Et pour ce qui est de demain ? Cinq ans après la « révolution » du « printemps arabe »

belnesbeh-la-bokra-chou-ziad-el-rahbani-play-movie

Triste anniversaire des événements qui ont secoué le monde arabe il y a cinq ans. Pour ne pas faire le tour de la carte de la région, uniformément désespérante, on se contentera de rappeler que les deux pays qui symbolisaient l’espoir de changement, la Tunisie et l’Egypte, vivent aujourd’hui sous un couvre-feu, « légal » dans le premier cas, imposé de facto dans le second (voir le précédent billet).

Le constat ne date pas d’hier. Préparant ce billet, j’ai rouvert un texte écrit il y a tout juste deux ans et qui portait déjà sur les échecs du « printemps arabe », particulièrement visibles à travers sa patrimonialisation, au Caire en l’occurrence. Il s’agissait à l’époque d’évoquer un processus naissant, celui de la « muséification » des soulèvements, d’abord par les acteurs eux-mêmes en lutte pour leur survie politique, mais ensuite – et surtout – par la « contre-révolution » orchestrant à sa manière des commémorations aux allures de requiem (ou de chant du cygne si l’on préfère)…

On n’en est plus là aujourd’hui car ce sont plus seulement les événements de janvier 2011 auxquels on cherche à ôter toute dimension révolutionnaire en les faisant entrer dans le musée de la mémoire nationale. Provoquée par l’ampleur de la catastrophe arabe, une autre tendance se dessine, celle de la célébration d’un passé récent auquel on semble attacher d’autant plus de prix que tout le monde pressent désormais qu’il ne reviendra plus.

Comme souvent en pareil cas, le Liban lance un mouvement qui ne se limite pas à ce seul pays, si l’on en croit ce témoignage de Pierre Abi-Saab à propos d’une jeune cinéaste venue du Caire tout exprès pour l’événement. À savoir la sortie, au cinéma, d’une pièce présentée pour la première fois à Beyrouth il y a 38 ans, Bennesbe la bokra chou (بالنسبه لبكرا شو / Et pour ce qui est de demain ?) Le lecteur qui souhaitera en savoir plus trouvera dans cet article tous les détails sur le coup, assez malin, réussi par une jeune start-up numérique libanaise, M media.

En deux mots, il s’agit de la sortie sous forme de long-métrage de documents tournés à l’époque en super 8 par la sœur du metteur en scène d’une pièce restée jusqu’à présent dans l’histoire, et dans les mémoires, sous la seule forme d’enregistrements audio. On comprend mieux l’importance de « l’événement » en question si l’on précise que le metteur en scène n’est autre que Ziad Rahbani (voir – au moins !  – ces billets, à propos d’un concert à Damas en 2008 ou bien lors de ses déclarations à propos de « l’amour » que porterait sa mère, la diva Feirouz, pour le « sayyid » Nasrallah, un épisode en apparence mineur sur lequel Jean Aziz a écrit un article particulièrement pertinent).

Produit à la fin des années 1970, Bennesbé la bokra chou symbolise tout « Ziad », lequel symbolise toute une époque où les conflits faisaient déjà rage (mais au seul Liban, si on laisse de côté le « cas » palestinien). Ils opposaient alors non pas les sunnites aux chiites, ou bien les pro-saoudiens aux pro-iraniens, mais les « isolationnistes maronites » (volontiers pro-impérialistes) aux « islamo-progressistes » – plus tard labellisés « palestino-progressistes » – (en principe « socialisants » et de toute manière « arabistes », entendre partisans de l’unité arabe).

En dépit de ce contexte bien particulier, la pièce de Ziad, avec son humour, sa joie de vivre et même son « engagement » restent dans les mémoires comme un âge d’or pour lequel le public – âgé maintenant, bien entendu, mais aussi beaucoup plus jeune (voir cette petite vidéo de l’avant-première) – conserve manifestement une nostalgie dévorante. Bien loin de l’atténuer, les couleurs sépias des anciennes images éventuellement colorisées ne font qu’attiser l’engoûment du public du film qui se précipite dans les salles libanaises où la vieille pièce des années 70 est devenu un improbable succès.

À y regarder de plus près, Bennesbé la bokra chou ? était incontestablement très drôle, mais la pièce ne brillait pas par l’optimisme. Les dialogues, joyeusement désabusés, n’ont rien perdu de leur actualité et c’est peut-être ce qui explique leur succès. En attendant la révolution, la nostalgie est un produit qui se vend bien : M media prévoit déjà de sortir Film amriki tawil ( فيلم أمريكي طويل / Long métrage américain).

Un trailer de Et pour ce qui est de demain ?

 

Cynique, le Likoud pille la création palestinienne…

turabiyyé

Al-Ghorbah – (الغربة) l’exil, la douleur de l’absence, d’être ailleurs – est un de ces mots qui sont tellement partagés d’un bout à l’autre du monde arabophone qu’on les retrouve dans d’innombrables créations artistiques. Dans la chanson en particulier, aussi bien au Maghreb qu’au Machrek, c’est le titre de plus d’un morceau. Parmi les plus récents (2012), une composition du groupe Torabyeh (ترابية : tempête de sable), cinq rappeurs vivant à Amman depuis que leur famille a dû quitter la Palestine, en 1948 pour certains d’entre eux.

On en parle dans la presse arabe parce que le Likoud israélien n’a rien trouvé de mieux que d’utiliser ce morceau comme bande son d’un des clips de campagne de son leader Benyamin Nétanyahou. Comme l’explique cet article de 972mag, un site (anglophone) particulièrement intéressant sur la question palestinienne, il s’agit en gros de convaincre les électeurs israéliens que « voter à gauche, c’est voter Isis » (à savoir l’Etat islamique, ou encore Daesh). Le scénario est minimal : un pick-up s’arrête, des barbus jihadistes demandent le chemin de Jérusalem – avec un très comique accent arabe en hébreu paraît-il. « Prends à gauche », répond un quidam, juste avant que s’affiche le slogan : « La gauche se soumettra au terrorisme. » (Plus de détails dans l’article déjà linké, et pour le clip, c’est ici.)

Comme de nombreux Israéliens pour lesquels les Palestiniens n’existent pas (et n’ont par conséquent aucun droit), il va sans dire que les auteurs de ce clip du Likoud se sont dispensés de la moindre autorisation pour utiliser une œuvre musicale en principe protégée par des lois auxquelles l’Etat israélien adhère. Il faut tout de même reconnaître qu’ils auraient certainement été très mal reçus car les membres de Tourabyeh, comme la quasi totalité des groupes de rap arabe, sont très actifs politiquement.

Malheureusement, et bien qu’ils vivent au cœur du monde arabophone, l’immense majorité des électeurs israéliens ne parlent pas l’arabe (sauf quelques injures et quelques mots indispensables pour se faire obéir, à l’image des colons français d’autrefois). Ils ne prendront donc même pas la peine d’essayer de comprendre les paroles diffusées en fond sonore de la propagande du Likoud. C’est dommage car ils découvriraient un message assez radical (mais peut-être que ça les inciterait à voter encore plus à droite !) :

بس بدي مكان أضمن فيو حق إبني
آنا مش قاتل بس قادر أجرم من أجل حقي
عشان وطني قلمي قاعد بكتب باسمي
بديش مجندة اسرائيلية تمنع دفني بوطني
بدي أندفن بنفس المقبرة إللي اندفن فيها جدي
ونا من طفولتي بحلم لما أكبر أصير جندي
مع الوقت إكتشفت لمين بدي أنتمي
محمود عباس فتح حماس ولا جبهة
خليني حر حواري لإنهم كلهم مرتزقة
مش قادر أتعامل مع شعب عايش جوا كذبة
الصورة حلوة والخلفية مدمرةا

Je veux juste un endroit où je pourrai être sûr que mon fils a des droits
Je ne suis pas un assassin mais je pourrai devenir un criminel pour mes droits
Pour mon pays, mon stylo écrit pour moi
Je ne veux pas qu’une soldate israélienne m’empêche d’être enterré chez moi
Je veux être enterré là où il y a déjà mon grand-père
Depuis que je suis petit, je rêve d’être un combattant
J’ai fini par comprendre avec qui j’étais, avec le temps :
Pas Mahmoud Abbas, pas le Hamas, pas le Front [de libération de la Palestine]
Arrête, ce sont tous des mercenaires !
Je ne peux pas vivre avec un peuple qui est dans le mensonge
L’image est belle, mais, à l’arrière-plan, il n’y a que des destructions…

Sans se faire beaucoup d’illusions, Turabyeh – qui a publié un communiqué aussi clair que radical sur sa page Facebook – a chargé un avocat palestinien en Israël d’intenter une action en justice

Le clip réalisé pour Ghorbah, assez réussi musicalement, est très impressionnant. Sans doute, comme l’écrivait en 2012, l’auteur d’un article repris sur l’excellent blog Revolutionnary Arab Rap (silencieux malheureusement depuis octobre dernier), parce que les images de la jeunesse bâillonnée évoquent la révolte étouffée des jeunesses arabes. Mais aussi, désormais, parce que ces bandeaux noirs qui aveuglent les victimes, avant leur révolte, font écho aux images atroces d’exécution que diffuse l’Etat (prétendument) islamique. Ce qui ne fait qu’ajouter à l’odieux cynisme dont témoigne (s’il en était encore besoin) l’équipe de l’actuel Premier ministre. Il est en effet avéré que des officiels de l’actuel gouvernement, celui de Benyamin Nétanyahou par conséquent, sont allés s’enquérir de la santé de quelques-uns de ces combattants jihadistes, « réfugiés » du front du Golan syrien et discrètement soignés dans les hôpitaux israéliens dans le nord ! (Il se murmure que c’est un Etat du Golfe qui pait la facture…)

Ghorbah, par Turabyeh (les paroles – déjà dans les sous-titres de la vidéo – sont disponibles ici en anglais, et en arabe). Ceux qui regarderont le clip noteront que le flow du rap est coupé, en deux endroits par une sorte de pause, à la fois dans la scansion et la musique. Moment pour les trois rappeurs d’Amman de glisser un salut musicla (et militant) à Ziad Rahbani et à son célèbre et ironique Anâ mesh kâfir (Je ne suis pas un mécréant, c’est la faim qui est sans religion, et l’injustice…)

Un conseil à tous ceux qui s’inquiètent de la fascination qu’exercent les fous-furieux de Daesh : écoutez la révolte de Turabyeh et de la jeunesse arabe, et donnez-lui l’espoir que sa soif de justice trouve un écho, y compris chez les nantis, d’ici et de là-bas.

Divorce à la libanaise : le Sayyid et la Sayyida

feirouz2
Sur un site comme il en existe des milliers sur la Toile, un musicien libanais révèle que sa mère, artiste célèbre elle aussi, « aime beaucoup » le Secrétaire général du Hezbollah. Un entretien mis en ligne le 17 décembre, sous le titre « Ziad Rahbani (…) : J’ai confiance dans la résistance ». On y parle de toutes sortes de sujets, des intempéries dans le pays à la situation en Syrie en passant par la scène médiatique locale. Mais une phrase, une seule, a suffi à déclencher un déluge de protestations, elles-mêmes submergées par un raz-de-marée de répliques indignées : «  Feirouz aime beaucoup le Sayyid Hassan (فيروز تحبّ السيد حسن كثيراً ). Elle va me le reprocher, comme lors de cet entretien pour une télévision où j’avais parlé en public d’affaires privées et où elle m’avait interrompu. (Sourire) »

La belle affaire ! Donc, celle qu’on appelle la Sayyida – un des surnoms de Feirouz, littéralement « Madame », mais qui signifie aussi La Dame, y compris avec l’allusion à la vierge Marie (la chanteuse est née dans une famille chrétienne) – « aime beaucoup », aux dires de son fils, le Sayyid, littéralement « monsieur », mais il s’agit ici du titre donné à un descendant (mâle!) du prophète via ses petits-fils Hassan et Hussein et qui, employé de façon absolue, ne peut référer, sous une forme à la fois admirative et affectueuse, qu’au seul Secrétaire général du Hezbollah. Au vu du tollé suscité par sa déclaration, Ziad Rahbani « en a rajouté une couche » dans une émission de la chaîne Mayadeen (sur cette chaîne, voir ce billet) pour dire que « ceux qui attaquaient le Sayyid [Nasrallah]et la Sayyida [Feirouz] étaient les défenseurs d’Israël ».

Au Liban et ailleurs, la petite phrase du fils de Feirouz est devenue une véritable affaire d’Etat qui continue, deux semaines plus tard, à susciter de nombreux commentaires, en premier lieu chez les personnalités politiques. Ami d’enfance de Bachar El-Assad et héritier d’une famille politique maronite du Nord du pays considérée comme prosyrienne, Soleimane Frangié a ainsi « twitté » son appui à la chanteuse dont le soutien à la résistance « n’est pas étonnant » à ses yeux. Quant à Walid Joumblatt, autre féodal (druze, et dans le Sud cette fois), il a déclaré que la chanteuse était « trop éminente » pour être mêlée aux minables combats politiques du moment. Après Nabih Berri, le Président du Parlement libanais, qui a jugé bon de revenir lui aussi sur la question, le Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah en personne, y a fait également une allusion transparente dans un discours prononcé le 20 décembre (courte vidéo ici) en ironisant sur la situation libanaise où certains réclament « un gouvernement neutre » (de technocrates) alors que le simple fait que quelqu’un dise apprécier quelqu’un d’autre – en l’occurrence la présumée sympathie de Feirouz pour sa propre personne – fait l’effet d’un tremblement de terre ! »

Bien entendu, les médias sont de la partie, et les réseaux sociaux plus encore. Parmi de très nombreux articles de presse, on doit signaler ceux du Al-Akhbar, qui a sans doute déclenché toute l’histoire en signalant le premier l’entretien de Ziad Rahbani dans un tout petit article en dernière page le 17 décembre. Deux jours après, le quotidien beyrouthin a publié une double-page (et un éditorial) en réponse à des réactions particulièrement violentes dans les médias sociaux. Parmi celles-ci, celle du célèbre éditorialiste Hazem Saghié utilisant sur sa page Facebook l’expression « feu Feirouz » (الراحلة) pour signifier ainsi que son idole d’hier n’existait plus désormais à ses yeux.

Ou encore, toujours sur les réseaux sociaux et sur un mode qui deviendra le principal argument des critiques des propos de Ziad Rahbani, l’argumentation développée par Fawwaz Traboulsi (le 19 décembre). Pour ce politologue et essayiste libanais, figure importante d’une partie de l’extrême-gauche locale (tendance plutôt trotskyste), il est pour le moins étonnant qu’une des plus belles voix arabes affiche son soutien à un religieux qui est « à la tête d’une parti qui interdit d’écouter la musique et les chants, sauf pour ce qui est des chants religieux et militants (hamâsiyya) et qui interdit d’écouter en particulier les chants interprétés par les femmes » (على رأس حزب يمنع الاستماع من الموسيقى والاغاني الا على الاناشيد الدينية او الحماسية وهو يمنع الاستماع خصوصا للاغاني التي تغنيها النساء بعامة). Un argument auxquels le camp opposé répond assez abruptement que « la voix de Feirouz l’emportera sur [celle du] Daash » (l’acronyme des combattants pour l’Etat islamique en Irak et au Levant).

Une semaine plus tard, la réaction de Fawwaz Traboulsi (voir par exemple le commentaire du 24 décembre toujours sur sa page Facebook, en réponse à une autre émission sur la chaîne Al-Mayadeen) fait encore couler beaucoup d’encre et plus encore de flux numériques, mais à cause d’une autre allusion. Il s’agit cette fois de « l’étroite relation » de Feirouz et des Rahbani « avec le gouvernement de la famille El-Assad et le régime bassiste syrien » (صلة وثيقة بحكم بيت الاسد وبالنظام البعثي السوري). Ce qui explique qu’il « n’est pas étonnant que cette vieille relation s’altère en une forme ‘d’amour’ pour le Secrétaire général du parti qui combat aujourd’hui en Syrie pour défendre le régime de la famille et du parti » (فلا عجب ان تنسحب تلك الصلة القديمة «حبّاً» لأمين عام الحزب الذي يقاتل الآن في سورية للحفاظ على نظام الاسرة والحزب).

feirouzOn pourrait ajouter à ce dossier bien d’autres éléments encore, ce qui naturellement incite à s’étonner – ou même à se désespérer – de voir les « meilleurs esprits » du pays et de la région se perdre ainsi en considérations oiseuses sur les choix politiques d’individus qui ne sont, après tout, que de simples vedettes de la chanson, surtout à un moment où il y a tant de raisons d’intervenir sur des sujets autrement plus graves. Mais ce serait ignorer le fait que ces échanges en apparence futiles dans le champ artistique et culturel sont précisément l’expression, ou encore le prolongement, des combats politiques. Bien entendu, autour des propos attribués à Feirouz par son fils (et résolument démentis depuis par sa sœur Rima !), on retrouve, en rangs bien ordonnés, les partisans du 8 Mars et ceux du 14, ceux qui considèrent que les combats en Syrie sont désormais totalement dominés par une conspiration internationale visant à affaiblir le « front de la résistance » et ceux qui pensent que l’existence de soutiens très douteux, sur le terrain comme dans les chancelleries, n’altère en rien l’authenticité du soulèvement du peuple syrien.

Futile et même désespérante par bien des côtés, cette polémique appelle encore d’autres remarques. On peut ainsi rappeler qu’elle a été provoquée par les propos d’un homme, Ziad Rahbani, dont on se plaisait à rappeler, il y a peu encore (cela veut dire quelques mois, deux ans tout au plus), qu’il symbolisait un certain esprit de révolte, une conscience refusant l’oppression politique, une sorte de modèle avant l’heure de l’esprit insurgé qui souffle depuis sur la région. Pourtant, en Egypte déjà (en mars 2013, à l’occasion d’un concert au Caire boycotté par une partie de la jeunesse révolutionnaire locale) mais plus encore en Syrie où on évoquait dans ce billet un concert donné en août 2008, l’image de Ziad Rahbani est désormais brouillée aux yeux d’une partie importante de son public.

Pour Feirouz, icône du monde arabe – la dernière sans doute car on ne rangera pas Haïfa Wehbé ou Tamer Hosny dans la même catégorie ! – le phénomène est encore plus visible, et même plus troublant. Pour plusieurs générations, depuis son apparition sur la scène arabe au milieu des années 1950 (en bonne partie via Radio Damas!), la diva est l’incarnation vivante d’un âge d’or marqué, entre autres choses, par la  formulation d’un « être arabe » dont la « sensibilité politique » était illustrée par exemple par des chansons offertes à Jérusalem, Damas ou Beyrouth, autant de capitales d’un « être ensemble » rendu possible par un projet commun.

Ceux qui se déchirent aujourd’hui autour des propos prêtés par Ziad Rahbani à sa mère le pressentent, le savent même : briser cette icône qu’est devenue Feirouz, c’est prendre le risque de rompre définitivement avec ce projet, c’est choisir un divorce qui risque fort de rendre impossible à l’avenir toute vie commune. Emportée par la passion, par la haine qui s’est installée sur la douleur des uns et des autres, la conciliation semble néanmoins impossible.

Formons malgré tout des vœux puisque c’est le moment de le faire…

Le legs de la chanson arabe : Fairouz et l’héritage des Rahbani

On devrait assister ce lundi 26 juillet à un mouvement de protestation transnational en faveur de… Fairouz ! Dans l’après-midi, les Fairouziyoun se réuniront au Caire, à Jérusalem (où l’on a distribué cette affiche qui joue sur les paroles d’une de ses plus célèbres chansons) et même dans plusieurs villes d’Australie pour protester contre le fait que cette grande voix de la chanson arabe ne puisse plus interpréter son répertoire. Avec l’énergique soutien d’une radio syrienne, Sham FM, qui profite de ces événements pour faire parler d’elle à l’occasion de son troisième anniversaire, la principale manifestation aura bien entendu pour cadre Beyrouth, devant le Musée national (article en arabe dans Al-Hayat).

Point de passage entre les deux Beyrouth au temps de la guerre civile, le lieu est un symbole fort pour ceux qui veulent prendre la défense de ce véritable « monument » qu’est devenue la chanteuse libanaise. Aujourd’hui âgée de 75 ans – quand notre Johnny national et Mike Jaegger, n’en ont « que » 67 –, celle-ci continue de se produire et on devait ainsi la voir sur les planches du Casino du Liban, si ce n’est qu’elle en a été empêchée, au tout dernier moment, par une ordonnance en référé du tribunal de Beyrouth.

A l’origine de cette décision de justice prise vers la mi-juin, ses trois neveux qui ont porté plainte, faute d’un accord sur la répartition des droits d’auteur avec celle qui est depuis plus de soixante ans l’interprète des œuvres de leur oncle et de leur père. Depuis la mort de celui-ci, Mansour (منصور الرحباني), en janvier 2009, ils ont donné un tour beaucoup moins feutré aux querelles qui déchirent depuis assez longtemps la famille Rahbani. En effet, et quel que soit son talent,  « notre ambassadrice auprès des étoiles » (سفيرتنا إلى النجوم) n’aurait jamais connu un tel succès si elle n’avait été « découverte » dans les années 1950 par les grands compositeurs qu’étaient déjà les deux frères Rahbani, Mansour et Assi (عاصي الرحباني), ce dernier devenant même son mari, et le père de ses enfants (dont Ziad, plusieurs fois évoqué dans ces billets).

Victime d’un accident cérébral en 1972, Assi ne se remit jamais totalement de cette attaque et mourut en 1986 alors que le couple mythique de la chanson arabe avait fini par se séparer en 1979, ce qui mit également un terme à la collaboration entre les deux frères. Au temps de leur union, du début des années 1950 jusqu’aux années de la guerre civile libanaise, la « Sainte Trinité » de la chanson libanaise provoqua une véritable révolution dans l’histoire musicale de la région en mettant un terme à des décennies de quasi monopole égyptien.

Mais surtout, c’est une sorte de chanson engagée, même si elle restait « populaire » et « commerciale » qu’imposèrent les frères Rahbani avec leur interprète. Lancée en particulier sur les ondes syriennes (un pays où on la considère tout « naturellement' » aujourd’hui encore comme une artiste nationale), Fairouz devint la véritable « Voix des Arabes » des années 1950 et 1960. Mieux que les grandes vedettes du Caire qui avaient trop souvent l’air d’être en service commandé pour défendre les grandes causes de la nation, la jeune chanteuse libanaise, guidée par ses deux mentors, incarna un nouveau type de chanson patriotique qui rompait totalement avec la plupart des rengaines pleurnichardes ou inutilement martiales de l’époque. Adoptant – dès le début des années 1950 – des textes de poètes palestiniens tels que Haroun Hashem (هارون هاشم) ou Abou Salma (عبد الكريم كرمي), les Rahbani suggéraient déjà à travers leurs compositions un rapport moderne de l’individu au politique, un rapport où la voix de Fairouz offrait un dialogue dans lequel se reconnaissait, en communiant dans l’émotion musicale, chaque membre de la société.

De notoriété publique depuis de longues années, les différends au sein de la famille Rahbani étaient apparus au grand jour lorsque Mansour avait réclamé en avril 2008 quelque 100 000 dollars de droits d’auteur à Fairouz, l’interprète des chansons qu’il avait composées avec son frère (article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi).  Malgré tout – la maladie de Assi, les « événements du Liban », la séparation du couple et toutes ces années accumulées –, la fiction de cette relation familiale sublimée avait été seulement écornée, comme si tout le monde préférait garder intact le souvenir de ce passé idéalisé dont témoignent les documents photographiques de l’époque (on peut en écouter certains extraits dans cette bande-annonce de Kanet hekia (كانت حكاية), un documentaire réalisé par Rima Rahbani, la fille de la chanteuse).

Aujourd’hui, et c’est inconsciemment cela qui mobilise la ferveur des Fairouziyins de Beyrouth, du Caire, de Jérusalem ou même de Canberra, on souffre, quand on a la fibre nationaliste et arabe, de voir ainsi souillée par ses propres héritiers, au sens strict du terme, la « légende dorée » de la famille Rahbani et, à travers elle, tous les rêves de ces années d’enthousiasme et de mobilisation.