Le numérique arabe : quelques données et des interrogations

GoogleArabeEn guise de billet cette semaine, ces statistiques sur l’utilisation d’Internet publiées en juillet dernier sur le blog de Social4ce, une société qui vend ses services aux entreprises désireuses d’utiliser les médias sociaux dans leur business.

Quelques-unes des données les plus significatives : aujourd’hui, plus de 40 % de la population du Moyen-Orient utilise Internet (2/3 d’hommes, 1/3 de femmes, entre 18 et 24 ans pour 36 % d’entre eux). Parmi ces internautes, ils sont presque 90 % à utiliser les réseaux sociaux quotidiennement. Facebook se taille la part du lion (94 % des utilisateurs des réseaux sociaux qui, pour 24 millions d’entre eux, se connectent à leur page quotidiennement).

Twitter vient derrière, avec 6,5 millions d’utilisateurs (actifs pour plus de 3,7 millions d’entre eux), ce qui fait tout de même 10 millions de tweets par jour. L’Arabie saoudite se distingue, avec 1/3 de la population présente sur cette plate-forme, le plus fort taux de pénétration dans le monde pour Twitter.

Chaque jour, ce sont plus de 250 millions de vidéos qui sont visionnés par les internautes arabes (deux heures de vidéos déchargées chaque minute), et pour presque un tiers d’entre elles, en Arabie saoudite. Moins de 6 millions d’utilisateurs pour Linkedin, mais les choses changent rapidement car, aux Emirats arabes unis, la progression est de 45 % en un an seulement.

Autant de données impressionnantes, qu’il convient de mettre en relation avec le rôle que jouent désormais les géants nord-américains de l’Internet, Google en tête. Repéré par Seenthis, un article dans Newsweek propose de larges extraits de When Google met Wikileaks, le dernier livre de Julian Assange. A partir d’une visite que lui rendirent, en juin 2011, Eric Schmidt et Jared Cohen, respectivement P.-D.G. de Google et directeur de Google Ideas, le fondateur de Wikileaks analyse en détail le rôle politique que joue désormais le super-moteur de recherche, en évoquant en particulier les activités fort suspectes du dernier nommé dans les circonstances qui ont permis ce qu’on a appelé “le printemps arabe”.

Des informations déjà évoquées çà et là (et notamment dans mes Arabités numériques), mais elles proviennent cette fois d’un témoin direct et d’un acteur de premier plan dont la conclusion mérite d’être méditée :

If the future of the Internet is to be Google, that should be of serious concern to people all over the world—in Latin America, East and Southeast Asia, the Indian subcontinent, the Middle East, sub-Saharan Africa, the former Soviet Union and even in Europe — for whom the Internet embodies the promise of an alternative to U.S. cultural, economic, and strategic hegemony. A “don’t be evil” empire is still an empire.

“Si Google doit être l’avenir d’Internet, cela devrait constituer un réel souci pour toutes sortes de gens en Amérique latine, en Extrême-Orient et en Asie du Sud-Est, dans le sous-continent indien, au Moyen-Orient, en Afrique sub-saharienne, dans l’ex-URSS et même en Europe, ceux pour lesquels Internet incarne la promesse d’une alternative à l’hégémonie culturelle, économique et stratégique des USA. Un empire qui “ne fait pas le mal” [la devise de Google], reste un empire.”

Ondes de choc : Al-Jazeera et le printemps arabe

"Le peuple veut la chute d'Al-Jazeera et d'Al-Arabeyya" : manifestants devant les bureaux d'Al-Jazeera à Damas
"Le peuple veut la chute d'Al-Jazeera et d'Al-Arabeyya" : manifestants devant les bureaux d'Al-Jazeera à Damas

L’été dernier, Al-Jazeera avait connu quelques soucis avec la démission très commentée de plusieurs présentatrices. On avait tenté d’expliquer, dans ce billet, que la chaîne qatarie, qu’on accusait alors d’être outrageusement conservatrice, et même vendue aux extrémistes musulmans, traversait à l’évidence une crise. Et celle-ci n’avait pas grand-chose à voir avec la manière dont ses speakrines pouvaient apparaître à l’écran, mais bien davantage avec la façon dont la première chaîne d’information arabe devait gérer son succès pour se maintenir largement au-dessus de ses rivales.

Quelques mois plus tard, tout semblait être rentré dans l’ordre. Dans cet article d’Al-Akhbar par exemple, on pouvait lire que la chaîne avait su dépasser ses problèmes pour continuer son expansion, notamment dans le monde anglophone, tout en consolidant encore ses positions dans le paysage audiovisuel local. Car Al-Jazeera, il faut toujours le souligner, ce n’est pas seulement une chaîne gratuite d’information mais, y compris avec les problèmes de brouillage connus lors de la retransmission de certains matchs (voir ici et ), c’est d’abord et avant tout un « bouquet » (payant) où le secteur « sports et loisirs » a de fort belles perspectives depuis que l’émirat a été retenu (en décembre 2010) pour organiser la Coupe du monde de football en 2022.

Sur un plan plus politique, l’article déjà mentionné soulignait combien le climat régional était « porteur » pour la chaîne, notamment à cause de la crise yéménite. Des propos pour ainsi dire prophétiques, à un moment où on ne parlait pas encore beaucoup des événements tunisiens, et pas du tout du « printemps arabe ». Fidèle à son image publique, Al-Jazeera jouait une fois de plus les redresseurs de torts en participant à la publication des documents divulgés par Wikileaks, en particulier à propos de la guerre d’Irak. Mieux, sur le même modèle, elle créait son propre site, The Transparency Unit, pour appeler à lui communiquer – anonymement – des documents restés secrets alors que le public aurait dû en avoir connaissance. Créé en janvier, ce nouveau service allait en particulier s’illlustrer avec la publication des Palestine Papers, une véritable bombe diplomatique qui devait mettre dans l’embarras (ils s’en sont remis…) certains négociateurs palestiniens peu avares de concessions lors de leurs discussions avec les officiels israéliens.

Et puis est survenu le « printemps arabe », avec le rôle que l’on sait de certains médias : réseaux sociaux en tête, sans doute, mais aussi, comme on l’a déjà souligné, les médias de masse, à commencer par Al-Jazeera, un peu tiède au début, indiscutablement, mais ensuite à la pointe de la mobilisation médiatique en faveur des révoltés arabes. Devenue pour certains une sorte d’organisation révolutionnaire (تنظيم ثوري), la chaîne de Doha, une des rares capitales arabes à entretenir des liens diplomatiques avec Israël, se voyait, last but not least, décerner par Hillary Clinton des éloges appuyés. Un revirement pour le moins surprenant de la part d’un Etat qui, il n’y a pas si longtemps, cherchait surtout à faire taire une voix impertinente, y compris en bombardant les locaux d’où elle émettait, à Kaboul , à Bagdad et même à Doha !!! Assez pour susciter bien des interrogations dans le monde arabe, bien des interprétations aussi, et même bien des accusations au regard de la suite des événements.

En effet, après les débuts glorieux de la couverture médiatique des soulèvements tunisien et égyptien, les choses sont devenues beaucoup plus compliquées lorsque le théâtre des opérations s’est déplacé à Bahreïn, avec une contre-révolution, menée par les Saoudiens, coupable de violations des droits de l’homme « de plus en plus flagrantes ». A observer son silence, plus d’un téléspectateur arabe a pu se faire la remarque qu’il y avait à l’évidence, pour Al-Jazeera, de bonnes et de moins bonnes révolutions…

Les limites d’Al-Jazeera par rapport à certains sujets sensibles, à commencer par ce qui touche de près ou de loin au Golfe en général et à l’Arabie saoudite en particulier (voir ce qu’en raconte par exemple Hugh Miles, un très bon connaisseur de la chaîne), sont bien connues. Ce n’est donc pas le silence de la chaîne à propos de la répression à Bahreïn, mais bien un changement de style assez radical, qui a heurté une bonne partie du public arabophone (c’est en effet moins flagrant sur le canal anglophone, qui n’a pas la même histoire de toute manière). En effet, depuis quelques semaines, Al-Jazeera semble avoir perdu une bonne partie de sa rigueur professionnelle pour quitter son rôle d’observateur et se faire, sans beaucoup de nuances, le héraut d’une révolution arabe mise en image sous forme de clips assez grossiers, vantant la révolution libyenne, yéménite et désormais … syrienne.

De fait, après quelques jours d’hésitation (le Qatar est en principe l’allié stratégique de la Syrie), Al-Jazeera a mis tout son discours au service du soulèvement syrien. Peu présente sur le territoire car ses bureaux à Damas font l’objet d’une sorte de siège sous la forme d’un sit-in “spontané” de citoyens outrés par l’image qui est donnée de leur pays (voir l’illustration ci-dessus), la chaîne reprend à nouveau ce qui “traîne” sur Internet en sus semble-t-il d’un nouveau réseau de correspondants locaux dont les récits, qui accompagnent les vidéos mises sur le Net par les manifestants, s’inscrivent en faux avec la version donnée par les médias locaux. Des officiels syriens continuent à intervenir, mais leur discours est de plus en plus inaudible face à ceux des très nombreux opposants, sur place ou à l’étranger, et face surtout à l’accumulation de faits qui cadrent de moins en moins avec le déroulement d’une crise dont l’importance se mesure, pour ne s’en tenir qu’à cela, au nombre des victimes, y compris dans les bilans officiels.

Dans ce contexte, c’est peu dire que la nouvelle de la démission de Ghassan Ben Jeddou (Ghassan Bin Jiddu غسان بن جدو) a fait du bruit. Responsable du bureau d’Al-Jazeera à Beyrouth, ce Tunisien (née d’une mère libanaise) qu’on considère proche du Hezbollah ne fait pas mystère de ses convictions nationalistes. Il avait un moment été évoqué pour diriger le secteur information de la chaîne, un poste en définitive confié à Wadah Khanfar. Cela, et bien d’autres raisons encore (la suppression de la grille de nombreux débats télévisés au profit de reportages plus factuels mais aussi plus superficiels), peuvent expliquer ce départ. Il reste que la vedette incontestée du journalisme arabe a choisi de présenter sa démission (au quotidien libanais Al-Safir, particulièrement peu critique de la Syrie en ce moment…) en raison de ses profondes divergences par rapport aux choix éditoriaux de sa chaîne à laquelle il reproche son traitement biaisé des crises du printemps arabe . Et la presse arabe (Hashad, un site yéménite par exemple) fait état de rumeurs à propos d’autres démissions possibles, notamment celle du Syrien Faysal El-Qassem, l’animateur d’une émission phare, Contre courant (Ittijâh mu’âkis)…

Pour les autorités syriennes, cette démission tombe à point nommé car elle conforte leur conviction qu’elles sont la cible depuis des semaines d’un “complot étranger” soutenu par une campagne de presse offrant une version totalement déformée des faits. Et dans l’immédiat, la décision de Ghassan Ben Jiddou, qui contribue, au moins sur place, à donner du crédit à ceux qui dénoncent les dérives d’Al-Jazeera, risque de rendre encore plus difficile le travail des professionnels de l’information ; ceux d’Al-Jazeera, bien entendu, mais également tous les autres, locaux et trop rarement internationaux, qui s’efforcent de présenter le récit, aussi complet et contradictoire que possible, des très graves graves événements qui se déroulent en Syrie.