Mendiants et pas orgueilleux : l’Égypte à vendre aux pigeons

Bientôt deux ans de pouvoir pour le maréchal Sissi, et un bilan très peu glorieux. Plus que jamais, le pays dépend dramatiquement des subsides accordés par les « frères arabes ». Officiellement, on en est à 23 milliards de dollars d’aide accordées par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Koweït au cours des 18 mois qui ont suivi l’éviction du président Mohamed Morsi.

Mais cela ne suffit pas et le ministère du Tourisme vient de lancer une vidéo promotionnelle pour relancer le tourisme dans le pays. Lecteurs de CPA, vous n’êtes pas vraiment concernés car (sauf exception bien entendu) pas assez riches pour faire une cible de choix. Non, le public visé par la communication du ministère, c’est le tourisme du Golfe, un gisement de voyageurs qu’on n’hésite pas à plumer comme des pigeons (« Le fric coule chez eux comme des grains de riz » peut-on entendre dans une conversation téléphonique attribuée au président Sissi).

Le pigeon voyageur (le voyageur pigeon) se décline de préférence au masculin singulier, surtout si l’on compare à une précédente campagne du même genre, lancée il y a un peu plus d’un an. Sous le titre Wahashtû-nâ (وحشتونا / Vous nous manquez), le clip faisait alors se succéder une série de lieux communs de l’Egypte touristique : les quartiers historiques près d’Al-Azhar, les felouques sur le Nil, la citadelle, un peu de bord de mer, les lumières sur la ville la nuit, le tout sur fond de danses endiablées dans un style de variétés télévisées. Le clip lui-même jouait à effacer les frontières entre la « réalité » du pays et sa représentation touristique, avec des images de studios, de salles de spectacle offrant la « joie de vivre » cairote, tandis que les scènes se déroulant dans la « réalité » ne cherchaient pas à gommer leur artificialité de studio.

Alors que cette vidéo mettait en scène une famille idéale et moderne (monsieur, madame et leurs deux enfants) en provenance du Golfe, le dernier clip choisit comme cœur de cible un jeune célibataire originaire de la même région comme on peut le déduire instantanément à sa tenue vestimentaire. A peine arrivé à l’aéroport, ce beau jeune homme à la barbe bien taillée est immédiatement pris en charge par une pléiade de célébrités égyptiennes qui rivalisent d’amabilités pour lui faire découvrir leur ville. Six vedettes de la chanson et pas loin d’une vingtaine d’acteurs et actrices célèbres vont ainsi ponctuer la visite des mêmes clichés égyptiens en faisant, littéralement parlant, les larbisn (voir la vidéo, 0’58). Défilent à nouveau Khan al-Khalili, les ponts et les felouques du Nil, la citadelle et autres « stars » du tourisme local…

Avec cette différence que l’Egypte – comme le précise le titre du clip : Misr orayba (مصر قريبة / L’Egypte est tout près) – se veut cette fois proche de son visiteur. Toute proche même car la déambulation du jeune touriste est pleine d’allusions faciles et de rencontres émoustillantes… La narration propose ainsi deux temps forts particulièrement suggestifs avec la rencontre d’une adorable vendeuse de fleurs au début de la vidéo (1’14), puis celle d’une charmante jongleuse faisant valser deux boules de feu sous les yeux enflammés de l’homme du Golfe (3’43)!

Sachant qu’on a affaire à des professionnels – la société Aroma qui a produit le fim fait partie des leaders du marché moyen-oriental sur ce créneau –, on est bien obligé de considérer que cette drague assez peu subtile n’est pas le fait du hasard. Ce que confirme le fil (subliminal) qui relie toutes ces images puisque le clip se referme sur l’aimable rencontre d’une fillette égyptienne et d’un garçonnet du Golfe (3’52), fillette que l’on retrouve dans le générique de fin (4’35) caressant nostalgiquement un pigeon et que l’on avait découverte au tout début du clip accueillant des avions comme un dresseur ses pigeons.

في مصر الحضن اللي عاش يكسر بينا الحدود
مسير الغايب يعود وتلمس ايده الحيطان : la « tendresse égyptienne efface les frontières » comme le proclament les paroles, « le voyageur revient et ses mains caressent les murs » (de la ville)… Pas simplement les murs sans doute, quelques épidermes également… A l’exception de quelques conversations téléphoniques privées parfois révélées au grand public), l’Egypte de Sissi ravale tout orgueil pour mendier le soutien de ses frères du Golfe.

Du mariage et du divorce… (2) : 9 millions de célibataires…

Pourquoi les fiancés égyptiens ont-ils accueilli avec autant de satisfaction la crise boursière de l’hiver 2008 ? Parce qu’elle a entraîné une chute des coûts de construction, et en particulier celui des ferrailles à béton, un élément essentiel dans la construction des logements, lesquels avaient vu leur prix doubler, et même quadrupler, en l’espace d’un peu plus d’un an (article dans Al-Quds al-‘arabi, octobre 2008). Du coup, bien des rêves de mariage pouvaient enfin être réalisés puisque la coutume veut que le fiancé apporte dans la corbeille de la mariée un logement pour la nouvelle famille.

De fait, le coût du mariage est souvent la principale raison évoquée pour expliquer le fléau social que constitue aujourd’hui le célibat. Publiée à la même époque, une étude du CAPMAS, le service égyptien de la statistique, évaluait à quelque 9 millions le nombre de célibataires de plus de 35 ans (pour une population totale de 75 millions d’habitants).

Sachant que 20 % des Egyptiens vivent en dessous du seuil de pauvreté et que le chômage, dont le taux officiel est estimé à 10%, frappe à 88% des jeunes âgés de 15 à 40 ans (bon article en français dans Ahram Hebdo), on imagine le tour de force que constitue pour la famille du marié la nécessité d’économiser presque 4 années de salaire (43 mois très exactement), soit la somme jugée nécessaire pour fonder une famille (article dans The National, un quotidien anglophone des Emirats)…

Les difficultés sont si réelles que la télévision égyptienne a lancé durant ramadan de l’année dernière un jeu télévisé offrant au jeune couple gagnant l’appartement tellement rêvé ! (Article d’Alexandra Sanders sur Menassat).)

Plus sérieusement, une association d’un village de Haute-Egypte tente d’inciter les familles à se marier « à la Abou Trika » plutôt qu’« à la Drogman », en d’autres termes à opter pour une cérémonie modeste dans le style sérieux et engagé du footballeur international égyptien (voir ce précédent billet) plutôt qu’à la manière du joueur ivoirien, célèbre pour son goût du luxe et du bling-bling (article dans islam-online).

Pour les mêmes raisons, la traditionnelle khatiba (خاطبة, la « marieuse ») semble vouée à disparaître au profit des modernes agences de mariages (مكاتب الزواج ) : 120 pour la seule ville du Caire ! Les sites de rencontres (évoqués dans un précédent billet) fleurissent également sur la Toile avec les risques inhérents à ce média… Car si certaines annonces brillent par leur franchise en suggérant « à celles qui veulent épouser des hommes d’affaires d’envoyer une photo récente et un numéro de téléphone », d’autres exploitent le désespoir et la crédulité des postulants pour monter de véritables escroqueries. En juin 2008, un réseau a ainsi pu être démantelé lorsque des internautes ont constaté par hasard qu’on leur avait envoyé, parfois contre une « avance » de plusieurs milliers de livres égyptiennes, le même portrait de l’épouse saoudienne de leurs rêves (article dans Al-Quds al-‘arabi, dernière page). C’est par centaines semble-t-il que les naïfs désireux de faire un riche mariage se sont fait prendre au piège de quelques photos de comparses locales prenant l’accent du Golfe au téléphone !

Dans ce contexte, le mariage coutumier (الزواج العرفى : encore un billet !) pourrait presque apparaître comme une médiocre solution à une misère sexuelle qui explose désormais en bouffées d’hystérie collective (les feuilletons du ramadan passé s’en étaient d’ailleurs fait l’écho). Est-ce l’explication de l’avis juridique (fatwa) émis en avril dernier par la très officielle Dar al-iftâ’ confirmant la légalité, s’il est pratiqué dans les règles, du « mariage saisonnier » (مسيار misyâr), une forme d’union dans laquelle le couple n’est pas tenu – et même ne doit pas selon les conventions de cet accord – de résider sous le même toit ?

C’est en tout cas l’opinion du journaliste qui commente cette information dans Al-Quds al-‘arabi, en rappelant la complaisance de l’institution religieuse vis-à-vis du pouvoir. On peut en effet s’interroger sur les conséquences de telles unions qui, dans bien des cas, relèvent de formes de prostitution plus ou moins déguisées avec pour conséquence, parmi bien d’autres, la naissance de très nombreux enfants nés de mariages non reconnus civilement.

Le problème, sur lequel se penchent nombre de sociologues, est loin d’être théorique puisqu’un rapport officiel a pu estimer que ce sont quelque 14 000 enfants qui sont nés, en 2005, dans une véritable situation de non-droit juridique. La modification, en avril 2008, de l’article 15 de la « loi de l’enfance » de 1996 qui permet désormais à la mère de déclarer une naissance à l’état-civil apporte une solution. Elle n’est cependant que juridique comme le rappelle un article du Al-Hayat (19 juin 2008) qui évoque cette « bombe à retardement » que constitue l’existence de ces milliers de « bâtards » dans une société qui reste très traditionnelle.

Pourtant les choses évoluent très vite et ces mariages coutumiers ne sont pas tous le résultat des seules circonstances économiques. En effet, on ne peut que faire l’hypothèse d’une réelle évolution des pratiques sexuelles au sein de la jeunesse égyptienne, y compris lorsqu’elle fait jouer en sa faveur la souplesse du droit islamique, quand on constate la multiplication de ce que l’on appellerait, sous d’autres latitudes, des « unions libres ». Selon l’article sur le site Arabonline déjà cité, elles seraient pratiquées par plus de 250 000 étudiants et étudiantes, soit 17 % de la jeunesse universitaire…

Cette évolution des pratiques de la sexualité, on la constate également, comme on le mentionnait la semaine dernière, vis-à-vis du mariage et du divorce, en Egypte comme dans le reste du monde arabe. (La suite au prochain billet !)

Cette affiche est celle d’un film qui vient de sortir sur les écrans égyptiens. Al-Farah (الفرح : littéralement, la fête, la noce en dialectal) est une comédie sur fond de chronique sociale qui raconte une « arnaque au mariage », laquelle prend la forme d’un « faux mariage » destiné à réunir les fonds nécessaires à l’achat d’un microbus ! Même si personne n’est vraiment dupe, tout le monde dans le quartier se sent obligé de participer à la collecte des nouout (نقوط), ces cadeaux que l’on se doit d’offrir aux jeunes mariés dans les quartiers populaires. On peut voir la bande annonce du film en suivant ce lien mais c’est un extrait d’Elemby (اللمبي) que je vous propose, un autre film, plus ancien, également produit par Ahmed El-Sobki. On y voit, sous une forme un peu caricaturale sans doute, un des ces mariages populaires qui ruinent les jeunes mariés égyptiens mais aussi les espoirs de ceux qui ne peuvent s’offrir pareille fête… Pour l’illustration vous aurez reconnu Fiancées en folie de Buster Keaton (1925).

« Le marché aux esclaves » : guerre, prostitution et création

Sundus Abdul Hadi (سندس عبدالهادي) a 24 ans. Elle vit au Canada et se présente elle-même (en anglais) comme une artiste irako-canadienne tirant son inspiration à la fois du monde sumérien (la première civilisation urbaine, dont les origines, en basse Mésopotamie, remontent au IVe millénaire avant notre ère) et de la civilisation des premiers temps de l’islam.. Elle conçoit son travail plastique comme un commentaire sur les médias, l’histoire, la politique et les questions sociales à travers le regard d’une femme vivant dans le monde de l’après 11-Septembre.

On parle d’elle aujourd’hui dans la presse étasusienne (un article dans le American Chronicle par Suki Falconberg, écrivain féministe très engagée dans la « satire érotique de la prostitution militaire »), et désormais dans la presse arabe, via le quotidien en ligne Elaph bien placé, en tant que représentant de la ligne libéralo-moderniste néo-séoudienne, pour se faire l’écho d’une telle prise de parole.

A l’origine de l’intérêt pour cette jeune artiste, le tableau appelé Inanna in Damascus, qui illustre ce billet, présenté à Ottawa au printemps dernier. Comme elle l’explique (en anglais) dans son blog (que je résume ici) elle a voulu à travers cette œuvre dénoncer l’industrie du sexe dont sont victimes les femmes irakiennes en Syrie (et plus largement au Moyen-Orient). Chassés par la guerre de 2003, environ 1,5 million d’Irakiens vivent aujourd’hui en Syrie (pour une population d’environ 20 millions d’habitants, soit 6 millions de personnes à l’échelle de la population française). Dans bien des cas, ces réfugiés sont réduits aux pires extrémités et, pour ce qui est des femmes à la prostitution, en particulier auprès d’une clientèle de passage, en provenance des pays du Golfe.

A travers la référence à Inanna, la déesse sumérienne de la sexualité et de la guerre, Sundus Abdul Hadi explique qu’elle a voulu représenter les pires oppresseurs des femmes, et aussi leurs clients les plus fréquents, les Saoudiens indissociables du soldat américain, rappelant l’origine de la guerre qui a créé un tel chaos dans la région. Complété par le maquereau, le groupe se tient devant Al-Hurmân, un cabaret dans la vieille ville de Damas dont le nom évoque en arabe à la fois le harem et le péché.

En réinterprétant le célèbre tableau du peintre Jean-Léon Gerôme intitulé « Le marché aux esclaves », l’artiste a choisi de transposer dans l’imaginaire contemporain cette scène, sans doute irréelle mais bien présente dans les fantasmes de l’amateur de scènes orientales du XIXe siècle. Elle remarque qu’on y trouve déjà les acteurs dont elle veut dénoncer le rôle dans le « marché aux esclaves » irakiennes d’aujourd’hui : le client, le soldat, le politicien et l’homme d’affaires arabe présent aussi bien au XIXe qu’aujourd’hui.

La démarche de cette artiste et la violence de son œuvre prennent plus de sens encore si on les replace dans le contexte plus large de l’expression artistique arabe moderne, marquée par l’essor de l’école irakienne. Evoquée dans ce billet, c’est notamment à elle que l’on doit, dans les années 1950, la naissance de l’abstraction arabe via l’utilisation de l’alphabet arabe par l’école dite hurûfiyya.

Si l’occupation de l’ancienne capitale abbasside est politiquement insupportable pour le monde arabe, la destruction de la société irakienne est vécue par les milieux culturels comme l’anéantissement d’une avant-garde culturelle, notamment plastique. Brodant sur le thème de Sindbad, un article récent dans Al-quds al-‘arabi raconte ainsi comment, après les années 1950 et 1960 si fertiles, les artistes irakiens ont pris le chemin d’un exil sans retour à partir des années 1990 et de la première guerre du Golfe et plus encore à partir de l’invasion de 2003.

Raison de plus pour saluer les rares d’entre eux qui n’ont pas fait le « huitième voyage de Sindbad », celui pour lequel il n’est pas de retour. C’est ce que fait une galerie londonienne, animée par des intellectuels arabes résidant en Grande-Bretagne (voir cet article dans Al-quds al-‘arabi ). Sous le titre Riding on Fire, elle expose jusqu’à la fin du mois d’octobre les œuvres d’une quarantaine d’artistes qui continuent à essayer de vivre et de créer dans le terrible Irak du New Middle-East.
Illustrations : http://mesopotamiancontemplation.blogspot.com et www.artiquea.co.uk