Sex and the Arab City : les vents du changement soufflent dans le monde arabe

A voir le nombre de commentaires qu’elle a suscités sur le Net, la vie sexuelle des Arabes, en particulier en Arabie saoudite, est un sujet qui passionne ! Rappel pour ceux qui n’ont pas suivi cette affaire : en juillet dernier, un Saoudien a eu la malheureuse idée de faire état de ses aventures galantes dans le cadre de « Ligne rouge » (الخط الأحمر), une émission tapageuse – et à succès – de la chaîne libanaise LBC (contrôlée par le milliardaire saoudien Al-Waleed Ibn Talal).

Les sanctions n’ont pas traîné : fermeture des bureaux de la chaîne en août, 5 années de prison et 1000 coups de fouet pour le « Casanova saoudien » et, pour faire bonne mesure, condamnation en octobre d’une journaliste locale, Rosana Al-Yami, à 60 coups de fouet pour sa collaboration à la préparation de l’émission (elle a bénéficié, juste après, d’une grâce royale).

Plus récemment, et toujours sur fond de compétition politique entre « libéraux » et « conservateurs », ce sont deux chanteuses, souvent qualifiées de “bombes sexuelles”, qui ont fait parler d’elles. En Egypte, l’annonce d’un prochain concert de Beyoncé, dans un luxueux hôtel sur la mer Rouge, a provoqué un beau scandale (article en arabe dans Al-Akhbar). Alors que les Malaisiens avaient réussi à décourager la star en lui imposant un (trop) strict code vestimentaire pour ses tenues de scène, un député proche des Frères musulmans a interpelé le gouvernement au Parlement à propos de la venue d’une chanteuse coupable de propager « l’immoralité et la dépravation » (الفسق والفجور).

Une attitude d’autant plus scandaleuse à ses yeux que le même gouvernement a été accusé – à tort semble-t-il si l’on en croit cette info en arabe sur le site d’Al-Jazeera – d’avoir contraint les très célèbres Tuyûr al-janna ( طيور الجنة : Les oiseaux du paradis) à mettre un terme plus rapide que prévu à leur tournée estivale en Egypte. (Pour être tout à fait complet il faut rappeler que cette chorale religieuse, qui connaît un énorme succès et qui a tout de même son propre canal satellitaire, a également connu quelques problèmes à la même époque en Arabie saoudite, mais à cause de la police des mœurs locale qui n’apprécie pas du tout cette interprétation musicale trop « moderne » de l’islam : article en arabe sur IslamOnline).

Mêmes débats, mais cette fois à Agadir, dont la plage accueillait la quatrième édition du Concert pour la tolérance. Pour ce « moment intense de partage et de dialogue entre les peuples » selon les termes du communiqué officiel, ce « pont culturel entre les deux rives de la Méditerranée » proposait notamment une prestation de Haïfa Wehbé. Fidèle à sa réputation, la chanteuse libanaise s’est produite dans une tenue que certains médias locaux ont décrite comme assez proche de la chemise de nuit, au point que les vertueuses caméras de la télévision marocaine ont préféré rester prudemment à distance !

Si une partie du public masculin, selon la presse, a exprimé avec beaucoup de vigueur toute sa ferveur pour la créatrice de Bouss al-wawa, dans les journaux proches de l’opposition religieuse, tel Al-Tajdid ( التجديد : Le Renouveau), on s’en est pris violemment à l’image donnée par la principale représentante de la Méditerranée arabe pour ce concert en hommage à la tolérance.

Certains éditorialistes (voir cet article en arabe sur IslamOnline) ont ironisé à propos de cette tolérance qui consiste à exhiber sur scène un Sud tel que le veut le Nord, à savoir déshabillé et dépouillé de toute dignité (هيفاء كشفت عن الوجه “الذي يُريد البعض أن يظهر به شعوب جنوب المتوسط أمام شماله، شعوب عارية، نزعت عنها ثيابها، وتخلت عن كرامتها، كل ذلك يتم باسم ‘التسامح’ المفترى عليه). Et tout cela alors que l’humoriste français Dieudonné était empêché de se produire à Casablanca…

Rien de bien neuf malgré tout dans ces querelles entre les différentes formes de pouvoir et leurs oppositions, où tout est réglé d’avance dans les moindres détails (jusqu’à la petite robe de Haïfa qui avait déjà défrayé la chronique : voir ce précédent billet). Néanmoins, une telle présence des « choses du sexe » dans l’actualité récente, avec tous les enjeux de société qui les entourent, offre une bonne introduction à un autre échange, plus inédit, sur l’importance qu’il convient d’accorder à de tels événements, et sur le sens que l’on peut leur donner.

Auteur de plusieurs livres sur le monde arabe et à la tête d’un blog qui regorge d’informations utiles, Brian Whitaker est aussi responsable de la section Moyen-Orient du Guardian où il participe à une très intéressante tribune collective, intitulée Comment is free. Dans un billet récent, il y a proposé quelques commentaires sur la question du changement dans le monde arabe.

Sous le titre Arab Winds of Change, il développe – en quelques lignes – une idée qui sera familière aux lecteurs de ces chroniques, à savoir que les véritables changements dans cette région du monde seront la conséquence, moins de nouveaux équilibrages politiques que de transformations sociétales liées au poids de la jeunesse et à l’expression de ses désirs, dans tous les domaines. Je le cite : « If asked where change is likely to come from in the Arab countries, I would not put much faith in “reformist” politicians and opposition parties – they’re mostly no-hopers – but I would definitely put feminists, gay men, lesbians and bloggers very high on my list. »

Pour compléter sa démonstration, Whitaker explique que si l’oppression politique arabe existe, il ne faudrait pas négliger le rôle que les acteurs sociaux eux-mêmes, notamment au sein de la famille et dans le système éducatif, jouent dans la mise en place de ce régime d’oppression, dans sa perpétuation : « In these highly stratified societies, people are discriminated for and against largely according to accidents of birth: by gender, by family, by tribe, by sect. Women, as the largest disadvantaged group, can play a major role in overcoming this and helping smaller disadvantaged groups to do the same. Once the equality principle is accepted for women it becomes easier to apply it to others. Contrary to popular opinion, most human rights abuses in the Arab countries are perpetrated by society rather than regimes. Yes, ordinary people are oppressed by their rulers, but they are also participants themselves in a system of oppression that includes systematic denial of rights on a grand scale. »

Un point de vue qui a déclenché la fureur de As’ad Abu Khalil, universitaire américain qui intervient lui aussi sur le Net, à l’occasion de chroniques souvent très intéressantes sur son blog dont le titre est tout un programme : Angry Arab. Je vous laisse découvrir son point de vue, très énergiquement exprimé comme toujours chez lui ! En gros, il s’étrangle de rage en découvrant une explication qui lui semble passer sous silence toute l’oppression, bien réelle, exercée par les pouvoirs politiques – à commencer occidentaux – à l’encontre des citoyens arabes. (La réponse de Brian Whitaker mérite également d’être lue à mon sens.)

Du côté CPA, on se réjouit en tout cas de voir autant d’attention accordée à ces « révolutions minuscules » que l’on s’efforce de chroniquer chaque semaine, parce que toutes ces manifestations que porte et exprime la culture arabe actuelle (au sens large du terme) révèlent, au quotidien, les vrais enjeux politiques de la région. D’ailleurs, As’ad Abu Khalil ne doit pas être très loin de le croire, lui qui a choisi de sous-titrer son blog : A source on politics, war, the Middle East, poetry, and art !

Hamas vs Fatah : la guerre du cinéma

On dit que le cinéma est l’art du XXe siècle ; au début du troisième millénaire, partisans d’une ouverture des salles au public (lesquelles sont prêtes depuis longtemps), et adversaires d’un art qui symbolise un way of life farouchement refusé continuent à se disputer en Arabie saoudite.

Les premiers semblaient avoir marqué des points durant les derniers mois, avec l’organisation, plus ou moins discrète, de festivals et plus encore, en décembre dernier, avec la projection publique, du second film « saoudien », Menahi, une gentille comédie tous publics produite par Rotana Studios.

Mais la contre-offensive que laissait deviner la vigueur des réactions suscitées par cette manière un peu abrupte de forcer la main aux milieux conservateurs vient de se traduite par l’annulation, à la dernière minute, du pourtant très officiel 4e festival cinématographique de Jeddah.

Rotana, énorme société de production multimédia, propriété d’une des plus grosses fortunes du globe, le prince Waleed Ben Talal, en a été pour ses frais – c’est le cas de le dire ! – en ayant sponsorisé et prévu toute une série d’émissions autour d’un événement finalement annulé à la suite de pressions à l’évidence très politiques (présentation, en anglais, de l’affaire sur le site Menassat et, en arabe, un article du site Elaph qui laisse entendre un peu plus les dessous de l’affaire).

L’Orient est compliqué car en Palestine la donne est totalement différente. En effet, alors que les Saoudiens pro-occidentaux s’obstinent à ne pas vouloir de cinémas (tout en consommant force images en home-cinéma), voilà que le Hamas, pourtant estampillé « islamiste férocement hostile à la civilisation [occidentale] », se met à faire son cinéma !

Il y a quelques jours, les Gazaouis, qui n’en ont pas souvent l’occasion, ont pu aller au cinéma pour assister à la projection du premier film « réalisé par le Hamas ». Plus exactement, du premier film tourné dans la « cité des médias » – il faut beaucoup de guillemets, voir cet article dans Foreign Policy – de Khan Younes, au sud de la bande de Gaza dévastée depuis les terribles bombardements du début de l’année.

Produit, pour la modique somme de 200 000 dollars, grâce au soutien du « ministère de la Culture » (de Gaza) et réalisé par Majid Jundieh (ماجد جندية), le film retrace la vie de ‘Imad ‘Aqal (Emad Akel, عماد عقل), un héros de la résistance palestinienne, tué par les forces israéliennes en décembre 1993. La vie du dirigeant des brigades al-Kassem, la « branche armée du Hamas », a été scénarisée par Mahmoud Zahar (محمود الزهاار), membre du bureau politique du Hamas, une des figures importantes de Gaza.

Fort de ce premier succès, le Hamas envisage déjà une nouvelle production (de quoi égaler le résultat de l’Arabie saoudite !!!) avec un autre biopic, sur une figure tout autant mythique, celle de Izeddine Kassem (عز الدين القاسم). Les barbus rétrogrades continuent par conséquent d’en remontrer aux modernes du Fatah sur la question de la maîtrise de la communication (voir cet article de J.-F. Legrain dans Confluences).

Mais il y a d’autres images tournées à Gaza toutefois. On ne fait pas allusion à L’anniversaire de Leila – bande annonce ici – réalisé par Rashid Masharawi, un réalisateur élevé à Gaza dont on a déjà parlé dans ce blog, mais à un film audacieux réalisé en mars 2008 dans le territoire de Gaza par Sawaylim Al-Absi (سويلم العبسي).

Il s’agit de Intizâ’ (انتزاع : ce que l’on prend de force, comprendre : la liberté), un film qui raconte l’histoire d’un jeune couple de Gaza dont le mari est emprisonné par les Israéliens peu de temps après son mariage.

Si son épouse lui reste fidèle, quinze années durant, elle refuse de se voir privée du droit à être mère à cause de cette détention et elle va s’efforcer de récupérer le sperme de son mari pour une fécondation in vitro.

On ne s’attend pas forcément à voir aborder de la sorte et dans cette région du monde, une telle histoire, inspirée de faits réels, paraît-il… Mais pour être tout à fait complet, il faut préciser que Sulaymi al-Absi, est proche du Fatah. Le film avait été produit par son fils, Muhammad, qui aurait été la victime des milices pro-Hamas (article en arabe)…

Ci-dessous, le début d’Intizâ’, avec une bande son poignante.


Photos : AP Photo/Hatem Moussa

Rupture de ban… (suite)

Le verre est à moitié plein, ou vide en Arabie saoudite.

Un article (en arabe) sur le site Islam-online signale que la première projection publique d’un film, depuis que ces dernières ont été interdite à la fin des années 1960, se poursuit sans encombre à Jeddah mais a été “définitivement arrêtée” à Taëf, pas bien loin de là.

Pourtant, le public se pressait en nombre aux séances, que l’on parlait de prolonger. Cette interdiction est due apparemment aux nombreuses plaintes des citoyens, inquiets que la loi religieuse – [ou plus exactement que leur interprétation de cette loi] – ne soit mise à mal par la réunion dans un lieu public de personnes des deux sexes. C’est du moins ce qu’affirme Ahmad al-‘Abîkân, figure religieuse célèbre en KSA (Kingdom of Saudi Arabia), pour ses opinions, et ses fatwas, fracassantes. Comme par hasard, le quotidien en ligne Elaph publie cet article vengeur sur ce religieux… Quand au propriétaire de la société Rotana, pas vraiment étranger à Elaph justement, il a décidé de faire don des recettes de Menahi au… festival du film de Jeddah !

Rupture de ban pour le cinéma saoudien

On sentait bien que, en Arabie saoudite, les temps étaient mûrs pour la petite révolution culturelle que représente, pour ce pays, l’ouverture de salles de cinéma (voir par exemple ce billet publié en mars dernier). A l’occasion de la fête du Sacrifice – un des temps forts de la consommation culturelle dans le monde arabe avec, en particulier, la sortie de nombreux films -, le public saoudien a pu enfin voir un film « en vrai », sans faire des centaines de kilomètres pour profiter des salles existant dans les pays environnants.

Il s’agit en fait d’une réouverture car il existait des cinémas en Arabie saoudite, il y a bientôt quarante ans, avant que ne soit prise la décision de les fermer, sous la pression des milieux conservateurs (religieux), ce que l’article publié dans Al-Hayat se contente d’évoquer à demi-mots. L’information est toutefois jugée suffisamment importante pour qu’elle figure parmi les titres de l’édition du dimanche 14 décembre, avec la reproduction de l’affiche du film qui a l’honneur d’ouvrir une nouvelle page du cinéma saoudien.

En réalité, ce n’est pas si étonnant car le quotidien appartient – entre autres vastes investissements, notamment dans les médias – au prince Waleed ben Talal, lequel est également le propriétaire de Rotana, énorme société de production musicale et cinématographique qui a produit – pour deux millions de dollars – la comédie dont la vedette principale est Fayez al-Maliki (فايز المالكي).

Le succès est garanti car l’acteur s’est rendu célèbre sur les petits écrans en incarnant le personnage de Menahi, un bédouin naïf aux prises avec la société moderne, ce qui fait se tordre de rire le public local ! (Le film est également distribué au Bahreïn, au Koweït, à Qatar et en Egypte.)

Pour autant, les médias « libéraux » se gardent bien de tout triomphalisme pour ne pas effaroucher le camp conservateur. Le film n’est projeté que quelques jours, seulement à Jeddah et à Taef dans l’ouest du pays, tout près de La Mecque, et les responsables n’hésitent pas à souligner que cette modeste entreprise commerciale n’est qu’un premier pas sur un long chemin qui, selon la formule consacrée, devra tenir compte de « la particularité de notre société, de ses habitudes et de ses coutumes ».

Mais les spectateurs interrogés par le journal – en majorité des jeunes mais également des familles, les uns et les autres séparés, naturellement – ne s’y trompent pas : l’événement est important. Comme le dit l’un d’entre eux, avec cette initiative, qui succède en fait à l’organisation de plus en plus fréquente de festivals eux-mêmes de plus en plus ambitieux, un gros obstacle a été surmonté et l’on peut désormais penser que l’interdit qui pèse sur le cinéma est en passe de tomber, comme avant lui ceux qui pesaient sur les télévisions par satellite ou les téléphones portables dotés de caméras.

(En suivant ce lien, on peut voir quelques courts reportages sur la projection.)