Un mieux relatif pour les droits de la femme dans le monde arabe

Marwa Adel, ‘Eden’, 2017

J’emprunte, en le transformant un peu, le titre d’un article publié il y a une quinzaine de jours dans la version anglaise du site Al-Araby al-jadid (publication londonienne, tendance « libérale » financée par le Qatar). Parmi les avancées soulignées figure la suppression des circonstances atténuantes pour les auteurs de « crime d’honneur » pris d’une « grave colère », avec pour résultat, dans certains cas, des peines fermes de six mois seulement. Quelques jours plus tard, un autre amendement est venu révoquer un article de loi qui permettait à l’auteur d’un viol d’échapper à sa peine en cas de mariage avec sa victime…

Ahaad Alamoudi, ‘Land of Dreams’, 2017

Cette loi, lointain héritage de la présence coloniale, comme l’explique l’Algérienne Salima Mellah citée dans un article du site Raseef22, ne cesse de susciter des protestations partout dans la région. Au Maroc, elle a été amendée en 2014, et le Liban vient de l’imiter.

La Tunisie a fait de même il y a peu, mais en allant encore un peu plus loin puisque le texte voté par le Parlement tunisien renforce la protection des victimes de violences, notamment familiales. La loi pénalise désormais « le harcèlement sexuel dans les lieux publics, l’emploi d’enfants comme employés domestiques et prévoit des amendes pour les employeurs qui discriminent intentionnellement les femmes au niveau des salaires ». La Tunisie, comme on le répète souvent, est un pays pionnier dans ce domaine. En revanche, on sait moins que l’Algérie a voté, en mars 2015, une loi qui pénalise la violence conjugale contre les femmes en introduisant également, sur le plan juridique, la notion de harcèlement sexuel.

Alia Ali, ‘[Laysa] Ana / I am [NOT], 2017
La même loi s’efforce de garantir les intérêts financiers des femmes mariées, en prévoyant une peine de deux ans d’emprisonnement pour les époux « disposant des biens ou des ressources financières » de leur femme. Dans cet esprit, le président tunisien Béji Caïd Essebsi veut aller plus loin encore en proposant d’introduire les dispositions légales qui permettront une égalité totale entre les hommes et les femmes sur la question très sensible de l’héritage. Des calculs politiques ne sont peut-être pas forcément étrangers à cette démarche, qui n’en reste pas moins assez « révolutionnaire ». Quand bien même l’esprit de la religion, comme l’affirment le président tunisien et ses alliés, va dans le sens de cette réforme, il n’en reste pas moins qu’elle va à l’encontre d’une interprétation littérale de ce qui est écrit dans le Coran sur cette question (notamment dans la sourate 4, Al-Nisâ’).

On attend avec intérêt de voir si la loi tunisienne sera ou non modifiée, sans parler de l’application concrète des nouvelles dispositions (sachant que, depuis la nuit des temps ou presque, toutes sortes de formules juridiques permettent aux parents qui le souhaitent de protéger, ou même d’avantager, leurs filles). Dans l’immédiat, le projet tunisien a suscité la fureur des… Égyptiens, ou plus exactement de l’institution religieuse dans ce pays. Dans la droite ligne des positions les plus défensives et traditionnelles (comme on avait pu le voir il y a quelques mois sur la question du divorce « oral », valide pour la loi religieuse : voir ce billet), un des responsables d’Al-Azhar., un certain Abbas Shoman (عباس شومان), a déclaré que ce projet « heurtait de front les règles de la sharia » (تتصادم مع أحكام الشريعة).

Boushra Almutawakel, ‘Untitled 3’, 2011

Si une partie de l’Égypte n’a guère envie d’évoluer sur cette question – un projet de loi pour baisser l’âge légal du mariage d’une mineure de 18 à 16 ans est toujours en discussion comme le rappelle aujourd’hui même le quotidien Al-Hayat –, sur les réseaux sociaux, l’affaire est entendue. La jeunesse égyptienne s’est mobilisée pour protester contre cette ingérence dans les affaires tunisiennes, et contre cette instrumentalisation politique de la religion (article du site Al-Arab online).

« L’Égypte n’est pas la Tunisie » (مصر ليست تونس) répètent à l’envi partisans et adversaires de la réforme légale tunisienne, soit pour s’offusquer du manque de rigueur religieuse des Tunisiens, soit pour s’opposer à l’ingérence des autorités religieuses égyptiennes au-delà des frontières de leur pays. Cette phrase, on l’a beaucoup entendue durant les soulèvements de l’année 2011, lorsque le régime de Moubarak n’avait pas encore perdu tout contrôle sur la situation. L’avenir n’est pas écrit mais, en ces temps où les bonnes nouvelles sont rares dans la région, on se réjouit de voir que les jeunesses tunisienne et égyptienne (et arabe) se retrouvent sur de nouveaux enjeux. Sans doute, les soulèvements de l’année 2011 se sont-ils terminés de la manière que l’on sait, mais leurs causes n’ont pas disparu, comme en témoignent les évolutions sociétales sur le statut des femmes.

Trop lentes, sans doute, trop incomplètes, mais bien réelles tout de même, notamment grâce au courage de certaines militantes. L’article mentionné au début de ce billet évoquait également, en autres signes positifs, la sortie de prison, à la fin du mois de juillet de Maryam al-Oteibi (مريم العتيبي). Après plus de cent jours de détention (et des soutiens locaux et internationaux), la jeune Saoudienne a gagné son combat contre la tutelle masculine imposée aux femmes de son pays : pour la première fois dans l’histoire du « Royaume des hommes » comme on le surnomme parfois en arabe, une femme a été libérée sans avoir pour garant une présence masculine. Presque une révolution en somme !

Maitha Demithan, ‘Mother’, 2017

Les photos de ce billet sont tirées d’une exposition collective d’artistes arabes (femmes) qui s’est tenue à Amman sous le titre I AM.

Des lois à la pelle : la loi sur l’appel à la prière en Palestine

"Vous ne ferez pas taire les appels à la prière", manifestation en Palestine.
« Vous ne ferez pas taire les appels à la prière », manifestation en Palestine.

« C’était l’heure de midi, l’heure où le muezzin épie le soleil sur la plus haute galerie du minaret, et chante l’heure et la prière à toutes les heures. Voix vivante, animée, qui sait ce qu’elle dit et ce qu’elle chante, bien supérieure, à mon avis, à la voix machinale et sans conscience de la cloche de nos cathédrales. » (Alphonse de Lamartine, Des destinées de la poésie, 1834).

Qu’il est loin le temps où une star de la culture européenne vantait les mérites du muezzin sur les cloches de nos campagnes ! Aujourd’hui, bien installés dans le pays que Dieu leur a promis il y a quelques milliers d’années, les Israéliens ne sont pas du tout sensibles à la poésie de l’appel à la prière. Au contraire, après une première tentative, il y a dix de cela, avortée faute de majorité, le parlement devrait en principe ratifier dans quelques semaines une loi qui, dans les faits, imposera le silence aux minarets. En tout cas entre 23 heures et 7 heures du matin car, pour tenir compte des protestations du ministre de la Santé Yaakov Litzman, le projet de loi – qui, par équité, concerne les trois religions révélées  et on peut donc s’attendre à ce que vienne le tour des clochers des églises… – a été réduit à ces seules heures, de façon à ne pas offenser la « rue ultra-orthodoxe » inquiète à l’idée que les sirènes annonçant le shabbat puissent être muselées elles aussi.

Dans la « seule véritable démocratie du Moyen-Orient », il va de soi qu’on ne saurait mettre en place une législation susceptible de discriminer une partie de la population. Non ! La loi en préparation a pour objectif de « préserver l’environnement sonore » des habitants, quelles que soient leurs croyances. Il s’agit donc d’une législation écologique en quelque sorte, pour mettre fin aux nuisances sonores dont souffrent ceux qui sont venus s’installer dans le pays en ignorant sans doute qu’on y lance l’appel à la prière depuis des temps fort anciens (mais néanmoins pas aussi immémoriaux que les promesses bibliques). Ce que le législateur israélien est loin d’ignorer d’ailleurs, car il ne lui viendrait certainement pas à l’idée de s’en prendre à la liberté de culte. S’il faut légiférer, c’est parce que les hauts-parleurs, comme le rappelait un savant rapport rédigé lors des premières discussions, se sont substitués à la voix humaine. Et aussi, hélas, parce qu’ils servent de temps à autre à véhiculer de haineux (sic) messages nationalistes (propalestiniens, cela va de soi).

Il faut par conséquent que les Palestiniens soient de très mauvaise foi (sans jeu de mots) pour résister à une législation qui soulagerait leurs oreilles. Ils prétendent en effet qu’il n’était guère besoin d’écrire une nouvelle loi puisque des mosquées trop bruyantes sont d’ores et déjà condamnées, le cas vient encore de se produire, au titre d’une réglementation sur les « pollutions et les nuisances ». À les écouter, il s’agirait, une fois de plus, d’une mesure discriminatoire à l’encontre des musulmans puisqu’un aménagement a été trouvé pour les sirènes de shabbat. Et la nouvelle mesure porterait même atteinte « à la vie et à la culture » dans le pays. Encore un peu, et les descendants putatifs des Philistins en appelleraient au « patrimoine immatériel » que prétend sauvegarder l’Unesco, une organisation qui, comme le rappelle fort justement Shmuel Trigano dans Le Figaro, n’hésite pas à « réécrire l’histoire de Jérusalem » !!!

Sûre d’elle-même (mais pas « dominatrice », ça c’était de Gaulle en novembre 1967 : vidéo ici), la société israélienne ne craint pas de laisser la parole à ses adversaires, y compris dans le temple sacré de sa démocratie. On a pu ainsi  assister au spectacle étonnant d’un député arabe, Teleb Abu Arar (أبو عرار : par ailleurs imam et muezzin « dans le civil »), appelant à la prière après un petit discours, en hébreu dans le texte, à la tribune de l’assemblée (vidéo, qu’il faut vraiment regarder, ici). Quant aux habitants de Jérusalem, l’occupant les a laissés s’époumoner à leur guise, en se disant probablement qu’ils finiraient bien par se fatiguer de cette inutile protestation (vidéo ici)

Si l’on doit continuer sur la même lancée, on peut imaginer qu’après la prière ce sera au tour de la langue arabe d’être interdite en Israël. Non pas que le gouvernement israélien souhaite le moins du monde provoquer la minorité arabe qu’il accueille sur son territoire, en dépit de son ingratitude (et alors qu’il y existe ailleurs, comme personne ne l’ignore, tellement de terres arabes qui ne demandent qu’à être davantage mises en valeur). Mais le premier devoir des autorités est de veiller au bien-être de leurs citoyens. Et comme l’a très bien perçu le gérant d’un établissement de la chaîne CaféCafé qui a donc intimé à ses employés arabes de service le commandement de se taire (dans leur langue natale), les Israéliens se sentent « menacés » quand on parle arabe devant eux. On peut donc s’attendre à de nouveaux progrès dans la provocation législation. D’ailleurs, dans le même ordre d’idée, on se penche aussi en Israël sur un texte qui destituerait d’office un député (arabe) qui prétendrait soutenir le mouvement de boycott des produits fabriqués dans les colonies implantées en territoire occupé.

Pour ceux qui se demanderaient comment évoluent les choses dans les pays voisins, on rappellera que le gouvernement égyptien, sans arsenal juridique, a réussi à mettre en place, depuis l’été 2010, une « centralisation des appels à la prière » qui a en quelque sorte court-circuité le tapage quelque peu anarchique des hauts-parleurs de trop bonne volonté. (Une pièce de théâtre a été montée il y a quelques années sur le sujet, et la bande-annonce vaut le détour.)

Et pour finir en beauté (quoique…), je vous propose ce très étrange remix de l’appel à la prière et de l’Ave Maria, « risqué » (car il a bien entendu soulevé des protestations de puristes) par un candidat algérien pour la huitième édition de la Star Academy, en 2011.

« La loi française », un nouveau roman de Sonallah Ibrahim (sur Internet)

LOI n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés (1)

Article 1 : La Nation exprime sa reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont participé à l’oeuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d’Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine ainsi que dans les territoires placés antérieurement sous la souveraineté française.
Elle reconnaît les souffrances éprouvées et les sacrifices endurés par les rapatriés, les anciens membres des formations supplétives et assimilés, les disparus et les victimes civiles et militaires des événements liés au processus d’indépendance de ces anciens départements et territoires et leur rend, ainsi qu’à leurs familles, solennellement hommage.
(…) Article 4 : Les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite.
Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit.
La coopération permettant la mise en relation des sources orales et écrites disponibles en France et à l’étranger est encouragée.

Cette Loi française (القانون الفرنسي), qui a choqué ceux qui se souviennent des combats pour la libération de l’Algérie – et ceux qui s’étonnent qu’une loi puisse dicter le contenu des prgrammes universitaires -, a inspiré le romancier égyptien Sonallah Ibrahim. Il en a fait le titre et le sujet de son dernier roman avec pour personnage justement cet universitaire égyptien déjà présent dans Amrikanli. Cette fois-ci, ce dernier ne découvre plus les Etats-Unis mais la France de 2005, quelque part entre Poitiers et Paris. (Sonallah Ibrahim parle de son livre sur le blog d’un jeune écrivain, Ahmed Alaidy : le morceau de violoncelle finit par s’arrêter au bout d’un  moment !)

Le quotidien d’opposition Al-Badil (L’Alternative) a eu la bonne idée de publier le texte du roman sur son site (merci à Sylvie N. pour l’info !). Je profite de l’occasion pour rappeler que Al-Talassus (Le Petit voyeur) est également disponible en ligne (voir ce précédent billet), sans oublier l’indémodable Dhât (Les années de Zeth), en format « pdf ».

Comme on le constate avec le nombre de publications en ligne pour ce seul auteur, Internet est en train de compléter le travail des médias et fabrique aujourd’hui un nouvel espace culturel transnational pour le monde arabe.

Désolé pour les lecteurs qui ne lisent pas de l’arabe, mais il y aura certainement la traduction française bientôt. Et pour me faire pardonner, un second billet cette semaine !