus encore que les (timides) progrès que permet de constater l’observation de la scène politique, ce sont les évolutions perceptibles, au jour le jour, dans les sociétés du Golfe qui laissent espérer une réelle transformation. Et si les élites décident elles-mêmes de jouer sur le terrain non pas du politique mais du sociétal, en prenant levier sur ce désir et ce besoin de changement, on peut même penser que les choses peuvent aller plus vite qu’on ne le pense.

On voit, sur cette photo, le prince Walid Ibn Talal recevoir les joueuses du Ittihad al-muluk. Au grand dam des courants conservateurs, le magnat de la presse, fer de lance du courant libéral, affiche son soutien (y compris financier) à la première équipe féminine de football du  KSA (Kingdom of Saudi Arabia) !