Interdiction d’Al-Jazeera en Israël : que faut-il en penser ?

L’affaire a commencé dimanche dernier quand Ayoub Kara, le ministre israélien des Communications, a annoncé que son pays allait prendre différentes mesures afin d’assurer la fermeture, aussi rapidement que possible de la chaîne Al-Jazeera. En réalité, les choses avaient été préparé un peu plus tôt puisque Benyamin Netanyahou avait annoncé, vers la mi-juillet, qu’il avait demandé à ses ministres d’étudier les mesures nécessaires à une telle décision. Néanmoins, le contexte actuel dans la région rend l’affaire singulièrement complexe puisque la chaîne d’information qatarie fait déjà l’objet, depuis le début du mois de juin, de violentes critiques (voir ce billet) de la part de la « bande des quatre » États plus ou moins voisins (Arabie saoudite, Émirats, Égypte et Bahreïn), lesquels lui reprochent de « soutenir le terrorisme ». D’ailleurs, de manière tout à fait remarquable, Ayoub Kara (un druze du Golan) « justifie » la fermeture d’Al-Jazeera en affirmant qu’Israël ne fait que suivre l’exemple des « Arabes modérés ». Certes, l’État hébreu est, bien entendu, « la seule démocratie dans la région » et, à ce titre, respecte scrupuleusement la liberté de la presse. Toutefois, selon une procédure bien rodée, des mesures drastiques peuvent être adoptées dès lors que la sécurité du pays est menacée, ce qui serait apparemment le cas avec la chaîne qatarie. Pour terminer ce rappel des faits, on ajoutera qu’Amnesty International, entre autres organisations, a immédiatement condamné cette « attaque éhontée contre la liberté d’information en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés ». De son côté, Al-Jazeera a annoncé qu’elle allait saisir les tribunaux.

Al-Jazeera, la plus israélienne des chaînes arabes

Sans revenir en détail sur la place très exceptionnelle d’Al-Jazeera dans le paysage médiatique arabe et même international (en rappelant tout de même qu’il s’agit, en principe, d’une chaîne « privée » et que le canal d’information arabe ne représente qu’une partie de ses activités, même si la branche sport, beIN, est depuis 2014 totalement séparée du groupe), il convient d’avoir à l’esprit les liens très particuliers qu’ont tissés depuis de nombreuses années Israël et le Qatar, y compris dans le domaine médiatique grâce au succès de ce qui reste une des toutes premières chaînes arabophones d’information en continu. Ouvertes dès 1996 avec l’établissement d’une mission commerciale israélienne à Doha, les relations officielles entre les deux pays se sont détériorées à la suite de la tristement célèbre « Opération plomb fondu » de l’armée israélienne à Gaza en 2008-2009. Si les offres qataries d’une amélioration de ces contacts, notamment en 2010, ont reçu une réponse négative du côté israélien, cela n’a jamais réellement affecté la situation exceptionnelle d’Al-Jazeera, officiellement accréditée (à une date que je n’ai pas retrouvée) auprès des autorités israéliennes et, à ce titre, présente avec bien d’autres chaînes étrangères dans le bâtiment depuis lequel le bureau du Premier ministre israélien gère, à Jérusalem, ses relations avec la presse locale et étrangère.

Seul média arabe international reconnu en Israël, Al-Jazeera a longtemps été également la première chaîne arabophone à donner directement la parole sur son antenne à des officiels israéliens (les Saoudiens viennent de s’y mettre, comme signalé dans le billet déjà mis en lien), au risque de se faire accuser de « normalisation » avec l’ennemi sioniste. Mais la communication peut fonctionner également dans l’autre sens, Al-Jazeera devenant pour les Israéliens une sorte de fenêtre sur le monde arabe, par exemple lorsque la chaîne qatarie a diffusé, en 2008 (avec des sous-titres en hébreu), un long entretien avec l’orientaliste israélien Mordechai Kedar.

Une étrange décision, dans un contexte nouveau

Toutes sortes d’hypothèses circulent pour expliquer la soudaine volonté israélienne de se débarrasser de leur invitée médiatique qatarie. La principale réaction reste l’étonnement car cette interdiction revient à donner à Al-Jazeera un brevet de bonne conduite. En effet, en la clouant au pilori, les autorités sionistes ne peuvent que susciter un fort courant de sympathie dans l’opinion arabe. Sans surprise, on en trouve déjà les échos dans les réseaux sociaux, ce qui renforce encore l’impact déjà très important d’une campagne menée par le Qatar pour contrer les efforts des pays arabes (la « bande des 4 » qui réclament la fermeture de la chaîne), campagne qui aurait rassemblé 53 millions de participants selon cet article).

D’ailleurs, certains médias proches de la « bande des 4 » paraissent assez remontés contre cette initiative israélienne. Sur le site d’Al-Arab online par exemple, un article estime que cette menace d’interdiction offre à Al-Jazeera la possibilité de se poser en victime et de retrouver ainsi un peu de son ancienne popularité dans le monde arabe. Un coup de pouce israélien en somme, qui vient à point nommé pour cette chaîne après son échec cinglant aux USA (1 milliard de dollars gaspillés en pure perte) et après une perte d’influence notable auprès du public arabe en raison de sa couverture très peu « professionnelle » des soulèvements arabes (voir le mot clé Al-Jazeera dans les tags de ce carnet de recherche).

Si l’interdiction d’Al-Jazeera devait lui permettre de se refaire une virginité, pourquoi une telle décision, surtout après qu’Israël et le Qatar ont eu à gérer des tensions bien plus sévères, se demande à son tour Marck LeVine, universitaire américain à qui il arrive d’écrire des papiers pour la chaîne qatarie. S’agit-il dans l’esprit de Benyamin Netanyahou de soigner une cote de popularité qui en a bien besoin, surtout à un moment où le Premier ministre israélien est menacé par une nouvelle affaire de corruption particulièrement inquiétante pour son avenir politique ? Avec cette décision, les Israéliens cherchent-ils à prendre en route le train de la « bande des 4 », hypothèse que renforcerait une déclaration du ministre des Affaires étrangères des Émirats dénonçant, non seulement la violence, mais aussi « l’antisémitisme » d’Al-Jazeera ? Les Israéliens pensent-ils que le moment est venu de couler définitivement une chaîne qui n’a plus autant de prestige et qui n’est plus aussi utile à leurs yeux en raison de sa capacité à faire passer à l’opinion arabe certains messages israéliens ? Ou bien encore, poursuit Marck LeVine, serait-ce parce que le mouvement de boycott (BDS) prend une telle ampleur qu’Al-Jazeera devient dangereuse pour l’État hébreu dans ce contexte ?

Autant d’explications, difficilement crédibles pour certaines, et même contradictoires. On note malgré tout, comme le souligne Abdel-Bari Atwan (عبد الباري عطوان) dans l’éditorial déjà mentionné, qu’Israël, avec ce projet d’interdiction de la chaîne qatarie, soutient clairement les positions défendues par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et leurs alliés, dans le contexte d’une coalition « sunnite » menée par la seule Arabie saoudite contre la menace de l’Iran « chiite ». « Nous avons fondé notre décision sur les choix faits par les États arabes sunnites de fermer les bureaux d’Al Jazeera et interdire leur travail  », a ainsi déclaré Ayoub Kara, le ministre israélien des Communications, en évoquant les motifs de cette procédure d’interdiction.

Un utile rappel de pratiques aussi courantes qu’anciennes

Quelles que soient les raisons, sans nul doute complexes, qui ont présidé à cette décision, celle-ci ne prendra pas effet en l’espace de deux semaines comme semblent l’espérer les autorités israéliennes. En effet, le quotidien Haaretz rappelle qu’il ne revient pas au ministre des Communications du pays, mais au services de sécurité, d’ôter aux journalistes leurs accréditations. C’est également le cas pour une éventuelle fermeture des bureau de la chaîne. Le ministère n’est pas compétent non plus pour une autre option, celle qui consiste à demander aux sociétés de communication par câble ou par satellite de retirer la chaîne qatarie de leur offre, une solution qui pose de toute manière de nombreux problèmes techniques et qui ne serait pas forcément efficace…. Tous les obstacles seraient-ils surmontés que rien n’empêcherait, en théorie, que la chaîne qatarie continue à travailler depuis les Territoires occupés !

Cette affaire a au moins un mérite, celui de rappeler l’ordinaire des pratiques israéliennes dès lors qu’il s’agit de la liberté de la presse ! L’aura internationale de la chaîne qatarie fait que ce dossier a été quelque peu évoqué dans les médias mais les interdictions décrétées par les autorités israéliennes sont aussi anciennes et nombreuses que les prétextes pour les justifier. Pour s’en tenir à l’actualité récente, on peut ainsi rappeler le raid de l’armée israélienne, le 29 juillet dernier, dans les locaux de Palmedia. Cette société, installée à Ramallah et qui propose ses services à de grands groupes étrangers, est accusée de « fabrication de matériau susceptible d’inciter au terrorisme ». Un an plus tôt, la chaîne Palestine Today (qui continue à émettre depuis Gaza), trop « jihadiste » au goût de Tel-Aviv, avait été brutalement fermée et plusieurs de ses journalistes jetés en prison.

Ces interdictions très peu démocratiques du droit à l’information s’appliquent au territoire plus ou moins « légitime » de l’État israélien puisque la chaîne Al-Musawa, préparée à Ramallah mais diffusée depuis Nazareth (avec des financements de l’Autorité palestinienne), s’est vu infliger vers la même époque une fermeture de 6 mois, pour « atteinte à la souveraineté israélienne ». Mais il peut aussi arriver que le gouvernement israélien fasse taire les voix palestiniennes qui ne lui conviennent pas bien au-delà de ses frontières. On se souvient ainsi qu’en mars 2016, le bureau du Premier ministre israélien s’est vanté d’avoir fait exclure, à sa demande, la chaîne Al-Aqsa d’Eutelsat, un satellite européen, mais de droit français…

 

Réalisatrices palestiniennes (1/2) : Maysaloun Hamud

Comme un mauvais film au scénario écrit à l’avance, on ne se lasse pas, dans nos médias, de s’émerveiller devant la grande scène de la-courageuse-femme-arabe-se-levant-contre-l’oppression-de l’islam-et/ou-de-la-société-machiste-et-rétrograde. Le monde du cinéma s’en fait une spécialité, avec, entre autres exemples récents, au Maroc Much Loved, de Nabil Ayouch (avec l’actrice Loubna Abidar) ou en Tunisie Ni Allah, ni maître, devenu Laïcité, Inch’Allah de Nadia El Fani. De nombreux titres viennent à l’esprit, comme nous le rappelle le Huffpost Maghreb en évoquant « ces œuvres qui nous montrent la révolution cinématographique des femmes dans les pays arabes ». Bien entendu, le courage dont font preuve des cinéastes arabes, femmes en particulier, pour aborder des sujets qui dérangent ne peut que susciter admiration et soutien. Mais pas au point de perdre tout esprit critique, sur la qualité artistique des œuvres en question ou encore, et ce sera l’objet de ce billet, sur les ressorts politiques, pas toujours très conscients et encore moins défendables, qui motivent bien des sorties enthousiastes.

Je danserai si je veux, film récent de la Palestinienne (de nationalité israélienne) Maysaloun Hamoud (ميسلون حمود) en offre un bon exemple. En avril dernier, le site de Paris-Match (je ne sais pas pour la formule papier), publiait ainsi un long sujet sur la réalisatrice, « briseuse de tabous ». D’ordinaire, Paris-Match est plus intéressé par les familles princières que par le cinéma engagé mais il fallait bien faire une exception pour l’histoire de ces trois jeunes femmes « prises en sandwich entre le poids des traditions machistes d’une société conservatrice et la schizophrénie d’une ville libérée largement ouverte sur l’Occident » (jolie formule qui se donne l’air de renvoyer dos à dos les protagonistes, tout de même partagés entre les vraiments pas bons, les « arabo-musulmans », et ceux qui ne sont pas parfaits mais tout de même « libérés » et « ouverts).

Il faut dire qu’il y a tous les ingrédients d’une bonne story dans ce film (Barr bahr, « terre et mer », son titre en arabe, traduit en anglais par In between, qui aurait pu donner, en français, mi-chèvre, mi chou…). Le « clash des cultures » bien entendu, avec un casting parfait qui associe une musulmane et une chrétienne, toutes deux parfaitement libérées – tellement que l’une des deux est homosexuelle, c’est dire ! – et à une troisième, prude et conservatrice, qui finira par assumer son émancipation, non sans avoir été violée par son fiancé, aussi brutal que conservateur (et musulman, cela va de soi).

Rien ne manque au scénario, pas celui du film mais celui de sa sortie publique, puisque la réalisatrice est victime de l’inévitable fatwa, preuve s’il en est que sa critique vise juste et qu’elle fait mal aux méchants de l’histoire. Une fatwa d’autant plus exceptionnelle qu’elle est sans précédent puisque, selon la réalisatrice interviewée dans Le Point, il faut remonter 70 ans en arrière pour trouver un tel précédent en Palestine (???). Il suffit de se donner la peine de fouiller un peu le net (mais c’est vrai qu’il faut le faire en arabe) pour retrouver la « fatwa » en question, aussi « dramatique » que toutes les mises en garde des autorités catholiques par exemple. Si un obscur Conseil musulman des avis religieux (Al-majlis al-islâmî lil-iftâ’) a, de fait, produit un texte pour dire tout le mal qu’il pense d’un film qui, aux yeux de ses membres, se moque des valeurs de la société, « y compris religieuses », et même si le mot fatwa fait surgir, imparablement, dans l’esprit du lecteur occidental les exemples  célèbres de Salman Rushdie et Naguib Mahfouz (et de bien d’autres moins connus), il n’y a dans le cas du film de Maysaloun Hamud aucune menace à l’encontre de la réalisatrice, mais une injonction aux fidèles pour qu’ils boycottent ce film pernicieux (exactement ce que demandent par ailleurs les autorités palestiniennes d’Al-Fahm, ville de Galilée dont les édiles sont très fâchés de la mauvaise image donnée de leur ville dans ce film abondamment primé à l’étranger).

Cette manière de s’emparer de productions artistiques, en l’occurrence arabes, pour en modifier l’intention originelle en les plaçant dans un contexte qui n’est pas le leur n’a fait que s’accélérer depuis que l’islam – en bloc, sans nuances et sans historicité – a remplacé dans les imaginations crédules le bon vieil épouvantail communiste. Mais, dans le cas palestinien, ce détournement sous prétexte de menace islamiste est encore plus exaspérant parce qu’il vient s’ajouter à d’autres filtres, tout aussi arbitraires, qui rendent dès lors la lecture de telles œuvres presque impossible. Parce qu’elles sont femmes, arabes (musulmanes ou non, pratiquantes ou non) dans un pays qui se définit lui-même comme un État juif, on se demande comment les jeunes réalisatrices palestiniennes peuvent espérer faire entendre leur voix pour elles-mêmes, et non pas pour ou contre telle ou telle cause qu’on leur prête.

Pour s’en tenir à l’exemple retenu dans ce billet, il va de soi que l’accent si souvent mis sur la question féminine ou religieuse a pour résultat – sinon pour objectif dans certains cas – d’éviter d’aborder une autre question, plus classiquement politique, celle du racisme de la société israélienne vis-à-vis d’une partie de la population dont elle peine (c’est une litote) à reconnaître l’existence. La « briseuse de tabou », comme l’appelle Paris-Match peut bien s’échiner à rappeler que son film propose une critique sociale qui n’épargne personne (« No one should feel good after the movie, neither Israelis nor Palestinians in this society »), il est clair que son travail sera immanquablement réduit aux seuls aspects qui ne mettent pas en cause des interdits plus sacrés encore, ceux de l’occupation de la Palestine et de ses conséquences.

Au moins, dira-t-on, il a le mérite d’exister ce film ! Car autant dire que le défi est plus grand encore, voire totalement insurmontable, pour d’autres femmes, qui ont fait le choix, quant à elles, d’une démarche presque inverse, à savoir partir de la situation politique pour étendre leur analyse à d’autres aspects de la vie en société, et notamment celui de la domination masculine. Raison de plus pour signaler ici les réalisations, moins « professionnelles » peut-être et en tout cas totalement ignorées par les médias (cet article en anglais malgré tout), des « femmes pour le changement » (Nisâ’ min ajli al-taghyîr) qui ont organisé à Gaza en novembre dernier, pour la seconde année consécutive, le Festival des films de la femme (al-karnafâl al-sinimâ’î li aflâm al-mar’a), avec des productions qui dénoncent par exemple les mariages entre enfants de plus en plus fréquents dans une société abandonnée du monde, mais qui racontent aussi ce qui se passe durant les cinq minutes que les autorités israéliennes laissent aux familles pour abandonner leur maison qui va être bombardée…

Des lois à la pelle : la loi sur l’appel à la prière en Palestine

"Vous ne ferez pas taire les appels à la prière", manifestation en Palestine.
« Vous ne ferez pas taire les appels à la prière », manifestation en Palestine.

« C’était l’heure de midi, l’heure où le muezzin épie le soleil sur la plus haute galerie du minaret, et chante l’heure et la prière à toutes les heures. Voix vivante, animée, qui sait ce qu’elle dit et ce qu’elle chante, bien supérieure, à mon avis, à la voix machinale et sans conscience de la cloche de nos cathédrales. » (Alphonse de Lamartine, Des destinées de la poésie, 1834).

Qu’il est loin le temps où une star de la culture européenne vantait les mérites du muezzin sur les cloches de nos campagnes ! Aujourd’hui, bien installés dans le pays que Dieu leur a promis il y a quelques milliers d’années, les Israéliens ne sont pas du tout sensibles à la poésie de l’appel à la prière. Au contraire, après une première tentative, il y a dix de cela, avortée faute de majorité, le parlement devrait en principe ratifier dans quelques semaines une loi qui, dans les faits, imposera le silence aux minarets. En tout cas entre 23 heures et 7 heures du matin car, pour tenir compte des protestations du ministre de la Santé Yaakov Litzman, le projet de loi – qui, par équité, concerne les trois religions révélées  et on peut donc s’attendre à ce que vienne le tour des clochers des églises… – a été réduit à ces seules heures, de façon à ne pas offenser la « rue ultra-orthodoxe » inquiète à l’idée que les sirènes annonçant le shabbat puissent être muselées elles aussi.

Dans la « seule véritable démocratie du Moyen-Orient », il va de soi qu’on ne saurait mettre en place une législation susceptible de discriminer une partie de la population. Non ! La loi en préparation a pour objectif de « préserver l’environnement sonore » des habitants, quelles que soient leurs croyances. Il s’agit donc d’une législation écologique en quelque sorte, pour mettre fin aux nuisances sonores dont souffrent ceux qui sont venus s’installer dans le pays en ignorant sans doute qu’on y lance l’appel à la prière depuis des temps fort anciens (mais néanmoins pas aussi immémoriaux que les promesses bibliques). Ce que le législateur israélien est loin d’ignorer d’ailleurs, car il ne lui viendrait certainement pas à l’idée de s’en prendre à la liberté de culte. S’il faut légiférer, c’est parce que les hauts-parleurs, comme le rappelait un savant rapport rédigé lors des premières discussions, se sont substitués à la voix humaine. Et aussi, hélas, parce qu’ils servent de temps à autre à véhiculer de haineux (sic) messages nationalistes (propalestiniens, cela va de soi).

Il faut par conséquent que les Palestiniens soient de très mauvaise foi (sans jeu de mots) pour résister à une législation qui soulagerait leurs oreilles. Ils prétendent en effet qu’il n’était guère besoin d’écrire une nouvelle loi puisque des mosquées trop bruyantes sont d’ores et déjà condamnées, le cas vient encore de se produire, au titre d’une réglementation sur les « pollutions et les nuisances ». À les écouter, il s’agirait, une fois de plus, d’une mesure discriminatoire à l’encontre des musulmans puisqu’un aménagement a été trouvé pour les sirènes de shabbat. Et la nouvelle mesure porterait même atteinte « à la vie et à la culture » dans le pays. Encore un peu, et les descendants putatifs des Philistins en appelleraient au « patrimoine immatériel » que prétend sauvegarder l’Unesco, une organisation qui, comme le rappelle fort justement Shmuel Trigano dans Le Figaro, n’hésite pas à « réécrire l’histoire de Jérusalem » !!!

Sûre d’elle-même (mais pas « dominatrice », ça c’était de Gaulle en novembre 1967 : vidéo ici), la société israélienne ne craint pas de laisser la parole à ses adversaires, y compris dans le temple sacré de sa démocratie. On a pu ainsi  assister au spectacle étonnant d’un député arabe, Teleb Abu Arar (أبو عرار : par ailleurs imam et muezzin « dans le civil »), appelant à la prière après un petit discours, en hébreu dans le texte, à la tribune de l’assemblée (vidéo, qu’il faut vraiment regarder, ici). Quant aux habitants de Jérusalem, l’occupant les a laissés s’époumoner à leur guise, en se disant probablement qu’ils finiraient bien par se fatiguer de cette inutile protestation (vidéo ici)

Si l’on doit continuer sur la même lancée, on peut imaginer qu’après la prière ce sera au tour de la langue arabe d’être interdite en Israël. Non pas que le gouvernement israélien souhaite le moins du monde provoquer la minorité arabe qu’il accueille sur son territoire, en dépit de son ingratitude (et alors qu’il y existe ailleurs, comme personne ne l’ignore, tellement de terres arabes qui ne demandent qu’à être davantage mises en valeur). Mais le premier devoir des autorités est de veiller au bien-être de leurs citoyens. Et comme l’a très bien perçu le gérant d’un établissement de la chaîne CaféCafé qui a donc intimé à ses employés arabes de service le commandement de se taire (dans leur langue natale), les Israéliens se sentent « menacés » quand on parle arabe devant eux. On peut donc s’attendre à de nouveaux progrès dans la provocation législation. D’ailleurs, dans le même ordre d’idée, on se penche aussi en Israël sur un texte qui destituerait d’office un député (arabe) qui prétendrait soutenir le mouvement de boycott des produits fabriqués dans les colonies implantées en territoire occupé.

Pour ceux qui se demanderaient comment évoluent les choses dans les pays voisins, on rappellera que le gouvernement égyptien, sans arsenal juridique, a réussi à mettre en place, depuis l’été 2010, une « centralisation des appels à la prière » qui a en quelque sorte court-circuité le tapage quelque peu anarchique des hauts-parleurs de trop bonne volonté. (Une pièce de théâtre a été montée il y a quelques années sur le sujet, et la bande-annonce vaut le détour.)

Et pour finir en beauté (quoique…), je vous propose ce très étrange remix de l’appel à la prière et de l’Ave Maria, « risqué » (car il a bien entendu soulevé des protestations de puristes) par un candidat algérien pour la huitième édition de la Star Academy, en 2011.

La neutralité du Net et la « troisième intifada »

fcebookpalestine
Logo de la campagne palestinenne appelant au boycott de Facebook (voir à la fin du billet).

Que faut-il penser de l’efficacité des réseaux sociaux en tant qu’outils de mobilisation politique ? L’exaltation un peu naïve qui a accompagné les événements du « printemps arabe » est manifestement largement retombée. La complexité de bien des soulèvements, en Syrie notamment, et peut-être plus encore la manière dont l’État islamique utilise lui-même les médias en ligne, incitent désormais à davantage de prudence.

Alors qu’il était resté pendant très longtemps un « trou noir » sur la carte des théories de l’internet, on remarque malgré tout que le Moyen-Orient arabe reste un étrange « laboratoire » des conséquences géopolitiques de l’essor des techniques numériques. Plus que jamais, cette région dévastée par les affrontements entre grandes puissances internationales et régionales sert de terrain d’expérience pour les grandes manœuvres des cyber-guerres de demain. Le conflit israélo-palestinien ne fait pas exception.

Pour nombre d’activistes palestiniens, la partialité des majors opérant sur les réseaux sociaux est connue de longue date (voir ce billet d’avril 2011 où était évoquée, entre autres exemples, la fermeture par Facebook de pages appelant à une troisième intifada). Cette réalité maintes fois démontrée ne les a pourtant jamais détournés, du moins jusqu’à présent, d’utiliser les réseaux sociaux pour faire entendre leur voix. Avec succès d’ailleurs puisque leur présence sur les réseaux est manifestement devenue une gêne, voire une menace, pour l’État israélien lequel, depuis un ou deux ans, s’est lancé dans une efficace contre-offensive.

C’est à mon sens vers le milieu de l’année 2014 que la montée en puissance des voix (pro)palestiniennes sur les réseaux sociaux est devenue pour la première fois aussi visible, en particulier lors d’un événement passé relativement inaperçu à l’époque. En réponse à une déclaration de Benyamin Netanyahou affirmant que le Hamas ne jouissait d’aucune popularité dans le monde arabe, des militants lancèrent alors une campagne pour promouvoir le hashtag « Nous sommes tous Hamas » (#كلنا_حماس). L’opération fut couronnée de succès puisque le mot-dièse, avec le soutien du très puissant contingent d’utilisateurs saoudiens, devint un moment la « tendance la plus populaire » sur l’ensemble des flux mondiaux de Twitter.

Autre exemple d’une campagne réussie (tout en recevant très peu d’échos en dehors du monde arabe), celle qui fut déclenchée une année plus tard, en avril 2015, en solidarité avec les prisonniers palestiniens. Dans ce cas, il était demandé aux utilisateurs de Facebook d’adopter pour leur profil une icône dénonçant les prisons israéliennes. De même, les multiplications d’attaques individuelles à partir de l’automne 2015, en prélude à ce que certains Israéliens nommaient déjà la « troisième intifada », mit en lumière, là encore, le rôle des « médias sociaux en tant qu’arme de la Résistance » avec, en première ligne, nombre de femmes activistes, véritables « icônes de la scène virtuelle ».

Mais c’est la guerre de Gaza, en juillet et août 2014, qui offrit la preuve la plus significative des succès palestiniens sur le terrain des luttes numériques . Grâce aux témoignages qu’ils transmirent à l’opinion mondiale, les Palestiniens, comme le titra alors un reportage de Channel 4 (Israel is losing the social media war over Gaza), étaient en passe de gagner la bataille de la communication. Un point de vue que défendit elle aussi Nadine Kanaan dans un article publié à l’époque dans Al-Akhbar sous le titre « Israël a perdu la guerre sur les médias sociaux (إسرائيل خسرت الحرب على السوشال ميديا).

Dans le camp opposé, le phénomène n’était pas passé inaperçu mais, en dépit des efforts pour embrigader la société « civile » avec la mobilisation de véritables bataillons de volontaires étudiants, les militaires israéliens ne purent que constater qu’ils n’arrivaient pas à faire le poids, au regard de la masse des soutiens locaux et internationaux à la cause palestinienne. Dès lors il semble bien qu’ils aient opté pour une autre stratégie, expérimentée de longue date elle aussi (par exemple lors de la fermeture, deux jours seulement après son ouverture, de la page officielle du Hamas sur Facebook), celle de l’action directe sur les acteurs industriels des réseaux sociaux.

À l’automne 2015, alors que de plus en plus de jeunes Palestiniens étaient condamnés à des peines de prison ferme en raison de posts sur leur page Facebook (références ici et ), une « ONG » israélienne, le Israel Law Center, appelait à un recours collectif (class action) contre Facebook, accusé « d’inciter à la violence contre les Israéliens ». De fait, au début du mois de juillet dernier, cinq familles étasuniennes engageaient une procédure juridique par laquelle ils réclament à Facebook un milliard de dollars de dommages et intérêts pour avoir « sciemment fourni un soutien matériel et des ressources au Hamas (…), facilit[ant] la capacité du groupe terroriste à communiquer, recruter des membres, préparer et lancer des attentats, et semer la peur chez ses ennemis ».

Parallèlement, les officiels israéliens ont multiplié les contacts avec les principales sociétés de l’internet. En novembre 2015 par exemple, Tzipi Hotovely, ministre déléguée aux Affaires étrangères, rencontrait des représentants de Google et de YouTube pour les convaincre de lutter contre « l’incitation à la violence et au terrorisme ». Bien qu’Ayelet Shaked, ministre de la Justice, ait affirmé lors d’un déplacement en Hongrie en juin 2016 que Facebook et Twitter retiraient 90 % des posts incitant à la violence contre Israël, il faut croire que ces mesures n’étaient pas suffisantes puisque, quelques semaines plus tard, elle annonçait la préparation d’un projet de loi permettant l’ouverture de poursuites légales contre les plateformes de médias sociaux si les contenus « incitant au terrorisme » n’étaient pas retirés dans les 24 heures suivant leur dénonciation. Gilad Ervan, le ministre israélien de la Sécurité, faisait encore monter la pression en accusant Mark Zuckerberg, le patron du « monstre Facebook », d’avoir « du sang sur les mains » après avoir « saboté le travail de la police israélienne ».

Sans grande surprise, on constate que l’action des deux ministre a rapidement porté ses fruits puisque des représentants de trois géants de l’industrie des médias sociaux (Facebook mais aussi YouTube et Google) se sont rendus en Israël pour des discussions. Manifestement sensibles aux arguments de leurs interlocuteurs qui mettaient en avant le fait que des mesures draconiennes avaient été prises avec succès [???] contre les propagandistes jihadistes, les industriels de l’internet ont signé, le 14 septembre, un accord dont on ne connaît pas la teneur exacte mais qui, semble-t-il, satisfait « à 95 % les demandes israéliennes ».

Les résultats ne se sont pas fait attendre puisque, depuis, le ministère de la Justice a déjà demandé – et obtenu – la fermeture de plus d’une centaine de comptes personnels. Certes, il insiste bien à chaque fois pour affirmer que la censure concerne n’importe quelle incitation à la violence, en précisant par exemple que les demandes de fermeture, en 2015, avaient touché 120 Palestiniens mais également 50 Israéliens (sans dire toutefois combien il y avait de citoyens arabes parmi eux). Il n’en reste pas moins qu’il n’a fallu que quelques jours pour qu’on assiste aux premières « erreurs ». Dans leur zèle de néophytes, les responsables de Facebook ont ainsi coupé l’accès aux pages d’une bonne trentaine de journalistes palestiniens travaillant pour des sites d’information (re)connus tels que Shehab lil-anbâ’ (6,3millions de « likes »), Shabakat al-Quds al-ikhbâriyya (5,1 millions) ou encore Wikâlat Safâ (1million)…

Devant les protestations, Facebook a fait machine arrière et réactivé les pages occultées en présentant des excuses pour cette « erreur technique »… Il n’en reste pas moins que la ligne est désormais bien dessinée : en plus de la « classique » répression déjà fort ancienne, au moyen de très nombreuses condamnations à des peines pouvant aller jusqu’à plusieurs mois de prison à l’encontre de journalistes – ou même d’individus sans opinions politiques très déclarées – « coupables » d’avoir utilisé des mots tels que martyrs ou intifada, l’État israélien compte bien sur l’étroite collaboration des géants du Net pour réduire autant que possible la diffusion du point de vue de la résistance palestinienne sur les réseaux sociaux.

Face à cette collusion entre puissants, quelles sont les armes des Palestiniens ? Pour l’heure, la seule réponse, peu suivie par ailleurs, a pris la forme d’un appel au boycott de Facebook d’une durée de deux heures, le dimanche 25 septembre…

Toujours l’hystérie du poème : le spectre de Mahmoud Darwich

tombDarwich
La tombe de Mahmoud Darwich à Ramallah.

ايها المارون بين الكلمات العابرة
آن ان تنصرفوا
وتقيموا اينما شئتم ولكن لا تقيموا بيننا
آن ان تنصرفوا
ولتموتوا اينما شئتم ولكن لا تموتو بيننا
فلنا في ارضنا مانعمل
ولنا الماضي هنا
ولنا صوت الحياة الاول
ولنا الحاضر،والحاضر ، والمستقبل
ولنا الدنيا هنا…و الاخرة
فاخرجوا من ارضنا
من برنا ..من بحرنا
من قمحنا ..من ملحنا ..من جرحنا
من كل شيء،واخرجوا
من مفردات الذاكرة
ايها المارون بين الكلمات العابرة

Vous qui passez parmi les paroles passagères
il est temps que vous partiez
et que vous vous fixiez où bon vous semble
mais ne vous fixez pas parmi nous
Il est temps que vous partiez
que vous mouriez où bon vous semble
mais ne mourez pas parmi nous
Nous avons à faire dans notre terre
ici, nous avons le passé
la voix inaugurale de la vie
et nous y avons le présent, le présent et l’avenir
nous y avons l’ici-bas et l’au-delà
Alors, sortez de notre terre
de notre terre ferme, de notre mer
de notre blé, de notre sel, de notre blessure
de toute chose, sortez
des souvenirs de la mémoire
ô vous qui passez parmi les paroles passagères
couvminuit

En avril 1988, quelques mois après le déclenchement de la première intifada, Ytzhak Shamir était monté à la tribune de la Knesset pour dénoncer ce texte qu’il se refusait à lire devant le Parlement pour ne pas lui « accorder l’honneur de figurer dans les archives ». Selon le Premier ministre israélien de l’époque, Passants parmi les paroles passagères (عابرون في كلام عابر dans une traduction d’Abdelatif Laâbi) était « l’expression exacte des objectifs recherchés par les bandes d’assassins organisés sous le paravent de l’OLP ». Comme l’écrivait alors Mahmoud Darwich dans un article pour Al-youm al-sabee (اليوم السابع) intitulé L’hystérie du poème (et repris dans un volume publié aux éditions de Minuit sous le titre Palestine mon pays, « les Israéliens ont été surpris de découvrir que le peuple palestinien n’aim[ait] ni l’occupation ni les occupants ».

Douze ans plus tard, un autre Premier ministre, Ehud Barak, avait dû désavouer un de ses ministres, Yossi Sarid, qui avait souhaité, en 2000, qu’un manuel scolaire officiel propose quelques extraits du poète palestinien. Menacé par une motion de censure déposée par le Likoud, Ehud Barak avait alors déclaré que « les conditions [n’étaient] pas encore réunies pour enseigner Darwich dans les écoles ».

Trente ans après la première « affaire du poème » et huit ans après la mort du poète à la suite d’une opération cardiaque aux États-Unis, Mahmoud Darwich continue à faire scandale en Israël, à propos d’un texte écrit il y a un demi-siècle ! Publié en 1964, Inscris, je suis arabe ! (سجل أنا عربي) clôturait en effet Awrâq al-zaytûn (أوراق الزيتون), un des premiers volumes publiés dans son pays natal par le jeune poète. Dans sa version en hébreu, donnée par le traducteur en personne, Inscris je suis arabe ! était tout récemment au programme de la Radio militaire israélienne dans le cadre d’une émission pédagogique intitulée « Un texte israélien fondateur »…

Largement de quoi susciter la fureur de l’actuel ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, qui a convoqué le responsable de ladite radio pour « une affaire grave impliquant quelqu’un qui a écrit des textes contre le sionisme, qui sont utilisés jusqu’à présent pour encourager des actions terroristes contre l’État d’Israël ». Dans l’esprit de ce politicien ultra-nationaliste « controversé en raison de son vocabulaire violent et de ses positions anti-arabes » comme l’écrit poliment Wikipédia, on peut considérer qu’« avec cette logique, l’héritage complet du mufti al-Husseini ou les mérites littéraires de Mein Kampf pourraient aussi avoir été inclus dans le programme » !

Miri Regev, ministre de la Culture (et des Sports) dans l’actuel gouvernement israélien, se devait de ne pas être en reste : « Darwish n’est pas Israélien, ses écrits ne sont pas israéliens, et sont fondamentalement en opposition à toutes les valeurs cruciales de la société israélienne » a-t-elle ainsi déclaré. Juridiquement, on peut considérer qu’elle a tort puisque le poète, né en Galilée en 1941, avait fini par obtenir un statut légal en Israël où sa famille était rentrée clandestinement après avoir fui les combats en 1948. En même temps, il est vrai que le poète avait perdu ses « droits » nationaux après son départ de son pays natal en 1970. Les autorités israéliennes, qui n’ont autorisé sa présence qu’à de très rares reprises (voir ce billet de 2007), ont d’ailleurs refusé que sa dépouille mortelle soit enterrée (autre billet) dans son village natal, près de Haïfa (autre billet sur la position à ce sujet de sa famille).

Comme l’écrit fort bien Gideon Levy dans le quotidien Haaretz, tant que l’occupant persistera à nier son « péché originel », celui qu’il a commis à l’encontre des Palestiniens lors de sa guerre d’indépendance, le fantôme de la grande voix poétique des Palestiniens « va continuer à hanter Israël ».

Cynique, le Likoud pille la création palestinienne…

turabiyyé

Al-Ghorbah – (الغربة) l’exil, la douleur de l’absence, d’être ailleurs – est un de ces mots qui sont tellement partagés d’un bout à l’autre du monde arabophone qu’on les retrouve dans d’innombrables créations artistiques. Dans la chanson en particulier, aussi bien au Maghreb qu’au Machrek, c’est le titre de plus d’un morceau. Parmi les plus récents (2012), une composition du groupe Torabyeh (ترابية : tempête de sable), cinq rappeurs vivant à Amman depuis que leur famille a dû quitter la Palestine, en 1948 pour certains d’entre eux.

On en parle dans la presse arabe parce que le Likoud israélien n’a rien trouvé de mieux que d’utiliser ce morceau comme bande son d’un des clips de campagne de son leader Benyamin Nétanyahou. Comme l’explique cet article de 972mag, un site (anglophone) particulièrement intéressant sur la question palestinienne, il s’agit en gros de convaincre les électeurs israéliens que « voter à gauche, c’est voter Isis » (à savoir l’Etat islamique, ou encore Daesh). Le scénario est minimal : un pick-up s’arrête, des barbus jihadistes demandent le chemin de Jérusalem – avec un très comique accent arabe en hébreu paraît-il. « Prends à gauche », répond un quidam, juste avant que s’affiche le slogan : « La gauche se soumettra au terrorisme. » (Plus de détails dans l’article déjà linké, et pour le clip, c’est ici.)

Comme de nombreux Israéliens pour lesquels les Palestiniens n’existent pas (et n’ont par conséquent aucun droit), il va sans dire que les auteurs de ce clip du Likoud se sont dispensés de la moindre autorisation pour utiliser une œuvre musicale en principe protégée par des lois auxquelles l’Etat israélien adhère. Il faut tout de même reconnaître qu’ils auraient certainement été très mal reçus car les membres de Tourabyeh, comme la quasi totalité des groupes de rap arabe, sont très actifs politiquement.

Malheureusement, et bien qu’ils vivent au cœur du monde arabophone, l’immense majorité des électeurs israéliens ne parlent pas l’arabe (sauf quelques injures et quelques mots indispensables pour se faire obéir, à l’image des colons français d’autrefois). Ils ne prendront donc même pas la peine d’essayer de comprendre les paroles diffusées en fond sonore de la propagande du Likoud. C’est dommage car ils découvriraient un message assez radical (mais peut-être que ça les inciterait à voter encore plus à droite !) :

بس بدي مكان أضمن فيو حق إبني
آنا مش قاتل بس قادر أجرم من أجل حقي
عشان وطني قلمي قاعد بكتب باسمي
بديش مجندة اسرائيلية تمنع دفني بوطني
بدي أندفن بنفس المقبرة إللي اندفن فيها جدي
ونا من طفولتي بحلم لما أكبر أصير جندي
مع الوقت إكتشفت لمين بدي أنتمي
محمود عباس فتح حماس ولا جبهة
خليني حر حواري لإنهم كلهم مرتزقة
مش قادر أتعامل مع شعب عايش جوا كذبة
الصورة حلوة والخلفية مدمرةا

Je veux juste un endroit où je pourrai être sûr que mon fils a des droits
Je ne suis pas un assassin mais je pourrai devenir un criminel pour mes droits
Pour mon pays, mon stylo écrit pour moi
Je ne veux pas qu’une soldate israélienne m’empêche d’être enterré chez moi
Je veux être enterré là où il y a déjà mon grand-père
Depuis que je suis petit, je rêve d’être un combattant
J’ai fini par comprendre avec qui j’étais, avec le temps :
Pas Mahmoud Abbas, pas le Hamas, pas le Front [de libération de la Palestine]
Arrête, ce sont tous des mercenaires !
Je ne peux pas vivre avec un peuple qui est dans le mensonge
L’image est belle, mais, à l’arrière-plan, il n’y a que des destructions…

Sans se faire beaucoup d’illusions, Turabyeh – qui a publié un communiqué aussi clair que radical sur sa page Facebook – a chargé un avocat palestinien en Israël d’intenter une action en justice

Le clip réalisé pour Ghorbah, assez réussi musicalement, est très impressionnant. Sans doute, comme l’écrivait en 2012, l’auteur d’un article repris sur l’excellent blog Revolutionnary Arab Rap (silencieux malheureusement depuis octobre dernier), parce que les images de la jeunesse bâillonnée évoquent la révolte étouffée des jeunesses arabes. Mais aussi, désormais, parce que ces bandeaux noirs qui aveuglent les victimes, avant leur révolte, font écho aux images atroces d’exécution que diffuse l’Etat (prétendument) islamique. Ce qui ne fait qu’ajouter à l’odieux cynisme dont témoigne (s’il en était encore besoin) l’équipe de l’actuel Premier ministre. Il est en effet avéré que des officiels de l’actuel gouvernement, celui de Benyamin Nétanyahou par conséquent, sont allés s’enquérir de la santé de quelques-uns de ces combattants jihadistes, « réfugiés » du front du Golan syrien et discrètement soignés dans les hôpitaux israéliens dans le nord ! (Il se murmure que c’est un Etat du Golfe qui pait la facture…)

Ghorbah, par Turabyeh (les paroles – déjà dans les sous-titres de la vidéo – sont disponibles ici en anglais, et en arabe). Ceux qui regarderont le clip noteront que le flow du rap est coupé, en deux endroits par une sorte de pause, à la fois dans la scansion et la musique. Moment pour les trois rappeurs d’Amman de glisser un salut musicla (et militant) à Ziad Rahbani et à son célèbre et ironique Anâ mesh kâfir (Je ne suis pas un mécréant, c’est la faim qui est sans religion, et l’injustice…)

Un conseil à tous ceux qui s’inquiètent de la fascination qu’exercent les fous-furieux de Daesh : écoutez la révolte de Turabyeh et de la jeunesse arabe, et donnez-lui l’espoir que sa soif de justice trouve un écho, y compris chez les nantis, d’ici et de là-bas.

Les héros arabes sont fatigués : place aux jeunes !

Dessin de Mohieddine Ellabad , trop tôt disparu pour assister à la Révolution égyptienne (voir note infra)

 

Tous les observateurs s’accordent à le reconnaître, les soulèvements que connaissent aujourd’hui nombre de pays arabes sont en grande partie le fait de la génération du baby boom des années 1980-1990. Comptant à eux seuls pour un tiers de la population totale, les 120 millions de jeunes Arabes entre 15 et 29 ans ont en règle générale beaucoup de mal à se faire une place au soleil : les filières qui devraient assurer un renouvellement générationnel sont rares, et les « anciens », plus qu’ailleurs sans doute, ont tendance à s’accrocher ! En définitive, la cacochymie de la classe politique arabe (Ben Ali, 74 ans ; Moubarak, 83 ; Kadhafi, 69 « seulement », mais 42 au pouvoir…) déteint trop souvent sur le reste de la société. A commencer par les arts et les lettres où la scène continue – pour le meilleur mais aussi pour le pire ! – à être largement occupée par la « génération des années 1960 », la grande décennie du nationalisme arabe. Le succès des « révolutions » pourrait bien se noter ainsi à l’ampleur des bouleversements dans le paysage intellectuel et culturel.

Est-ce le signe d’un tel changement ? En 2005, l’acteur égyptien Adel Imam était encore une grande vedette populaire dont la présence suffisait à assurer le succès de n’importe quelle comédie. Cette année-là, il était la vedette d’un film intitulé L’ambassade dans l’immeuble (السفارة في العمارة). Il y interprétait le personnage d’un dragueur impénitent qui, de retour des Émirats, devenait la victime des mesures de protection imposées par la présence, dans son immeuble, de l’ambassade israélienne et qui se muait en militant de la cause palestinienne.

A peine six ans plus tard, la révolution est passée par là et le public égyptien ne semble pas décidé à pardonner au plus célèbre des comédiens arabes son soutien sans réserve au président Moubarak. L’acteur a beau se démener sur les plateaux télévisés, se désoler de n’avoir pas su à quel degré le précédent régime était corrompu, affirmer qu’il n’a jamais injurié de manifestant place Tahrir, rien n’y fait : il reste sur la liste noire des artistes trop compromis avec le précédent pouvoir et Firqat Naji Atallah, le feuilleton dans lequel il devait interpréter le rôle principal, a mystérieusement disparu de la programmation de ramadan !

Flagman, par le dessinateur brésilien Carlos Latuff

Aujourd’hui, la vraie star de « l’ambassade dans l’immeuble » se nomme Ahmad Shahat. Plus que le diplôme qu’il a obtenu dans une université d’une grande ville de province, le jeune Égyptien a mis au service de son pays une expérience professionnelle acquise… en nettoyant les façades d’immeubles! Le 20 juillet  août dernier, le spider man cairote a escaladé sous les acclamations de la foule en délire1 une vingtaine d’étages pour aller arracher le drapeau israélien flottant sur la terrasse de l’immeuble qui abrite la représentation israélienne au Caire et le remplacer par l’emblème national égyptien. (Voir la vidéo tout en bas du billet.)

À l’image de bien des acteurs de la révolution, ce jeune Égyptien de 23 ans – qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà réussi à escalader, place Tahrir, un pylône de 12 mètres – n’est pas membre d’un parti et ne se prend pas pour un héros. Au contraire, il se considère comme un simple instrument au service de la collectivité et ne voit dans son acte rien de plus que l’expression du sentiment national après la mort de plusieurs soldats égyptiens à la frontière israélienne.

L’« État hébreu » comme on l’appelle souvent – tant pis pour les citoyens qui sont bêtement palestiniens, chrétiens, musulmans ou athés ! – a adressé à l’Égypte de très inhabituelles excuses, un signe que les temps ont changé. Quant aux responsables du Conseil suprême des forces armées (CSFA), ils hésitent beaucoup à faire flotter à nouveau en haut de l’immeuble de l’ambassade un drapeau qui déclenche tellement de passions populaires. Lors d’un match récent, des « ultras » du club Ahali, dont le savoir-faire en termes de violences urbaines a été un des éléments aussi déterminants que méconnus dans le succès de la révolution  (voir à ce sujet le billet de Ted Swedenburg), en ont encore brûlé un exemplaire : la vidéo est impressionnante : voir ce lien.

Dans l’immédiat, la jeunesse égyptienne (et arabe) s’est trouvé un héros !

* Illustration de Mohieddine Ellabad (محي الدين اللباد) dans Le Carnet du dessinateur (traduction française en 1999).

  1. راجل راجل، إطلع يا بطل : Oh le mec ! Vas-y, tu es un héros ! Sur un mode allitéré du type : Oh mon vieux, ce type c’est un dieu ! []