La politique, chanson éternelle (rétrospective)

chansonéternelle

 

 

Film culte pour plusieurs générations, La chanson éternelle (لحن الخلود), réalisé par l’Egyptien Henry Barakat et sorti en 1952, au temps de la Révolution des Officiers libres, offre un titre tout trouvé à ce “post” un peu particulier puisqu’il propose un “rembobinage” des chroniques où la chanson – évoquée dans le billet précédent – occupe la thématique principale. Au total, presque une cinquantaine d’articles, classés sous différentes rubriques.

Rap, hip hop, électro-shaabi, mahragan…

Chants dans l’islam

Industries de l’entertainment (émissions de téléréalité)

Vidéos et opérettes panarabistes

Le chant dans l’actualité politique

Chant et langue arabe

Feirouz, Fayrouz, Fairouz, Rahbani & Co

Panorama

  • Musiques alternatives (Jordanie, Egypte, Liban, Syrie, Maroc (juin/juillet 2008) – Présence de quelques chanteurs et chanteuses au sein de cette présentation de quelques-unes des scènes musicales alternatives.

Comique troupier : la révolution syrienne et ses vedettes

Avant d’être un genre à part entière, tremplin pour des stars en puissance de l’envergure d’un Fernandel, le comique troupier désigne tout simplement l’artiste comique se produisant devant les troupes. La définition s’applique assez bien à la prestation de Bernard-Henri Lévy paradant sur la Croisette devant quelques vétérans en uniforme de la « campagne de Libye », sans oublier, clou du spectacle, deux authentiques révolutionnaires syriens, exfiltrés de leur pays au prix de tous les dangers et exhibés devant les caméras sous un camouflage ridicule associant lunettes fumées et drapeau du soulèvement syrien. Evoquant l’événement sur le site de La règle du jeu, revue dont BHL est le rédacteur en chef, Laurent David Samama commence ainsi son article :

« Cannes 2012. Un peu avant la montée des marches, libyens, syriens1 et autres résistants acharnés de la démocratie se retrouvent dans les arrières salons (sic) de l’hôtel Majestic. Les regards sont lourds. La conversation est franche, l’ambiance est à la camaraderie mais le contexte de la venue des participants est compliqué. »

La scène est campée, au Majestic, certes, mais seulement dans les « arrière-salons » ! L’heure est grave… Cela se poursuit un peu plus loin ainsi :

« J’écoutais les voix les plus critiques jusqu’à ce que je foule à mon tour le tapis rouge et vive le tumulte [souligné par l’auteur]. Là on mesure la portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste et interventionniste qui se concrétise. Des centaines de photographes, de cameramen, journalistes et spectateurs appellent, interpellent,  demandent dans un incroyable brouhaha de se retourner et de leur expliquer la raison de votre venue. Des milliers d’objectifs vous fixent, la montée des marches est retransmise en direct à la télévision et, alors que la cohorte progresse jusqu’à la salle de projection. De New York à Tunis, de Téhéran à Tel-Aviv, le monde entier vous regarde. Il serait bête de ne pas profiter de l’aubaine pour médiatiser le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes. »

La « portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste [ !] et interventionniste »… Ciel ! Retenons la dernière phrase : « le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes ». Publiée dans la revue qu’il dirige, on peut penser que ce texte est fidèle à la pensée du maître qui, par ailleurs, a expliqué en long et en large dans son film – c’est le thème du Serment de Tobrouk – combien l’Histoire lui doit pour cette « ingérence réussie ».

Bousculant les règles avec une conférence de presse avant la projection et non pas après comme le veut la coutume (c’était peut-être mieux ainsi aux dires des premières critiques), ce show organisé sur la Croisette, avec figurants encagoulés, avait pour objectif majeur d’associer deux révolutions arabes dans une même nécessité, celle de l’intervention armée. Dans le cas syrien, il s’agit, selon BHL, de lutter « contre Bachar et les islamistes ».

L’association est difficile à saisir : on ne fera pas l’injure à BHL et à son équipe de penser qu’ils ignorent que le régime syrien justifie ses pires exactions au nom de la lutte contre le fanatisme musulman, en l’occurrence sunnite. Proposent-ils une intervention armée à la fois contre le pouvoir et contre les groupes armés extrémistes qui, aux dires même de l’ONU, sont désormais présents dans les rangs de la révolte syrienne ? Au regard de ses antécédents, on espère que BHL ne passera pas une fois de plus par dessus la tête du ministre concerné pour déclencher la foudre guerrière car ce serait une inflexion majeure de la diplomatie française ! Le plus probable, malheureusement, c’est qu’en associant islamistes et Bachar al-Assad l’échotier de La règle du jeu écrit rigoureusement n’importe quoi. Des chiffons rouges agités pour amuser la galerie et « justifer » les analyses géostratégiques de l’ancien « nouveau philosophe ».

Les opposants syriens, ceux de toujours et qui souffrent avec leur pays, avaient raison il y a quelques mois de cela de supplier BHL de leur épargner son soutien ! Car pour faire bonne mesure, le philosophe suprême – selon une dépêche AFP que l’on trouve en arabe sur le site Elaph  par exemple – a déployé tout son sens politique pour expliquer que le destin des Libyens ne pouvait se comparer dans l’histoire qu’à celui du mouvement sioniste en Israël !

Dans le monde arabe aussi, les « vedettes » disent leur mot sur la révolution syrienne. Entre stratégie de réconciliation après des années de compromission avec le pouvoir et engagement sincère, les soulèvements arabes leur donnent l’occasion de se manifester comme jamais (alors que les « intellectuels légitimes » sont, dans plus d’un cas, étrangement muets, ou terriblement mal à l’aise).

Mawazine, le méga-festival marocain, a ainsi été l’occasion de déclarations publiques un peu embarrassantes pour les organisateurs qui n’avaient pas prévu que la scène musicale servirait de tribune à des déclarations assez peu diplomatiques. Déjà remarquée pour ses positions, la syrienne Asalah a confirmé son engagement en dédiant une chanson « aux courageux révolutionnaires qui défendent notre liberté ». Elle n’a pas précisé, mais le message est sans ambiguïté. Et les voisins – sans précision là non plus – n’ont pas été épargné : « on ne jette pas de pierres quand on habite une maison de verre ! » (Vexés, les journalistes libanais sont sortis, on se demande bien pourquoi !)

Mais c’est tout de même le Libanais Fadl Shaker qui a assuré l’essentiel du spectacle. D’origine palestinienne mais né à Saïda dans un milieu très populaire, celui qu’on connaissait comme un crooner a surpris tout le monde il y a quelques semaines en mettant sa renommée au service d’un certain Ahmad al-Asir (billet par Romain Caillet dans les Carnets de l’Ifpo), cheikh originaire de la même ville du Sud-Liban désormais résolument engagé dans un soutien à la révolte syrienne qu’on qualifiera d’« énergique » (avec les traductions concrètes de ce terme sur la scène locale comme on a pu le voir dans le nord du pays en particulier).

A Casablanca, Fadl Shaker a profité de son tour de chant pour agonir d’injures le président syrien (Que Dieu le détruise ! Qu’il l’emporte en enfer !), en demandant aux spectateurs de soutenir ces invocations à grand renforts de Amen ! (Oui, ça se dit pareil en arabe !) En guise de confirmation de cette conversion à la juste voie des croyants, Fadl Shaker – dans la grande tradition locale des artistes repentis – a annoncé sur Al-Rahma, une télé (très) religieuse, qu’il renonçait désormais à la chansonnette pour se consacrer au seul chant religieux…

« Contre Bashar al-Assad et les islamistes » dit-on à La règle du jeu, alors que Fadl Shaker, le néo-converti de choc soutient la révolution en Syrie ? Cela devient de plus en plus difficile à comprendre, Monsieur Lévy…

La photo signalée dans le commentaire de Sosso !
  1. Sans majuscule, ce sont juste des adjectifs, comme des adjuvants au grand show « béhachellien »! []

La révolution : un drame pour la télé arabe ! (2/2 : la Syrie)

Un billet un peu décalé par rapport à l’actualité car la Gay Girl de Damas mérite assurément quelques commentaires ! Ils viendront peut-être plus tard. Et puis très peu d’illustrations : cela tient à la qualité de la connexion…

 

Habituées à se prêter au jeu bien huilé des questions-réponses lors de shows parfaitement rôdés et qui ne prêtent guère à conséquences, nombre de stars (nujûms, “étoiles”, le mot est utilisé très facilement dans les médias arabes) ne se sentent pas très à l’aise, c’est le moins qu’on puisse dire, avec le grand ménage de printemps qui dépoussière la scène politique arabe. Dans un contexte comme celui de l’actuelle Syrie, on trouve des personnalités publiques tel l’acteur Bachar Ismaïl pour considérer que se taire est déjà une trahison de la patrie… incarnée par le régime. De toute manière, garder le silence n’est pas vraiment une solution car il y a forcément compétition pour se placer auprès du public et ceux et celles qui prennent opportunément la parole ont forcément l’avantage sur les autres. Il est vrai que plus qu’ailleurs dans le monde sans doute, en raison de l’histoire culturelle de la région, on attend des « étoiles » de la scène arabe qu’elles prennent position, qu’elles s’engagent, d’une manière ou d’une autre, dans le débat politique. Le public arabe réclame de ses vedettes qu’elles donnent leur avis, non pas seulement sur les futilités de l’univers de la mode ou du spectacle, mais aussi sur des questions qui préoccupent le « citoyen ordinaire » dans des sociétés « gorgées de politique ».

En Syrie, c’est autour de l’industrie du feuilleton télévisé, le produit phare du pays sur la scène régionale, que se focalisent les enjeux de la communication : acteurs et actrices, mais aussi producteurs et scénaristes sont ainsi appelés à donner leur point de vue. Étroitement associés à certaines élites politiques dont les intérêts s’étendent, comme l’ont rappelé nombre d’observateurs, dans tous les secteurs de l’économie, les plus célèbres des représentants des industries audiovisuelles se sont « spontanément » mobilisé derrière les autorités du pays, à l’image du comédien et scénariste Douraid Lahham mis en scène sur les affiches appelant à l’unité nationale (voir ce billet). Cependant, et même si l’opinion ne se prononce pas aussi clairement qu’en Tunisie ou en Égypte en faveur du mouvement de protestation, on ne peut que constater que celui-ci se poursuit, et qu’il possède par conséquent des partisans, lesquels ont aussi reçu le soutien de quelques-unes des voix populaires auprès du public syrien.

Au regard des circonstances, on comprend facilement que ce soutien s’exprime surtout depuis l’étranger. Au Caire où elle mène sa carrière internationale, la chanteuse Asala a ainsi récemment fait part de sa solidarité avec les protestataires dont les demandes ont rarement été relayées aussi directement à l’intérieur du pays. Fin avril, une pétition intitulée « Sous le toit de la patrie » (Taht saqf al-watan) avait bien été signée par un certain nombre de vedettes des écrans syriens réclamant une enquête sur la manière dont les forces de sécurité étaient intervenues à Daraa et suggérant un hommage national aux victimes (‘alâ arwâh al-shuhadâ’). En dépit de son ton mesuré et de son allusion explicite à la rhétorique du pouvoir par le biais d’un des slogans du moment, cette position était déjà trop critique pour nombre des fidèles des autorités, alors même qu’elle était loin de satisfaire les opposants les plus résolus au régime du président Bachar El-Assad. Les réactions furent plus violentes encore, quelques jours plus tard, lorsque certaines vedettes des écrans syriens appelèrent les autorités, par voie de presse, à se porter au secours des «enfants de Daraa », innocentes victimes du siège auquel était soumis cette ville du sud de la Syrie. Après avoir essuyé de sévères critiques dans les médias (voir le précédent billet) qui leur reprochaient notamment de « trahir » les intérêts nationaux en prenant la parole dans les médias internationaux tels qu’Al-Jazeera, les pétitionnaires se sont vu – ou plutôt « vues » car il s’agit pour l’essentiel de comédiennes et de scénaristes menacées par des producteurs influents d’être mises sur une liste noire pour les productions à venir…

Impossible pour l’image de l’unité nationale d’étaler sur la place publique de telles dissensions au sein des vedettes du petit écran ! Vers la mi-mai, une réunion de conciliation a donc été organisée dans un grand hôtel de Damas, mais les choses ont rapidement tourné au vinaigre lorsque l’actrice May Skaf a violemment reproché à l’organisateur de la rencontre d’évoquer la révolution du 25 janvier en Égypte en termes de coup d’État ! Dans la foulée, elle a nommément désigné Najdat Anzour, un des principaux producteur locaux (on a parlé de lui ici), de ruiner sa carrière, ainsi que celle des autres signataires de l’appel en faveur des enfants de Daraa…

Les choses ont fini par s’arranger mais l’alerte a dû être suffisamment importante pour que le petit monde du petit écran soit très vite invité à rencontrer le président Bachar Al-Assad, lequel a rappelé aux uns et aux autres « la nécessité de refléter dans leurs œuvres la réalité telle qu’elle est » (ضرورة عكس الواقع كما هو في أعمالهم). Utile recommandation sans doute… Plus utile en tout cas que le conseil prodigué par l’une des invités (ils étaient une trentaine au total) suggérant au président d’interdire aux professionnels nationaux toute collaboration avec les producteurs du Golfe, en représailles de l’attitude des médias de ces pays vis-à-vis des événements en Syrie !

Une déclaration de guerre pleine de panache mais qui équivaut à un véritable suicide de l’industrie locale du feuilleton, l’unique fleuron du secteur audio-visuel du pays, puisque les pays du Golfe, les seuls où il y a un réel marché publicitaire, possèdent la majeure partie des médias régionaux ! En effet, après avoir vécu son âge d’or dans les années 1990, le feuilleton syrien connaît depuis un déclin que traduit notamment une baisse de la production : une trentaine d’oeuvres en 2008, seulement 18 deux ans plus tard, et guère plus d’une douzaine cette année. Sur fond de crise récurrente, le feuilleton syrien souffre, comme son grand rival cairote (voir le billet précédent), de la flambée révolutionnaire arabe.

Dans l’immédiat, ce sont des problèmes conjoncturels, avec la difficulté dans certains cas de tourner dans les lieux prévus à l’origine : revenant d’un tournage tardif dans une des banlieues de Damas, l’équipe de Spotlight (بقعة ضوء), une série de sketchs qui doit en être à sa septième saison de ramadan, se serait ainsi vue confisquer son matériel par les forces de sécurité, et il aurait fallu des interventions très haut placées pour débloquer l’affaire ! A plus long terme, les producteurs syriens se heurtent aux mêmes difficultés que leurs collègues égyptiens – à savoir un timing trop serré et surtout de grandes interrogations sur la manne publicitaire –, mais avec en prime de vagues menaces, dans le cadre d’amicales pressions exercées à l’encontre du régime syrien, d’un boycott de la part des riches télévisions du Golfe (à l’image de ce qui s’est déjà passé en 2007 : voir ce billet)…

En effet, la nouvelle scène dressée pour le « printemps arabe » n’a pas (encore?) bouleversé la donne du marché et les rivalités sont toujours aussi grandes au sein du monde arabe pour essayer de capter au maximum les juteux profits des feuilletons télévisés de ramadan. Côté syrien, on rêve de profiter de la baisse générale de l’offre pour gagner des parts de marché et faire monter les prix à l’exportation. Mais du côté du Caire et de ses studios, la révolution n’a pas changé grand chose au mot d’ordre d’une « égyptianisation » qui se traduit par l’éviction des savoir-faire syrien (mais aussi jordanien, palestinien, tunisien…) au profit des ressources locales. Une position récemment reprise par celui que le Conseil suprême des forces armées a placé à la tête de la radio et de la télévision nationales, le général de brigade Tareq al-Mahdi, qui a souligné la nécessité d’un tel choix en cette période de crise.

Quant aux producteurs du Golfe, financiers des uns et des autres mais également de plus en plus impliqués dans des réalisations locales, ils doivent espérer continuer à se tenir à l’écart de toutes ces révolutions et se dirent que c’est eux qui tireront les marrons du feu !

Sources
Pour les arabophones, un reportage de Majed Abdel-Hadi (ماجد عبد الهادي) sur Al-Jazeera, qui compare les attitudes héroïques des personnages du célèbre feuilleton Bab al-Hâra et leurs positions publiques aujourd’hui. Beaucoup d’informations dans les articles de Wissam Kanaan (وصام كنعان) pour Al-Akhbar :12 3 4 – 5

La communication politique dans la Syrie du « printemps arabe » (2) : les voix des personnalités publiques

"Nos ancêtres reposent en Syrie, nos enfants y jouent : ensemble faisons-en une oasis de justice et de tranquilité." Duraid Lahham

Dans le cadre de la modernisation de la communication politique en Syrie, évoquée dans le billet précédent, il faut retenir aussi ce qui est sans doute la première utilisation arabe d’une vedette populaire (que les lecteurs mieux informés me corrigent éventuellement) pour une campagne gouvernementale. A la différence des apparitions de personnalités appréciées du public lors de campagnes de charité ou de bienfaisance, le visage de l’acteur Douraid Lahham , reproduit sur des affiches géantes ou encore sur des panneaux publicitaires le long des trottoirs, s’inscrit dans le contexte des événements qui ont incité le pouvoir à cette communication de crise autour du thème de l’unité nationale.

À l’image de bien d’autres figures appréciées du public, Douraid Lahham est aussi intervenu à de nombreuses reprises sur les chaînes nationales ou étrangères. Pas toujours de façon très adroite d’ailleurs, si l’on en croit cet article sur le site de la chaîne Al-Arabiya, puisqu’il lui serait arrivé d’utiliser des formules discutables (« La tâche de l’armée [en ce moment], ce n’est pas de combattre Israël mais de préserver la sécurité du pays. »). Arrivé à un âge mûr (il est né en 1934), il n’en est pas moins capable d’un enthousiasme qui lui fait parfois perdre son sang-froid et insulter comme un charretier ceux qu’il perçoit comme les ennemis de son pays !

Aussi célèbre dans la région que Louis de Funès pour les Français, ce scénariste et acteur de comédie qui a travaillé pour la chaîne Al-Manar (proche du Hezbollah) est connu pour ses idées nationalistes. A la fin de l’année 2009, il s’est ainsi rendu à Gaza, accompagné, entre autres vedettes du petit écran, de comédiens du célébrissime feuilleton Bab al-Hara, pour assister à la première d’une pièce militante. À l’occasion, il avait échangé des propos assez peu aimables avec une autre grande vedette de la région, l’Égyptien Adil Imam, à propos du droit légitime de la résistance à s’opposer par les armes à la politique israélienne. Alors que les insurgés libyens avaient déjà lancé leur combat, son nom a été à nouveau abondamment cité dans les journaux à propos cette fois d’une vidéo diffusée sur internet où on le voyait accueillir à son domicile damascène le président libyen Mouammar Kadhafi de passage à Damas…

Alors qu’il s’était déjà associé à une fort civile adresse collective au Président intitulée Sous le toit de la nation (تحت سقف الوطن), dont quelques signataires avaient en plus jugé nécessaire de préciser après coup que leur intention n’était pas de critiquer le régime (voir cet article dans Al-Quds al-‘arabi), cette façon qu’a Douraid Lahham de s’afficher avec le pouvoir – au sens propre et figuré du terme – n’est pas nécessairement appréciée de tous les Syriens. Certains trouvent par exemple que celui qui s’est tellement soucié naguère des enfants de Gaza devrait aujourd’hui montrer davantage de sollicitude pour ceux de son pays. A leurs yeux, il aurait pu ainsi donner sa signature à la pétition, lancée notamment par l’écrivain Rima Fleihan, dans laquelle des intellectuels et des artistes ont demandé au ministre de la Santé d’intervenir pour se porter au secours des enfants pris au piège à Deraa, lorsque l’armée a dressé le siège de cette ville du sud du pays, lors d’événements particulièrement sanglants.

Il est vrai que pour une partie de l’opinion, de telles prises de position sont déjà de trop. L’actrice Mona Wassef et quelques autres signataires ont ainsi passé des moments difficiles lorsqu’un présentateur de la télévision nationale, sourd à toutes leurs explications, les accusait de se préoccuper du drame des enfants de Deraa tout en passant sous silence celui des enfants des shuhadâ, les soldats et les policiers tombés lors des affrontements (récit de l’émission dans Al-Akhbar). Une situation qu’avait déjà pu connaître la romancière Samar Yazbek, accusée de « comploter avec des puissances étrangères » parce qu’elle a publié un texte courageux à propos de la situation dans son pays.

Panneaux publicitaires près de l'agence Sana à Damas

Ces quelques exemples, parmi bien d’autres, sont naturellement révélateurs de la bataille de la communication qui se joue actuellement en Syrie autour de la suprématie d’un récit (narrative) aux dépens de tout autre ; en d’autres termes autour de la reconnaissance de la narration officielle des événements – globalement celui d’une agression étrangère. Néanmoins, par rapport à d’autres versions qui avancent que les événements en Syrie témoignent du désir de réforme d’une partie du peuple syrien, il n’est pas certain que le choix, par les communicants du régime, d’un acteur populaire mais vieillissant soit d’une grande efficacité auprès de ces jeunes manifestants que l’on a vu à l’œuvre en Tunisie et en Égypte, ceux-là même que Douraid Lahham traitait encore il y a peu (article dans Al-Quds al-‘arabi) de « gamins de Facebook » !

Plus largement, la crise syrienne pose une autre question, celle des positions adoptés par des personnalités connues et appréciées du public vis-à-vis des événements qui se sont déroulés dans leur pays. Des « listes noires » appelant au boycott de ceux qui ont trop ouvertement manifesté leur soutien au régime renversé ont ainsi fait leur apparition en Tunisie et en Égypte (il y en a aussi dans le cas syrien, dans le camp des « pour » comme dans celui des « contre »). Vis-à-vis de l’intelligentsia le problème se pose différemment tant elle semble, dans plus d’un pays, avoir manqué le train de la révolution menée par la jeunesse. Est-ce parce que les intellectuels, comme l’affirme le cinéaste syrien Muhammad Malas, sont particulièrement victimes de l’absence de démocratie dans la région ? Comme dans cet article du Tunisien Mohammed al-Ghazzi dans Al-Hayat, nombreux sont les témoignages qui affirment qu’ils « n’ont pas participé à la révolution mais se sont contenté d’en être les témoins ». Pour le dire à la manière arabe, ceux qui ont fini par s’exprimer publiquement « partaient pour le pèlerinage quand les autres en revenaient » (voir aussi cet article à propos de la Syrie dans Al-Akhbar) !

Mais de toute manière, les voix des « personnalités » du monde du spectacle ou des sphères intellectuelles ont-elles encore le moindre écho auprès des « gamins de Facebook » qui forment les bataillons des « natifs du numérique » et qui rêvent de faire advenir un nouveau monde arabe ?