Choc et effroi dans les médias arabes : le maillon faible libanais

Photo (truquée par Charbel Khalil) du prince Walid Ibn Talal et de quelques autres pensionnaires du Ritz Carlton

Le royaume d’Arabie saoudite est-il en train de trembler sur ses bases ? Une chose est certaine, la stratégie du « choc et de l’effroi », imaginée par les stratèges étasuniens et mise en œuvre avec les résultats que l’on sait durant la troisième guerre du Golfe en 2003, semble inspirer le très fougueux héritier du trône, Mohamed ben Salman. Sans coup férir, celui-ci a fait interpeller une bonne partie des plus grosses fortunes de ce très riche pays, ainsi qu’une belle brochette de cousins, oncles et neveux susceptibles d’être autant de rivaux potentiels dans ce nouvel épisode saoudien de Game of Thrones (Game of thobes, du nom de la robe masculine locale, comme on dit sur Al-Jazeera).

Combien y a-t-il de pensionnaires, dont certains seraient interrogés sans ménagements selon certaines sources, dans cette prison dorée qu’est devenu le Ritz Carlton de Riyadh, réquisitionné par les autorités jusqu’au début de l’année prochaine pour les besoins de cette très opportune campagne contre la corruption ? Deux semaines après le début des opérations, les autorités se refusent à rendre publique la moindre liste. On parle de plusieurs centaines de prévenus, uniquement des hommes, la seule exception connue étant la fille du milliardaire al-Walid bin Talal (الوليد ابن طلال), le propriétaire, entre autres investissements, du groupe médiatique Rotana (on a souvent parlé de lui dans ces chroniques, notamment pour ses investissements dans Twitter et pour le lancement de la chaîne d’information Al-Arab, un des plus beaux fiascos de l’histoire des médias puisqu’elle n’aura émis, en tout et pour tout, que quelques heures !) Avec le prince al-Walid bin Talal se trouvent deux autres gros poissons des médias arabes : le premier se nomme Walid al-Ibrahim (وليد الابراهيم), beau-frère, par une de ses sœurs, de feu le roi Fahd, il est le propriétaire de la MBC, qui reste, depuis sa création au début des années 1990, une des plus importantes chaînes généralistes arabes ; quand au second, Saleh (Abdullah) Kamel (صالح كامل), c’est un homme de très grosses affaires parmi lesquelles on trouve la chaîne Art, surtout active en Egypte.

Après avoir été dans le secret des bonnes affaires des années durant, les donneurs d’ordre sont, pour une durée encore indéterminée, tenus au secret. On imagine les répercussions de cette rafle princière sur l’économie du pays ! D’autant qu’il apparaît de plus en plus clairement que les arrestations se conjuguent avec le gel des comptes, locaux et internationaux, des intéressés. Depuis quelques jours, on évoque de plus en plus des saisies, contre une libération, de liquidités ou de portefeuilles financiers sur un mode qui relève davantage de la rançon que de la transaction financière puisqu’on parle dans certains cas d’une ponction allant jusqu’à 70 % des avoirs. Dans le secteur des médias, en proie à la crise depuis le début de la chute des cours du pétrole et la chute des revenus des publicités (voir ce billet de décembre dernier où se devinait déjà le féroce appétit médiatique de MbS), les conséquences de cette purge viennent s’ajouter aux nombreuses menaces qui pèsent sur le paysage médiatique local depuis le déclenchement, tout aussi soudain, de la violente brouille en juin dernier entre les deux géants locaux du secteur, d’un côté le Qatar d’Al-Jazeera et de BeIn, de l’autre l’Arabie saoudite d’Al-Arabiyya et de sa constellation médiatique.

Maillon faible dans la chaîne de la production médiatique régionale pour laquelle il est un important fournisseur de prestataires et de prestations, le Liban est particulièrement atteint par une crise qui s’est aggravée avec l’affaire du vrai-faux enlèvement de Saad Hariri dans le cadre d’une guerre ouvertement déclarée contre le Hezbollah et ses parrains iraniens. En témoigne par exemple la crise qui frappe le quotidien Al-Hayat, symbole par excellence des investissements des Saoudiens – et plus largement des fortunes du Golfe – dans les médias régionaux à partir des dernières décennies du siècle dernier. Il se chuchote en effet que son propriétaire, Khaled bin Sultan (خالد بن سلطان), apparemment lui aussi parmi ceux qu’on soupçonne de corruption, aurait « cédé » une partie de ses actions à l’héritier du trône saoudien. Après avoir accepté depuis plusieurs mois que leurs salaires soient amputés de moitié, les journalistes de la rédaction à Beyrouth semblent se résigner désormais à la fermeture de leurs bureaux, une décision qui ne fera qu’ajouter au chômage de la profession au Liban et qui viendra renforcer la branche installée à Dubaï, en remplacement de l’historique implantation londonienne.

Toujours au Liban, les conséquences de l’actuelle « campagne contre la corruption » se conjuguent avec la crise qui oppose le royaume saoudien depuis juin dernier au Qatar. Alors que son propriétaire, Walid al-Ibrahim est toujours retenu pour les besoins de l’enquête dans les salons du Ritz Carlton de Riyadh, il apparaît que l’avenir de The Voice, une des émissions phare de la chaîne MBC, est de plus en plus compromis. Tourné dans des studios de la banlieue nord de Beyrouth, ce concours pour chanteurs amateurs met aux prises des candidats venus de toute la région, et donc bien évidemment des pays du Golfe dont les citoyens sont désormais instamment priés de ne plus se rendre au pays du Hezbollah et de l’ingérence iranienne dans les affaires arabes ! On pourrait penser qu’il suffirait que la production retienne d’autres studios, et ceux de Dubaï feraient parfaitement l’affaire, sauf que cette solution aurait pour conséquence de multiplier les coûts par trois, à un moment où l’industrie médiatique peine à rentrer dans ses frais…

Mais de toute manière, ce n’est pas le seul problème que vont devoir résoudre les producteurs de The Voice. En effet, la chanteuse émirienne Ahlam, une très bonne cliente pour ce type d’émission par ailleurs, vient d’être brutalement évincée du jury. Non seulement la malheureuse est-elle mariée à un Qatari mais, de plus, elle se montre outrageusement critique de la campagne médiatique lancée contre le pays de son mari, et en particulier de l’offensive musicale lancée par les autorités de son pays natal. Au moment de la sortie d’une nouvelle vidéo dans laquelle différentes vedettes de la chanson s’en prennent au voisin qatari (voir ce billet pour la première production de ce type en septembre dernier), elle s’est confiée aux réseaux sociaux pour souhaiter « le retour de la chanson de qualité ». Ce crime impardonnable de lèse-majesté, d’autant plus qu’elle aurait décliné la proposition de participer à ce clip, a donc provoqué son renvoi immédiat au profit, pour faire bonne mesure, de sa principale rivale la Koweïtienne Nawal, bien moins susceptible de faire grimer l’audimat. Et pour compliquer les choses, la MBC doit trouver une solution pour recommencer de zéro tout le tournage de l’émission, avec des centaines de candidats, alors que tout doit être diffusé dans quelques mois seulement, avant ramadan et sa programmation particulière. La seule solution passe en réalité par le retour d’Ahlam, une décision malheureusement impossible car sa disgrâce a été prononcée « au plus haut niveau » saoudien !

Les péripéties de The Voice ne sont pas si anecdotiques qu’on pourrait le croire car elles traduisent les questions qui se posent aujourd’hui quant à l’évolution du système médiatique arabe. Ainsi, les malheurs de la MBC avec The Voice font-ils le bonheur de sa principale rivale sur ce segment du marché, la chaîne Dubai TV. Mais surtout, les luttes pas vraiment feutrées qui se trament dans les couloirs du Ritz Carlton vont inévitablement se traduire par une réorganisation du secteur : les professionnels libanais vont-ils faire les frais d’un grand nettoyage sous prétexte de « saoudisation » de l’économie ? Jusqu’à quel point les logiques financières et professionnelles peuvent-elles freiner l’hubris de MbS et de sa garde rapprochée ? En principe il y a tout de même un moment dans l’industrie de l’information et des loisirs où le public des consommateurs fait entendre sa voix, comme cela s’est d’ailleurs produit avec Al-Jazeera (voir ce billet) lorsque celle-ci s’est trop résolument écartée de ce qui faisait son succès. Dans le secteur de l’audiovisuel, les échéances vont arriver très vite car on est déjà dans la période de préparation des programmes de ramadan qui commenceront cette année aux alentours du 15 mai…

La victoire en chantant : l’offensive musicale des Saoudiens contre le Qatar

Trois mois tout juste après le début de leur conflit avec le Qatar, les Saoudiens lancent une nouvelle offensive, sur le front de la musique populaire cette fois. Prolongeant la guerre d’usure incessante sur les médias – notamment à travers la diffusion de reportages et autres documentaires à charge (bien cités dans cet article du site Raseef 22) – entre les deux têtes de pont que sont Al-Jazeera et Al-Arabiyya, appuyés sur toute une cohorte de médias œuvrant pour l’un ou l’autre camp, Rotana, le mastodonte de l’industrie musicale et audiovisuelle arabe que possède le prince « libéral » et richissime Al-Walid bin Talal (souvent chroniqué sur ce blog), est passée par YouTube pour déclencher une attaque surprise contre l’ennemi qatari.

Sous le nom d’Al-Magmooa (Le Groupe), sept artistes « du Golfe », comme ils sont souvent présentés même si deux Irakiens sont venus renforcer les troupes saoudiennes, se relaient durant les quelque 5 minutes de la vidéo pour interpréter un titre, unique, intitulé Fais savoir au Qatar ! (علًم قطر). Sur fond de bannière saoudienne et de portraits du roi ou de l’inévitable prince héritier Mohammed ben Salman (désormais MBS), ils enchaînent les paroles (qui défilent à l’écran) d’une chanson écrite par un certain Turki Al al-Shikh (تركي آل الشيخ) du Conseil royal et par ailleurs membre de la garde rapprochée du sus-nommé MBS.

Écrite dans le dialecte local, la chanson peut difficilement passer pour un monument d’éloquence mais elle a le mérite de délivrer un message assez clair à l’odieux voisin coupable de financer le terrorisme mondial. Je vous en propose une traduction partielle (pour suivre avec les paroles arabes, il vous suffira de regarder la vidéo) :

Fais savoir au Qatar, et à ceux qui sont derrière lui, que ce pays [l’Arabie saoudite] est patient
Mais quand les choses en sont à ce point de danger, par Dieu, tu vas voir de quoi ses hommes sont capables
Nos coups, on les donne de face, pas dans le dos, et si les choses s’enveniment, on sait comment régler le problème
Vingt ans de coups bas, de pièges, de complots, on sait tout cela
Ce qui était caché est apparu au grand jour, la noirceur de son cœur, la dissimulation de ses actes
Par Dieu, l’argent du traître est un piège pour celui qui lui a ouvert sa porte et l’a refermée
Mais ça ne marche plus ! On ne se taira plus, on ne patientera plus et ces moins que rien paieront leurs méfaits
(…) Voilà l’Arabie saoudite, celle de la puissance et de la victoire,
Et ses sages savent bien la diriger.

La musique qui repose sur une mélodie plutôt traditionnelle remixée à la sauce pop moderne avec force percussions est due à un certain Rabeh Saqer (رابح صقر, Sager, selon la prononciation locale), ce qui ne manque pas de sel car ce jeune produit de la scène saoudienne s’est retrouvé en prison, il y a quelques semaines de cela, pour avoir interprété durant un concert public un « dub », c’est-à-dire une danse locale considéré par certains comme une incitation à la consommation de drogues ! Se savait-il protégé par la sortie prochaine de cette sorte d’« opérette nationaliste » – l’expression est un quasi pléonasme en arabe (voir ce billet) – ou bien a-t-il composé ce morceau précisément pour se faire pardonner sa mauvaise conduite ? En tout cas, la présence de cette star un peu sulfureuse signale les nouvelles orientations « libérales » de la jeune équipe (bientôt) au pouvoir et fermement décidée à faire bouger les lignes. Un projet qui passe manifestement par l’affrontement direct avec les héritiers de décennies de wahhabisme officiel (j’en ai parlé dans cette série de billets). De fait, les arrestations de religieux médiatiques, accusés, tout en vrac, d’être des suppôts des Qataris, des Frères musulmans ou des Turcs, se multiplient

Capture d’écran de la vidéo « ‘Allim Qatar »

Avec cette offensive soudaine sur la scène musicale, les bataillons de spadassins des médias au service du Royaume clament victoire sur victoire, en mettant en avant le nombre de visionnages qu’a atteint cette vidéo : plus de 5,5 millions de visites au moment où j’écris ces lignes, un chiffre sans nul doute remarquable (s’il n’est pas le fait de robots). De fait, si chaque visiteur est un assaillant virtuel prêt à se lancer dans la bataille, nul doute que le petit Qatar, avec guère plus de deux millions d’habitants (et encore…), est voué à crouler sous le nombre !

Pourtant, l’émirat ne semble pas davantage prêt à plier sous cet assaut musical qu’il n’a montré de signe de faiblesse depuis le blocus imposé depuis trois mois par ses puissants voisins. Le ministère des Affaires étrangères du Qatar a fait savoir qu’il ne s’abaisserait pas à répondre à de telles vilenies tandis que les partisans du cheikh Tamim clamaient à tout va sur les réseaux sociaux que cette vidéo n’était qu’un produit de vile propagande. Reprenant le mode conciliant adopté depuis le début de la crise, ils répliquent également, à l’image du chanteur qatari ‘Ali Abd al-Sattar (علي عبد الستار) sur l’inévitable Al-Jazeera, que les auteurs de cet hymne martial sont des ingrats qui ont oublié, après bien des invitations à se produire à Doha, que la mission de l’art consiste d’abord à rapprocher les peuples et non pas à les monter les uns contre les autres. Par moments, certaines des contre-attaques font mouche, par exemple lorsqu’un montage diffuse sur YouTube, en reprenant les thèmes graphiques de la vidéo incriminée, des extraits des mêmes artistes chantant naguère les louanges du Qatar et de son émir, notamment la star saoudienne Abdul Majeed Abdullah (عبد المجيد عبد الله) ou l’Irakien Majid al-Mohandes (ماجد المهنجس).

Assez peu habile, également, a été la nomination surprise du parolier en chef du clip vengeur, Turki Al al-Shikh, à la tête du sport saoudien. Venant quelques jours après la mise en circulation de la vidéo, et surtout au lendemain ou presque de la qualification saoudienne pour la prochaine Coupe du monde de football, cette soudaine promotion donne du crédit à ceux qui clament qu’elle vient récompenser un ami très proche de l’héritier du trône, ami qui n’en est pas à son premier coup dans le domaine de la flatterie poético-politique puisqu’il a déjà composé une ode à la gloire de l’actuel roi Salman. Par ailleurs, nombre d’internautes n’ont pas manqué de se moquer de ce courtisan qui n’hésite pas à effacer de son compte Twitter d’anciens messages élogieux pour l’émir du Qatar !

Capture d’écran de la vidéo « ‘Allim Qatar »

Aujourd’hui, personne ne sait très bien comment se dénouera la dernière crise en date dans le Golfe entre le Qatar et ses voisins. La dévolution programmée du trône saoudien au prince héritier MBS soulève bien des difficultés à en croire les tensions actuelles au sein du Royaume, avec nombre d’arrestations et de mises à l’écart, au sein des populations rebelles de l’Est du pays, mais également parmi les figures publiques de l’institution religieuse ou encore des médias.

En tout état de cause, l’extension de la confrontation, après les affrontements médiatiques, au domaine de la chanson populaire confirme que toutes les ressources sont désormais mobilisées dans la guerre d’influence que se livrent les parties en présence. Une bataille où, malgré les atouts qu’il a su se construire, le Qatar paraît en position de faiblesse face à l’armada médiatico-culturelle des Saoudiens et de leurs alliés égyptiens. Sauf si l’on pense, comme je le crois, que ce type de propagande, même vaguement modernisée, ne fonctionne plus comme avant au temps du numérique et des réseaux sociaux. Ces derniers ouvrent des perspectives nouvelles dans ce qu’on appelle, dans un autre domaine, la guerre asymétrique entre puissances conventionnelles et forces militaires différemment organisées, ou si l’on préfère entre le rouleau compresseur médiatique saoudien d’un côté, et le Qatar, capable de plier longtemps comme le roseau sous l’orage, mais sans se briser.

Par ailleurs, après les escarmouches auxquelles ont pu se livrer très tôt quelques seconds couteaux à l’image d’un histrion tel que le chanteur égyptien Sha’ban Abdel-Rahim (شعبان عبد الرحيم, alias « Shaaboula », mentionné à plusieurs reprises dans ces chroniques) avec une énième satire musicale de circonstance intitulée « le rat est pris au piège » (comprendre : l’émir du Qatar), cette entrée en force dans le conflit, à l’occasion du clip ‘Allim Qatar, de quelques « poids lourds » de la scène musicale régionale (chanteurs, musiciens et surtout diffuseurs en la personne de la société Rotana) confirme ce que je signalais déjà dans un billet mis en ligne au début du mois de juillet .Parmi les conséquences de l’actuel conflit, il y aura des oukases politico-artistiques liés à la confrontation entre les principales puissances du Golfe et leurs alliés. Le précédent de l’exclusion de l’Égypte de la Ligue arabe, à la suite des accords de Camp David, et le boycott de ses artistes pendant de nombreuses années donnent une idée de l’importance des divisions à venir dans l’éco-système culturel arabe…

En bonus, pour ceux qui auront eu la patience d’aller jusqu’au bout de ce billet, un autre clip artistico-militaire, émirati cette fois-ci, qui permet de mettre en contexte le clip ‘Allim Qatar (au passage, vous y noterez une curieuse utilisation des cornemuses, héritées de la colonisation britannique bien entendu).

Des « chaînes » sur les médias arabes : de la place pour Al-Mayadeen ?

"Canal Al-Mayadeen : la réalité telle quelle." (Ghassan Ben Jeddou, président du CA de la chaîne et directeur des programmes)

Au temps des médias sociaux, les « vieux » médias ne doivent pas être enterrés trop vite ! Dans le monde arabe, plusieurs événements viennent de nous le rappeler. À Doha – capitale du Qatar et de l’information télévisée arabe car c’est le siège d’Al-Jazeera – s’est tenue tout récemment la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe. De nouvelles sanctions ont été demandées à l’encontre de la Syrie et, parmi celles-ci, l’interdiction de toutes les chaînes télévisées syriennes diffusées sur les satellites Arabsat et Nilesat (toutes, cela veut dire y compris Syrian Drama, même si sa programmation ne comporte que des feuilletons). Juridiquement, Nilesat est la propriété d’une société privée égyptienne qui, dans les limites du droit commercial, peut faire ce que bon lui semble. Pour Arabsat, c’est plus compliqué car le satellite est une joint venture entre les différents Etats arabes, à laquelle la Syrie est naturellement associée. Mais depuis novembre dernier la Syrie est « provisoirement exclue » de la Ligue (une décision sans précédent, si ce n’est celui de l’exclusion de l’Egypte à la suite des accords de Camp David). Juridiquement, l’affaire va être compliquée.

On l’a un peu oublié mais en septembre dernier l’Union européenne avait déjà pris des mesures similaires contre le ministère de l’Information syrien mais également contre une chaîne locale, Addounia TV, accusée d’inciter à la violence et retirée du satellite Hotbird, propriété d’Eutelsat. (Sans oublier l’interdiction de la chaîne palestinienne Al-Aqsa par le CSA français en 2010, ou celle plus ancienne encore d’Al-Manar, par le CSA à nouveau mais également dans d’autres pays comme les USA, l’Espagne ou l’Allemagne.) Autant de bannissements qui, pour certains, constituent une sérieuse limitation au droit à la diversité d’opinion, même s’il existe bien entendu des solutions de rechange, les satellites russes ou iraniens pour les Syriens, ou encore internet. Ce qui vient de se passer à Doha fait malgré tout remonter à la mémoire une autre réunion de la même Ligue arabe, en février 2008, lorsque les ministres de l’Intérieur du monde arabe tentèrent d’imposer une « charte de bonne conduite », qui ne présageait rien de bon pour la liberté de l’information (à l’époque seul ou presque Qatar s’y était opposé !). Le « printemps arabe » est passé mais les mauvaises habitudes perdurent… Nouveaux médias en ligne ou pas, ces décisions officielles confirment que la télévision est en première ligne dans les conflits géopolitiques régionaux.

Dans ce contexte, on annonce le lancement la semaine prochaine, à Beyrouth, d’Al-Mayadeen. A première vue, la nouvelle chaîne d’information va avoir du mal à trouver sa place, « coincée » qu’elle est entre les deux actuels mammouths de l’info, Al-Jazeera (Qatar) et Al-Arabiya (Arabie saoudite) d’un côté et, de l’autre, les deux mastodontes en puissance, Sky News Arabia que vient de lancer à Dubai News Corp, le groupe de Rupert Murdoch, et Al-Arab, le projet d’Al-Waleed bin Talal, patron du groupe Rotana, annoncé pour novembre prochain à Manama. On suppose que ses moyens ne lui permettront pas de jouer dans la catégorie des poids lourds, même si les informations sur son financement sont plus que lacunaires. Cinq cents employés (dont 125 journalistes), un siège provisoire dans la banlieue sud (pas vraiment le quartier branché de la capitale libanaise), des bureaux au Caire et à Tunis pour le monde arabe, à Damas aussi semble-t-il, Téhéran, Washington, New York, Londres et Moscou pour le reste, un réseau de correspondants dans toute la région avec un effort particulier pour la Palestine… Des moyens existent tout de même, en provenance selon certains de l’Iran, de la Syrie et du Hezbollah, quand d’autres affirment qu’ils proviennent au contraire du Qatar, de la Turquie et de quelques hommes d’affaires du Golfe. Deux hypothèses parfaitement opposées, qui s’accordent néanmoins sur l’essentiel : « printemps arabe » ou pas, aucun projet médiatique arabe d’envergure ne peut voir le jour sans appuis politico-financiers…

Même sans informations précises sur les bailleurs de fonds, on n’a pas trop de mal à deviner le créneau que Al-Mayadeen va chercher à occuper dans le paysage médiatique panarabe. Son rédacteur en chef n’est autre que Ghassan Ben Jeddou (Ghassan Bin Jiddu غسان بن جدو). Panarabiste convaincu, cette étoile des médias arabes, réputée proche du Hezbollah, a démissionné avec fracas en avril 2011 d’Al-Jazeera auquel il reprochait une couverture des soulèvements arabes à la fois trop discrète sur la répression au Bahreïn et trop tonitruante dans le cas syrien… Même profil pour Sami Kleib (سامي كليب), parti lui aussi en claquant la porte de la chaîne qatarie, ou pour le reste de l’équipe qui compte, entre autres recrues prestigieuses, Zahi Wahbé (زاهي وهبي) pour la culture et George Galloway, l’étonnant député propalestinien de la Chambres des Communes !

Krayyem, Kleib and bin Jiddo, conférence de presse, juillet 2011 (source : The Daily Star: http://www.dailystar.com.lb)

L’équipe ne serait pas complète sans Nayef Krayyem, dont la présence dans le trio fondateur lors d’une conférence de presse en juillet dernier interroge. Le Directeur général (General Manager) d’Al-Mayadeen est en effet un ancien haut responsable d’Al-Manar, ce que rappelle le site nord-américain très conservateur Pjmedia, qui s’étrangle de constater que les bureaux de cette chaîne « liée au Hezbollah » ne seront qu’à « quelques blocs de la Maison Blanche » ! En oubliant de mentionner tout de même que Krayyem, à l’itinéraire sans doute un peu sinueux, a quitté Al-Manar, en assez mauvais termes d’ailleurs, depuis une bonne dizaine d’années…

Al-Mayadeen (الميادين), en arabe, cela peut signifier « les domaines », « les sujets » mais également « les places », une référence parfaitement assumée aux grandes places qui, au Caire ou ailleurs, ont été le théâtre des divers soulèvements arabes. A l’heure où l’étoile d’Al-Jazeera pâlit (voir aussi cet article en anglais de Vivian Salama), on peut imaginer, même si le pari est audacieux, qu’il y a de fait de la place, pour une chaîne comme Al-Mayadeen dans le paysage quelque peu « enchaîné », par l’argent et la politique, de l’information télévisée arabe.

Géopolitique des médias arabes (1/2) : Rotana, mondialisation et normalisation

Déjà présents dès la fin des années 1970 dans la presse imprimée (« imprimée » est une manière très inexacte de présenter les choses car leurs investissements massifs viennent précisément avec les premiers pas de la numérisation des quotidiens Al-sharq al-awsat et Al-Hayat), les Saoudiens commencent à investir dans les médias audiovisuels, et notamment dans les télévisions satellitaires, à la suite de la première Guerre du Golfe (1991).

Sur le registre officiel, l’infléchissement des décisions politiques, avec par exemple la prise de contrôle de facto du programme Arabsat, est sans doute un peu plus ancien. Néanmoins, l’arrivée des capitaux saoudiens dans les nouveaux médias panarabes se fait au début des années 1990, souvent à travers des hommes d’affaires liés, d’une manière ou d’une autre, à la famille royale.

Walid Ibrahim lance ainsi la MBC (Middle East Broadcasting Center), la première véritable chaîne panarabe, dès 1991. Puis viennent Saleh Abdullah Kamel avec ART (Arab Radio and Telvision Network) en 1993, suivi par le groupe Mawarid avec Orbit en 1994 (dont la rupture avec la BBC Arabic, en 1996, donnera un sérieux coup de pouce à la naissante Al-Jazeera au Qatar). Quant au prince Al-Walid Ibn Talal, le magnat des médias arabes, il ne fait sa véritable apparition dans cet univers qu’en 2003, lorsqu’il rachète, pour quelque 100 millions de dollars, les parts de Saleh Abdullah Kamel dans la LBCI (Lebanese Broadcasting Corporation International), passée au satellite en 1996.

Ce janus arabo-mondialisé (cf. ces deux photos) figure régulièrement parmi les 20 plus grosses fortunes mondiales : entre 20 et 25 millions milliards (!) de dollars, selon les variations de la Bourse, ce qui lui permet de s’offrir de menus plaisirs tels la résidence de la famille Bruni, non loin de Turin, pour 17,5 millions d’euros. Né, en 1955, sous une bonne étoile – il est à la fois le petit-fils du roi Abdulaziz ibn Saoud et de Riadh El-Solh, grande figure de l’indépendance libanaise, et il a même quelques liens avec la famille royale marocaine –, al-Walid Ibn Talal a mis en place, au fil des ans, un véritable empire médiatique, via la Kingdom Holding Company (المملكة القابضة‎ , au nom plus équivoque en arabe car on pourrait s’amuser à le traduire par « Le royaume qui en a plein la pogne »!).

Groupe privé qui s’appuie notamment sur sa participation au capital de Citigroup (un peu moins de 5 %, un « coup » réalisé en 1991 et qui a donné à Walid Ibn Talal sa stature internationale), la Kingdom Holding investit dans toutes sortes de secteurs, mais en particulier dans les nouvelles technologies et les médias. Dans ce dernier domaine, elle contrôle les titres les plus importants de la région (Al-Sharq al-awsat et Al-Hayat pour les quotidiens panarabes, Al-Nahar et Al-Diyar au Liban…), mais le fleuron du groupe reste Rotana, créée en 1987, qui regroupe des chaînes télé de divertissement (Music, Clip, Cinema, etc. ), des radios (un projet en développement pour les années à venir), une maison de disques (Rotana Records) diffusant, à quelques exceptions près, la totalité des stars de la chanson arabe, une société de spectacles (Rotana Events), une agence de publicité, un hebdomadaire spécialisé, et depuis peu une chaîne de cafés branchés, les Rotana cafés, destinée à bourgeonner dans toutes les grandes villes de la région. Aujourd’hui, Rotana « pèse » environ 1,5 milliard de dollars…

Entreprise « intégrée » de telle sorte qu’elle règne sur toutes les étapes de l’industrie de l’industrie globalisée des loisirs, Rotana sait intégrer la dimension locale propre au monde arabe, avec par exemple Al-Resalah (الرسالة), un récent investissement (2006) pour occuper le créneau important des chaînes islamiques. Pour autant, on ne fait pas de politique chez Rotana, dont le « métier » consiste à vendre du loisir et de la distraction à la jeunesse arabe, un énorme gisement avec près de 40 % de la population qui n’a pas 15 ans (rapport UNDP 2002).

Cependant, la politique n’est jamais bien loin de la culture, et singulièrement dans cette région du monde. Entreprise spécialisée sur le marché de l’entertainment arabe, Rotana développe ses activités dans un secteur qui est en quelque sorte le fer de lance de la mondialisation, tant financière et économique que « culturelle ». Son développement, qui passe par des accords avec les majors internationales, pose inéluctablement la question de la « normalisation » avec Israël. On l’a vu par exemple lors de l’accord conclu en juin 2008 avec la société Sony dont Rotana est devenue la représentante exclusive pour l’ensemble de la région, ce qui implique naturellement une collaboration avec les sociétés israéliennes, ne serait-ce que pour l’exploitation du marché palestinien (article en arabe dans Al-Akhbar).

Mais plus fondamentalement, la logique même des échanges sur un marché (en partie) dématérialisé produit des effets assez dérangeants au regard des représentations géopolitiques traditionnelles. Un site tunisien spécialisé, Tekiano.com, indiquait ainsi tout récemment que figurait désormais parmi les 10 premiers sites les plus fréquentés par les internautes locaux une adresse… israélienne, celle de Panet.co.il (capture d’écran à gauche, détail avec lettres en hébreu, ci-dessous).

En réalité, les internautes tunisiens ne font que suivre un mouvement général puisqu’on retrouve au premier rang des utilisateurs de ce site israélien (créé par Basam Jaber, un « Palestinien de 48 »), des internautes locaux d’Israël et des Territoires occupés, mais aussi des Egyptiens, des Marocains et des Saoudiens.

Et tous sont à la recherche, sur le segment israélien de la Toile, des précieux fichiers vidéo et MP3 des vedettes… de la très saoudienne et arabe Rotana pour laquelle mondialisation rime nécessairement avec mondialisation.

(Une association dont les ramifications plongent plus profond encore, mais ce sera la semaine prochaine !)